AccueilPublicationsÉtudes de marxologie (1959-1994)
Dernière mise à jour :
mercredi 28 juin 2017
   
Brèves
« Lutte de Classe » (GLAT) - Série complète !
samedi 27 octobre
La couverture chronologique de la revue du GLAT, Lutte de Classe, a été considérablement étendue (premier numéro de mars 1964) et comprend maintenant un renvoi sur une version numérisée des 128 numéros !
Cahiers du Communisme de Conseils - Série complète !
vendredi 26 octobre
Les trois numéros manquant (1, 2 & 5) sont maintenant disponibles dans les sommaires de la revue des Cahiers du Communisme de Conseils. Que les volontaires pour les transcriptions n’hésitent pas à se signaler... En attendant, bonne lecture !
Premiers scans des Cahiers du Communisme de Conseil
dimanche 5 août
Neuf des douze numéros de la revue des Cahiers du Communisme de Conseil (1968-1972) sont maintenant accessible en version numérique au travers du sommaire général.
Derniers numéros de la revue Communisme
dimanche 5 août
Les numéros 6, 8, 9 et 15 qui manquaient jusque là ont été ajoutés au sommaire général de la revue « Communisme » (1937-1939). Bonnes lectures !
Mise à jour sommaires GLAT
samedi 11 février
Le sommaire général de la revue du GLAT, Lutte de Classe vient d’être encore étendu. Merci de signaler manques ou corrections.
Sur le Web
Controverses
Revue publiée par le Forum de la Gauche Communiste Internationaliste : C’est pour contribuer à déblayer la voie vers la clarification et le regroupement sur des bases théoriques, politiques et organisationnelles saines que Controverses a vu le jour. En d’autres termes, tout en tenant compte du changement de période qui n’est plus au reflux mais à la reprise historique des combats de classes, notre objectif essentiel est de reprendre ce qui était le souci de Bilan mais qu’il n’a pu mener complètement à bien compte-tenu des conditions d’alors : « ...une critique intense qui visait à rétablir les notions du marxisme dans tous les domaines de la connaissance, de l’économie, de la tactique, de l’organisation », et ce sans « aucun dogme », sans « aucun interdit non plus qu’aucun ostracisme », et « par le souci de déterminer une saine polémique politique ». Ceci est plus que jamais indispensable afin de réussir un nouvel « Octobre 17 » sous peine de se retrouver comme ces « vieux bolcheviks ... qui répètent stupidement une formule apprise par cœur, au lieu d’étudier ce qu’il y avait d’original dans la réalité nouvelle. (extrait de l’éditorial du n°1)
Gavroche - La revue
Le premier numéro de la revue trimestrielle Gavroche est sorti en décembre 1981. Il prenait la suite du Peuple français, belle aventure éditoriale des années soixante-dix. Depuis plus de 20 ans, la revue s’attache à la retranscription des fêtes, des travaux, des luttes et des joies du principal acteur de l’histoire : le peuple. Gavroche fait aussi resurgir des événements jusque-là ignorés ou passés volontairement sous silence.
L’Echo de la Fabrique
Le journal des chefs d’ateliers et ouvriers de la soie à Lyon, hebdomadaire phare de la presse ouvrière, paraît d’octobre 1831 à mai 1834. Ce site en donne à lire l’intégrale des articles, suite à un remarquable travail empreint d’une grande rigueur scientifique. Indispensable pour l’étude des insurrections des canuts de 1831 et 1834.
La Révolution prolétarienne
Revue fondée par Pierre Monatte en 1925. Le site publie un grand nombre d’articles de la période "historique". La publication se poursuit...
La Bataille socialiste
Site de ressources documentaires sur le patrimoine socialiste. Suit l’actualité des parutions, publie certains articles en ligne et propose des documents concernant le mouvement ouvrier de la première moitié du XXe siècle principalement.
MARX 18a : Avant-propos
Maximilien RUBEL - Avril - Mai 1976 / pp. 769 - 772
17 mai 2009 par eric

Le mouvement ouvrier moderne, dont les débuts se situent dans la première moitié du siècle passé, a connu au cours de plus de cent cinquante années des fortunes diverses, sans aboutir au résultat entrevu ou rêvé par d’illustres penseurs, doctrinaires et théoriciens, utopistes et scientifiques, idéologues et politiques. Devant la perspective, froidement ou désespérément tracée par les nouveaux voyants appelés futurologues, d’une catastrophe universelle qui pourrait entraîner la fin des sociétés dites civilisées - sinon de la civilisation tout court - ni l’intelligence et le comportement des classes dominantes ni la conscience et l’action des masses exploitées ne permettent d’entrevoir et de prédire un sursaut des volontés révolutionnaires ou réformatrices capable d’arrêter cette marche de l’humanité qui semble avoir perdu le sens de sa propre conservation. Ce n’est pas que les exceptions fassent défaut : dans toutes les classes sociales des voix s’élèvent pour sonner l’alarme et apporter la démonstration quasi mathématique du cours fatal des événements qui échappent au contrôle rationnel de ceux mêmes qui les dirigent tout comme, et a fortiori, de ceux qui les subissent. Mais ces annonciateurs de la crise vivent et agissent dans l’isolement, pensent et prêchent dans le désert, désarmés devant la volonté de puissance de minorités dont le discours révolutionnaire ne sert qu’à masquer la résignation des masses incapables de décider de leur propre sort.

Les néologismes « marxiste » et « marxisme » furent créés par des adversaires de Marx non pour désigner les adeptes d’une théorie mais pour clouer au pilori les partisans d’un homme dont ils interprétaient l’enseignement sans le connaître vraiment (voir infra, « La constitution du “marxisme” ») ; en revanche, les termes de « socialisme », de « communisme » et d’« anarchisme » furent inventés au moment même où se développaient les premières luttes ouvrières pour désigner à la fois la critique la plus radicale des institutions sociales et l’anticipation d’un nouvel état social. Du conflit entre la machine et l’homme, entre l’économie de profit et l’intérêt général, entre l’État et la société, sont nés progressivement un enseignement révolutionnaire et une théorie sociale qui ont trouvé dans Marx un des porte-parole les plus convaincants. Son enseignement constitue, en effet, la théorie critique la plus cohérente de la crise moderne et, en tant que telle, la négation des idéologies politiques quelles qu’elles soient, donc du marxisme dans toutes ses variantes, révolutionnaire et réformiste. Selon cette théorie, la crise contemporaine représente une étape nécessaire de la transition du mode de production capitaliste vers la communauté humaine libérée de la marchandise, de la monnaie et de l’État, vers une société qui ignorerait les modes économiques et politiques de l’aliénation de l’homme. Cette ère de la transition, c’est l’ère de la bourgeoisie créant l’homme à l’image du bourgeois, être mutilé qui sert le capital et son État dont il aspire à maintenir le règne universel. La mission historique de la bourgeoisie étant le développement des forces productrices, matérielles et intellectuelles, par la science et la technologie, les régimes contemporains se disant socialistes ou communistes et tard venus à la civilisation moderne remplissent en fait la fonction historique des bourgeoisies occidentales : ils développent un système de capitalisme d’État qui combine les traits de l’industrialisme le plus avancé avec les caractéristiques de l’absolutisme politique le plus inhumain. L’essence bourgeoise de ces empires « marxistes » se révèle pleinement dans la priorité qu’ils accordent au développement de leurs industries de la mort, armature matérielle du totalitarisme militaire pratiqué et cultivé en vue de maintenir entre eux et les puissances du monde dit libre l’équilibre de la terreur, condition sine qua non pour imposer par la terreur le statu quo économique et social qui assure leurs privilèges de minorités dominantes.

En tant qu’idéologie dominatrice, le marxisme, particulièrement dans ses variantes social-démocrate, léniniste et maoïste, est complice du système de domination, politique et économique, qui menace de précipiter les sociétés humaines dans un nouveau cataclysme mondial. En d’autres termes, ce marxisme constitue un des facteurs - et non le moins dangereux - qui contribuent à maintenir les masses exploitées et dominées dans un état permanent de démission intellectuelle et morale, dans cette situation de « servitude volontaire » qui a pu faire dire à Fourier que « l’esclavage n’est jamais plus méprisable que par une aveugle soumission qui persuade à l’oppresseur que sa victime est née pour l’esclavage ».

Ainsi, une importante fraction de l’intelligentsia de gauche parle le langage de Marx tout en pensant les concepts de Hegel, les concepts de la négativité et de la mort, de la vie pour la mort ; elle parle socialisme et liberté, mais pense étatisme et autorité - sinon oligarchie et exploitation. En s’efforçant d’offrir aux travailleurs des raisons matérielles ou morales de préférer le capitalisme monopoliste d’État au capitalisme des monopoles privés ces pseudo-socialistes concourent à assurer la permanence des deux systèmes d’exploitation qui se partagent le monde. Quant au marxisme critique qui rejette le léninisme et le maoïsme en tant qu’armes idéologiques des oligarchies installées au pouvoir dans les empires et les pays se proclamant « socialistes », bien qu’il ne s’élève pas, selon nous, au-dessus du niveau idéologique dans la mesure où il renie l’héritage utopique et éthique que Marx a su incorporer dans son propre enseignement, il ne convient cependant pas de négliger l’élément d’opposition et de rejet des pouvoirs établis qu’il contient ; et encore moins d’opérer un amalgame hâtif à la manière de certains idéologues professionnels assez ignorants de l’histoire du mouvement ouvrier pour condamner globalement « le marxisme » et se réclamer du maoïsme (voir « Ombres marxistes » et, plus particulièrement, « À propos d’un avatar du marxisme »). Ce sont ces problèmes, parmi d’autres, et en particulier celui du rapport de l’éthique à la science qui sont au centre de notre correspondance avec Anton Pannekoek, que nous publions dans ce numéro.

Marx a cru que l’excès même de la misère matérielle et morale placerait les victimes devant une alternative ultime décisive, les forçant à prendre des décisions qui impliqueraient le choix d’un destin nouveau. Cette « négation de la négation », formule hégélienne employée pour signifier une dialectique d’essence révolutionnaire, devait marquer en fait le moment décisif de la « crise » et annoncer le début d’une subversion radicale et définitive, premier pas vers la fin de la préhistoire humaine et la naissance de la société humaine et de l’humanité sociale.

Telle était l’idée que Marx a prétendu dégager du mouvement d’émancipation des nouvelles classes exploitées, autrement dit de cette « autopraxis historique » du prolétariat moderne qu’il reprochait aux rêveurs d’utopie d’avoir méconnue (voir « L’autopraxis historique du prolétariat »). C’est dans cette aspiration à l’émancipation intégrale que Marx mettait tous ses espoirs ; nous la trouvons à l’œuvre tant dans le mouvement chartiste que dans le syndicalisme révolutionnaire et le mouvement des soviets ouvriers et paysans en Russie (voir l’article de Buick, « The Role of the Soviets » et, dans les Documents, « La lutte pour les soviets libres en Ukraine »). Ces mouvements de masses s’inscrivent dans une tradition révolutionnaire qui, pour avoir eu longtemps un caractère quasi ésotérique, n’en offre pas moins une grande richesse d’éléments constitutifs pour imaginer et bâtir la Nouvelle Utopie, seule issue rationnelle s’offrant à une humanité qui semble courir au suicide.

M.R.

Autres articles de cette rubrique
  1. MARX 00 : Études de Marxologie : Sommaire / index des numéros
  2. MARX 01a : Liminaire
  3. MARX 02a : Avant-propos
  4. MARX 02b : Karl Marx et la spéculation bancaire
  5. MARX 02f : Marx on Bakunin : A neglected text
  6. MARX 02g : Marginal notes on Bakunin’s « Statism and anarchy »
  7. MARX 02h : Deutsche Marx-Text Fragmente
  8. MARX 03a : Avant-propos
  9. MARX 03b : Les débuts du marxisme théorique en France et en Italie (1880-1897)
  10. MARX 03c : Karl Marx et le Conseil fédéral anglais : Une circulaire inconnue
  11. MARX 03d : Reply to the Second Circular of the Self-Styled Majority of the British Federal Council
  12. MARX 03e : Marx et la guerre italienne
  13. MARX 04a : Avant-propos
  14. MARX 04c : Les Partis socialistes français (1880-1895)
  15. MARX 08a : Avant-Propos
  16. MARX 09a : Avant-Propos
  17. MARX 09c : Fondements éthiques de la pensée sociale de Karl Marx
  18. MARX 10a : Avant-propos
  19. MARX 11a : Avant-Propos
  20. MARX 11g : L’histoire d’un livre
  21. MARX 11h : Une lettre inédite de Karl Marx
  22. MARX 13a : Avant-propos
  23. MARX 13d : La Pologne, la Russie et l’Europe
  24. MARX 14a : Le communisme — De l’utopie à la mythologie
  25. MARX 15a : La légende de Marx ou Engels fondateur
  26. MARX 15f : De l’être-humain mâle et femelle — Lettre à P. J. Proudhon
  27. MARX 15j : Notes bibliographiques
  28. MARX 17a : Avant-propos
  29. MARX 17b : Aux origines du concept de « marxisme »
  30. MARX 18a : Avant-propos
  31. MARX 18b : L’autopraxis historique du prolétariat
  32. MARX 18c : La constitution du « Marxisme »
  33. MARX 18g : La lutte pour les soviets libres en Ukraine 1918 - 1921
  34. MARX 18h : Un communard oublié : Jules Andrieu pédagogue
  35. MARX 18i : Ombres marxistes - I. Du marxisme considéré comme littérature
  36. MARX 18j : Ombres marxistes - II. D’une idéologie à l’autre
  37. MARX 18k : Ombres marxistes - III. À propos d’un avatar du marxisme
  38. MARX 18l : Ombres marxistes - IV. Social-démocratie et tentation totalitaire
  39. MARX 18m : Ombres marxistes - V. Autogestion : idéal et pratique
  40. MARX 18o : Féminisme et Androcratie
  41. MARX 19a : Avant-propos
  42. MARX 19c : L’édification d’une doctrine marxiste
  43. MARX 19d : Engels fondateur ?
  44. MARX 19g : La responsabilité historique
  45. MARX 19h : Les nouveaux convertis
  46. MARX 19i : Les maîtres lecteurs
  47. MARX 19k : Le parti de la mystification et la dictature du prolétariat
  48. MARX 19n : L’actualité utopique du communisme des conseils
  49. MARX 21a : Avant-propos
  50. MARX 21f : Marx Édition du Jubilé 1883 -1983
  51. MARX 23a : Avant-propos ( Quel Bilan ? )
  52. MARX 23j : Du capitalisme libéral au capitalisme libéré
  53. MARX 25a : Avant-propos
  54. MARX 25h : L’espace médiatique : un nouveau lieu pour l’imaginaire social ?
  55. MARX 27a : Avant-propos