AccueilPublicationsÉtudes de marxologie (1959-1994)
Dernière mise à jour :
mardi 6 juin 2017
   
Brèves
« Lutte de Classe » (GLAT) - Série complète !
samedi 27 octobre
La couverture chronologique de la revue du GLAT, Lutte de Classe, a été considérablement étendue (premier numéro de mars 1964) et comprend maintenant un renvoi sur une version numérisée des 128 numéros !
Cahiers du Communisme de Conseils - Série complète !
vendredi 26 octobre
Les trois numéros manquant (1, 2 & 5) sont maintenant disponibles dans les sommaires de la revue des Cahiers du Communisme de Conseils. Que les volontaires pour les transcriptions n’hésitent pas à se signaler... En attendant, bonne lecture !
Premiers scans des Cahiers du Communisme de Conseil
dimanche 5 août
Neuf des douze numéros de la revue des Cahiers du Communisme de Conseil (1968-1972) sont maintenant accessible en version numérique au travers du sommaire général.
Derniers numéros de la revue Communisme
dimanche 5 août
Les numéros 6, 8, 9 et 15 qui manquaient jusque là ont été ajoutés au sommaire général de la revue « Communisme » (1937-1939). Bonnes lectures !
Mise à jour sommaires GLAT
samedi 11 février
Le sommaire général de la revue du GLAT, Lutte de Classe vient d’être encore étendu. Merci de signaler manques ou corrections.
Sur le Web
Controverses
Revue publiée par le Forum de la Gauche Communiste Internationaliste : C’est pour contribuer à déblayer la voie vers la clarification et le regroupement sur des bases théoriques, politiques et organisationnelles saines que Controverses a vu le jour. En d’autres termes, tout en tenant compte du changement de période qui n’est plus au reflux mais à la reprise historique des combats de classes, notre objectif essentiel est de reprendre ce qui était le souci de Bilan mais qu’il n’a pu mener complètement à bien compte-tenu des conditions d’alors : « ...une critique intense qui visait à rétablir les notions du marxisme dans tous les domaines de la connaissance, de l’économie, de la tactique, de l’organisation », et ce sans « aucun dogme », sans « aucun interdit non plus qu’aucun ostracisme », et « par le souci de déterminer une saine polémique politique ». Ceci est plus que jamais indispensable afin de réussir un nouvel « Octobre 17 » sous peine de se retrouver comme ces « vieux bolcheviks ... qui répètent stupidement une formule apprise par cœur, au lieu d’étudier ce qu’il y avait d’original dans la réalité nouvelle. (extrait de l’éditorial du n°1)
Gavroche - La revue
Le premier numéro de la revue trimestrielle Gavroche est sorti en décembre 1981. Il prenait la suite du Peuple français, belle aventure éditoriale des années soixante-dix. Depuis plus de 20 ans, la revue s’attache à la retranscription des fêtes, des travaux, des luttes et des joies du principal acteur de l’histoire : le peuple. Gavroche fait aussi resurgir des événements jusque-là ignorés ou passés volontairement sous silence.
L’Echo de la Fabrique
Le journal des chefs d’ateliers et ouvriers de la soie à Lyon, hebdomadaire phare de la presse ouvrière, paraît d’octobre 1831 à mai 1834. Ce site en donne à lire l’intégrale des articles, suite à un remarquable travail empreint d’une grande rigueur scientifique. Indispensable pour l’étude des insurrections des canuts de 1831 et 1834.
La Révolution prolétarienne
Revue fondée par Pierre Monatte en 1925. Le site publie un grand nombre d’articles de la période "historique". La publication se poursuit...
La Bataille socialiste
Site de ressources documentaires sur le patrimoine socialiste. Suit l’actualité des parutions, publie certains articles en ligne et propose des documents concernant le mouvement ouvrier de la première moitié du XXe siècle principalement.
MARX 18o : Féminisme et Androcratie
Maximilien RUBEL - Avril - Mai 1976 / pp. 1059 - 1062
3 avril 2010 par eric

Certains aspects farouchement radicaux du mouvement féministe contemporain donnent à penser qu’une nouvelle conscience des destinées humaines est en train de naître dans les sociétés de civilisation occidentale dont la nature patriarcale et androcentrique n’est sans doute pas étrangère à la situation catastrophique du monde où nous vivons aujourd’hui. Guéri de la foi dans le mouvement ouvrier d’obédience marxiste, le militant socialiste est enclin à croire et à espérer qu’une nouvelle ère s’annonce pour des actions de masse susceptibles d’aboutir à l’accomplissement du rêve nourri par Marx et les utopistes dont il a vénéré le savoir visionnaire. S’il est permis de voir dans l’éveil du féminisme plus que ne semblent admettre ses protagonistes, on peut, en revanche, s’étonner des limites que les militantes - la plupart d’entre elles - imposent à l’enjeu de leur combat : elles revendiquent l’égalité des sexes dans presque tous les domaines de l’existence où jusqu’à ce jour l’être masculin a affirmé sa suprématie, sans s’apercevoir que la conquête de cette égalité serait synonyme de reconnaissance et de consécration de la pérennité de l’esprit masculin dont le règne constitue la substance de l’histoire de notre espèce.

Vouloir être l’égal de l’homme, c’est vouloir la permanence de la domination masculine, l’instauration définitive et irréversible de l’androcratie dont les valeurs et les fins se sont imposées à l’ensemble des sociétés historiques ; sans accorder à la féminité une autre issue existentielle que le rôle de mécanique érotique et de fonction d’accouchement.

L’égalité des sexes n’aura de sens que le jour où le sexe masculin aura abandonné l’exercice inhumain de sà morale de domination, morale qui fait du prolétaire le complice du bourgeois et de la femme-esclave la complice de l’homme-maître. Car c’est, en vérité, cette connivence universelle qui a fait avorter dans le passé et continue à faire échouer les luttes de classes dont Marx attendait le miracle de l’émancipation intégrale, la fin de la préhistoire humaine.

La leçon féministe de Marx n’est qu’une paraphrase de l’avertissement lancé par Fourier qui, cependant, a su mieux que son disciple moins imaginatif entrevoir la nécessité et la chance d’un féminisme intégral.

« Dans le comportement à l’égard de la femme, proie et servante de la volupté commune, s’exprime l’infinie dégradation de l’homme vis-à-vis de lui-même, car le secret de ce comportement trouve son expression non équivoque, décisive, évidente, nue, dans le rapport de l’homme à la femme... Le rapport naturel des sexes est la manifestation sensible, la démonstration concrète du degré jusqu’où l’essence humaine est devenue la nature, ou celle-ci l’essence de celle-là. Il permet de juger de tout le degré du développement humain... Ce rapport révèle aussi dans quelle mesure le besoin de l’homme est devenu un besoin humain, donc dans quelle mesure son existence la plus individuelle est en même temps celle d’un être social » (MARX, « Économie et philosophie », éd. Pléiade, Économie, t. II, 1972, p. 78).

Ainsi, disciple de Fourier, Marx a fait sienne l’intuition géniale de ce pionnier de l’associationnisme, sans toutefois se montrer prêt à le suivre jusque dans son ultime démarche visionnaire qui n’est nullement l’égarement d’une imagination débordante mais le résultat d’une intuition prémonitoire quant à l’évolution fatale des sociétés livrées au capital et à l’État. Confiant dans la vocation du prolétaire, il n’a pu envisager l’éventualité d’une révolution dans laquelle la féminité, telle qu’il la concevait - sans doute sous l’inspiration du romantisme allemand et du saint-simonisme français - pourrait donner toute sa mesure en faisant preuve d’un radicalisme moins violent et pourtant plus efficace.

De la constatation d’une évidence historique, Fourier a su tirer une conclusion qui pourrait se formuler comme suit : puisque l’histoire de l’espèce humaine a été jusqu’ici l’histoire de l’asservissement de la race féminine par la race masculine, il conviendrait maintenant, vu la situation de crise annonçant la fin de la civilisation, que l’ère harmonienne devienne l’ère de la féminité. Des millénaires d’androcratie seraient suivis par une période de gynécocratie expérimentale qui serait le prodrome de la réconciliation de l’homme avec l’homme, le commencement de l’histoire humaine. En se faisant l’annonciateur de l’humanité enfin sociale, Marx ne se doutait pas que le culte de l’autorité masculine enraciné dans les sociétés de classes rendait vains les efforts d’émancipation d’un prolétariat incapable de se libérer intérieurement des contraintes et servitudes d’une morale garantissant la continuité des institutions androcratiques même après la fin de l’ère capitaliste qui a vu le règne de l’Argent, de l’État et de l’Homme (masculin).

Les réflexions ci-dessus ne sont pas étrangères, malgré leur prétention apparemment excessive, à la substance des deux écrits de Claire Démar sur l’affranchissement des femmes, que Valentin Pelosse a eu l’heureuse idée de réunir et de commenter, en les enrichissant d’une série de documents· saint-simoniens et d’une postface où, à propos du fantasme de la « Femme-Messie » nourri par les apôtres de Ménilmontant, il rappelle opportunément l’admirable anticipation que Fourier a su exprimer en parlant de la vocation des femmes :

« En résumé, écrit-il, l’extension des privilèges des femmes est le principe général de tous progrès sociaux. (...) Je suis fondé à dire que la femme, en état de liberté, surpassera l’homme dans toutes fonctions d’esprit ou de corps qui ne sont pas l’attribut de la force physique. (...) Les femmes avaient à produire, non pas des écrivains mais des libérateurs, des Spartacus politiques, des génies qui concertassent les moyens de tirer leur sexe d’avilissement. C’est sur les femmes que pèse la Civilisation ; c’était aux femmes à l’attaquer [1]. »

Manquant du talent d’écrivain et d’orateur qu’une Flora Tristan a manifesté durant sa brève carrière (1803-1844), Claire Démar a souhaité mourir avant de tenter de vivre une vie de lutte au service de son idéal. Quant à la Paria, loin d’appeler de ses vœux la mort, elle s’est tuée à la tâche en se donnant corps et âme à sa vocation d’apôtre de l’union universelle des ouvriers et des ouvrières. Le mysticisme féministe des saint-simoniens n’était pas de nature à étancher la soif de plénitude de Claire Démar et à la maintenir dans une existence vouée à une lutte non livresque pour l’émancipation de son sexe. En refusant de vivre, elle a rejeté la société androcratique qui a perdu le sens de la féminité créatrice : sa mort symbolise le déclin d’une civilisation meurtrière et la naissance d’un rêve de métamorphose annonciateur de l’androgynat dont les origines mythiques préfigurent l’aboutissement d’un combat qui a pour enjeu l’alternative aujourd’hui fatale : suicide ou régénération.

Claire Démar et Perret des Issarts se sont donné la mort à un âge où ce geste implique une signification que seule l’issue du mouvement d’émancipation féministe pourra révéler. Pour ne pas avoir réussi à devenir l’« individu social » qu’est, selon la définition saint-simonienne, l’homme libre et la femme libre associés, ces deux êtres jeunes qui ne pensaient pas vivre pour former un couple, ont voulu par leur suicide concerté signifier à la postérité que l’association volontaire dans et pour la mort n’est que la conséquence fatale de l’absence de la libre association des êtres dans la vie. L’abdication, consentie ou forcée, des androcraties qui gouvernent le monde est sans doute la condition de l’avènement de la Femme, la gynécocratie originellement présente dans un matriarcat légendaire pouvant être conçue comme cette ère de transition qui marquera, à en croire Marx, le commencement de l’histoire enfin sociale et de la société enfin humaine.

M.R.

[1] Cl. DÉMAR, « Textes sur l’affranchissement des femmes (1832-1833) » suivi de « Symbolique groupale et idéologie féministe saintsimoniennes », par V. PELOSSE, Paris, Payot, 1976, 233 pages. Le passage de Fourier (que nous avons complété dans la citation ci-dessus) est tiré des Quatre Mouvements (1808). Rappelons que V. PELOSSE a publié dans ces Cahiers (S. 15, décembre 1972) le texte du libertaire féministe Joseph Déjacque : De l’être-humain mâle et femelle. Lettre à P.-J. Proudhon (1857).

Autres articles de cette rubrique
  1. MARX 00 : Études de Marxologie : Sommaire / index des numéros
  2. MARX 01a : Liminaire
  3. MARX 02a : Avant-propos
  4. MARX 02b : Karl Marx et la spéculation bancaire
  5. MARX 02f : Marx on Bakunin : A neglected text
  6. MARX 02g : Marginal notes on Bakunin’s « Statism and anarchy »
  7. MARX 02h : Deutsche Marx-Text Fragmente
  8. MARX 03a : Avant-propos
  9. MARX 03b : Les débuts du marxisme théorique en France et en Italie (1880-1897)
  10. MARX 03c : Karl Marx et le Conseil fédéral anglais : Une circulaire inconnue
  11. MARX 03d : Reply to the Second Circular of the Self-Styled Majority of the British Federal Council
  12. MARX 03e : Marx et la guerre italienne
  13. MARX 04a : Avant-propos
  14. MARX 04c : Les Partis socialistes français (1880-1895)
  15. MARX 08a : Avant-Propos
  16. MARX 09a : Avant-Propos
  17. MARX 09c : Fondements éthiques de la pensée sociale de Karl Marx
  18. MARX 10a : Avant-propos
  19. MARX 11a : Avant-Propos
  20. MARX 11g : L’histoire d’un livre
  21. MARX 11h : Une lettre inédite de Karl Marx
  22. MARX 13a : Avant-propos
  23. MARX 13d : La Pologne, la Russie et l’Europe
  24. MARX 14a : Le communisme — De l’utopie à la mythologie
  25. MARX 15a : La légende de Marx ou Engels fondateur
  26. MARX 15f : De l’être-humain mâle et femelle — Lettre à P. J. Proudhon
  27. MARX 15j : Notes bibliographiques
  28. MARX 17a : Avant-propos
  29. MARX 17b : Aux origines du concept de « marxisme »
  30. MARX 18a : Avant-propos
  31. MARX 18b : L’autopraxis historique du prolétariat
  32. MARX 18c : La constitution du « Marxisme »
  33. MARX 18g : La lutte pour les soviets libres en Ukraine 1918 - 1921
  34. MARX 18h : Un communard oublié : Jules Andrieu pédagogue
  35. MARX 18i : Ombres marxistes - I. Du marxisme considéré comme littérature
  36. MARX 18j : Ombres marxistes - II. D’une idéologie à l’autre
  37. MARX 18k : Ombres marxistes - III. À propos d’un avatar du marxisme
  38. MARX 18l : Ombres marxistes - IV. Social-démocratie et tentation totalitaire
  39. MARX 18m : Ombres marxistes - V. Autogestion : idéal et pratique
  40. MARX 18o : Féminisme et Androcratie
  41. MARX 19a : Avant-propos
  42. MARX 19c : L’édification d’une doctrine marxiste
  43. MARX 19d : Engels fondateur ?
  44. MARX 19g : La responsabilité historique
  45. MARX 19h : Les nouveaux convertis
  46. MARX 19i : Les maîtres lecteurs
  47. MARX 19k : Le parti de la mystification et la dictature du prolétariat
  48. MARX 19n : L’actualité utopique du communisme des conseils
  49. MARX 21a : Avant-propos
  50. MARX 21f : Marx Édition du Jubilé 1883 -1983
  51. MARX 23a : Avant-propos ( Quel Bilan ? )
  52. MARX 23j : Du capitalisme libéral au capitalisme libéré
  53. MARX 25a : Avant-propos
  54. MARX 25h : L’espace médiatique : un nouveau lieu pour l’imaginaire social ?
  55. MARX 27a : Avant-propos