AccueilBibliothèqueCollection de textes
Dernière mise à jour :
mardi 19 août 2014
   
Brèves
Mardi 21 mai - La Revue Z à Terra Nova
lundi 20 mai
Mardi 21 mai 2013 à 19h, rencontre à la Librairie Terra Nova de Toulouse avec l’équipe de la revue Z à l’occasion de la parution du dernier numéro Thessalonique & Grèce, aux éditions Agone. Après une enquête collective au nord de la Grèce, la revue Z viendra présenter son dernier numéro : Thessalonique dans la dépression européenne. Bricolages quotidiens et résistances insolvables.
Groupe de Liaison pour l’Action des Travailleurs
lundi 6 février
Le sommaire des articles de la revue Lutte de classe, publiée par le GLAT, a été largement augmenté, notamment sur la période 1971-1975. Pour tous les numéros listé, une version PDF est maintenant accessible en ligne. Bonnes lectures !
Mise à jour du catalogue du fonds documentaire
jeudi 1er septembre
Une nouvelle version mise à jour du Catalogue du Fonds Documentaire Smolny, très largement étendue (une vingtaine d’entrées supplémentaires) est en ligne ce jeudi 1er septembre 2011. Merci aux contributeurs. D’autres titres à suivre...
Ouverture des archives numériques du CERMTRI
lundi 15 août
Le CERMTRI a décidé de créer une bibliothèque numérique avec l’objectif de numériser le maximum de ses archives et de ses collections. Pour démarrer : La revue « Bulletin Communiste » (1920-1933) ; le journal « La Vérité » (1957-1958) ; la revue des « Cahiers du mouvement ouvrier » (2002-2011). Soit déjà 428 documents ce qui représente 6395 pages. Bravo pour cette excellente initiative !
Sur le Web
[infokiosques.net]
Nous nous auto-organisons et nous montons un infokiosque, une sorte de librairie alternative, indépendante. Nous discutons des publications, brochures, zines et autres textes épars qui nous semblent intéressants ou carrément nécessaires de diffuser autour de nous. Nous les rassemblons dans cet infokiosque, constituons ainsi nos ressources d’informations, et les ouvrons au maximum de gens. Nous ne sommes pas les troupes d’un parti politique, ni les citoyen-ne-s réformateurices de nos pseudo-démocraties, nous sommes des individus solidaires, qui construisons des réseaux autonomes, qui mettons nos forces et nos finesses en commun pour changer la vie et le monde.
La flex-yourte Ni catalanistes ni espagnolistes Apprendre le consentement en 3 semaines Melbourne (Australie) : Anarchist Bookfair le 9 août 2014 Bruxelles : Programme de juillet-août 2014 au local Acrata
Bibliolib
Catalogue de textes d’origine libertaire ou anarchiste, sans habillage particulier (pas de commentaire, d’édition critique, de note). Les textes bruts donc avec une liste d’auteurs qui commence à être significative. Un bon point d’entrée donc pour ceux qui savent à l’avance ce qu’ils cherchent. Attention : ce site s’est fait subtilisé sa précédente adresse par un site pornographique. Notre propre lien a donc été incorrect quelque temps. Nous en sommes désolé.
Pelloutier.net
Sur l’histoire du syndicalisme révolutionnaire et de l’anarcho-syndicalisme, avec des études, documents et synthèses intéressantes sur Pelloutier, Monatte, La Vie Ouvrière (1909-1914) et sur les mouvements syndicalistes en France, Europe, USA...
Balance
Cahiers d’histoire du mouvement ouvrier international et de la Guerre d’Espagne. Nombreux articles en espagnol. Textes de Bordiga, entre autres.
Classiques des sciences sociales
Une bibliothèque numérique entièrement réalisée par des bénévoles, fondée et dirigée par Jean-Marie Tremblay, sociologue. Comprend de très nombreuses oeuvres du domaine public. La section des "auteurs classiques", en particulier, est une véritable mine, où l’on trouve Bebel, Bordiga, Boukharine, Engels, Fourier, Gramsci, Kautsky, Labriola, Lafargue, Lukacs, Luxemburg, Marx, Trotsky et bien d’autres.
LÉNINE (1918) : Une leçon dure, mais nécessaire
Article de la « Pravda » (édition du soir) n° 35, 25 février 1918
6 janvier 2011 par eric

La semaine, du 18 au 24 (11) février 1918 entrera dans l’histoire de la révolution russe - et internationale - comme un des plus grands tournants historiques.

Le 27 février 1917, le prolétariat russe a renversé la monarchie en agissant en commun avec une partie de la paysannerie, réveillée par le cours des événements militaires, et avec la bourgeoisie. Le 21 avril 1917, il a renversé le pouvoir absolu de la bourgeoisie impérialiste et fait passer le pouvoir entre les mains des partisans petits-bourgeois de la conciliation avec la bourgeoisie. Le 3 juillet, le prolétariat urbain, soulevé en une manifestation spontanée, a porté un coup au gouvernement conciliateur. Le 25 octobre, il l’a jeté bas et a instauré la dictature de la classe ouvrière et de la paysannerie pauvre.

Il fallut défendre cette victoire par la guerre civile. Cela prit environ trois mois : ce fut d’abord la victoire sur Kérenski devant Gatchina, puis les victoires sur la bourgeoisie, les élèves-officiers et une partie des Cosaques contre-révolutionnaires à Moscou, Irkoutsk, Orenbourg, Kiev, et enfin la victoire sur Kalédine, Kornilov et Alexéev à Rostov-sur-Don.

L’incendie de l’insurrection prolétarienne embrasa la Finlande. La flamme gagna la Roumanie.

Sur le front intérieur les victoires furent relativement aisées, l’ennemi ne disposant d’aucune supériorité ni en matériel, ni en organisation et ne pouvant s’appuyer sur aucune base économique, sur aucun soutien dans les masses de la population. La facilité de ces victoires ne pouvait pas ne pas tourner la tête à beaucoup de dirigeants. On vit se répandre l’état d’esprit : « Nous n’en ferons qu’une bouchée ».

On ne voulait pas voir la profonde désagrégation d’une armée qui se démobilisait rapidement et quittait le front. On se grisait de phraséologie révolutionnaire. On transporta cette phraséologie dans le domaine de la lutte contre l’impérialisme mondial. On prit le « relâchement » provisoire de sa poussée contre la Russie pour quelque chose de normal, alors qu’il ne s’expliquait en fait que par un entracte dans la guerre du rapace allemand contre le rapace anglo-français. On prit le début des grèves de masse en Autriche et en Allemagne pour la révolution, laquelle, pensait-on, nous mettait désormais à l’abri de tout danger grave de la part de l’impérialisme allemand. Au lieu d’entreprendre un travail sérieux, efficace, soutenu, pour porter assistance à la révolution allemande, dont la naissance est particulièrement dure et difficile, on se donnait des airs méprisants : « Ces impérialistes allemands..., avec Liebknecht nous n’en ferons qu’une bouchée ! »

La semaine du 18 au 24 février 1918, de la prise de Dvinsk à celle de Pskov (qui devait être repris par la suite), semaine d’offensive militaire de l’Allemagne impérialiste contre la République socialiste des Soviets, fut une leçon amère, cuisante, pénible, mais nécessaire, utile et bienfaisante. Infiniment édifiante était la comparaison des deux groupes de télégrammes et de communications téléphoniques qui affluèrent pendant cette semaine au centre du gouvernement ! D’une part, le déchaînement de la phrase révolutionnaire « résolutoire », de la phrase steinbergienne, pourrait-on dire en se référant au chef-d’œuvre du genre, au discours du socialiste-révolutionnaire « de gauche » (hum... hum...) Steinberg à la séance de samedi du Comité exécutif central [1]. D’autre part, la honte poignante des nouvelles sur les régiments refusant de tenir leurs positions, sur leur refus de défendre même la ligne Narva, sur la non-exécution de l’ordre prescrivant de tout détruire lors de la retraite ; et nous ne parlons pas de la fuite, du chaos, de la maladresse, de l’impuissance, du laisser-aller.

Leçon amère, cuisante, pénible, mais nécessaire, utile, bienfaisante !

L’ouvrier conscient, s’il y réfléchit, tirera de cette leçon historique trois conclusions sur notre attitude envers la défense de la patrie, la capacité de défense du pays, la guerre révolutionnaire, socialiste ; sur les conditions de notre conflit avec l’impérialisme mondial ; sur la façon de poser correctement la question de nos rapports avec le mouvement socialiste international.

Depuis le 25 octobre 1917, nous sommes des partisans de la défense nationale ; depuis ce jour, nous sommes pour la défense de la patrie. Car nous avons prouvé dans les faits que nous avons rompu avec l’impérialisme. Nous avons dénoncé et divulgué les accords-complots infâmes et sanglants des impérialistes. Nous avons renversé notre bourgeoisie. Nous avons donné la liberté aux peuples que nous opprimions. Nous avons donné la terre au peuple et instauré le contrôle ouvrier. Nous sommes pour la défense de la République socialiste soviétique de Russie.

Mais c’est justement parce que nous sommes pour la défense de la patrie que nous réclamons une attitude sérieuse quand on traite de la capacité de défense et de la préparation militaire du pays. Nous déclarons une guerre sans merci à la phraséologie révolutionnaire sur la guerre révolutionnaire. Celle-ci doit être préparée longuement, sérieusement, en commençant par le relèvement économique du pays, par la remise en état des chemins de fer (sans lesquels la guerre moderne n’est qu’une phrase dénuée de sens), par la restauration à tous les échelons de la plus stricte discipline et de la maîtrise de soi révolutionnaires.

C’est un crime, du point de vue de la défense de la patrie, que d’accepter le combat avec un ennemi infiniment plus fort et mieux préparé, alors que notoirement l’on n’a pas d’armée. Force nous est, du point de vue de la défense de la patrie, de signer la plus dure, la plus oppressive, la plus barbare et la plus honteuse des paix, non pas pour « capituler » devant l’impérialisme, mais pour apprendre à le combattre et s’y préparer d’une façon sérieuse et efficace.

La semaine que nous avons vécue a porté la révolution russe à un degré de développement infiniment plus élevé sur le plan de l’histoire universelle. L’histoire, pendant ces journées, a gravi plusieurs marches d’un coup.

Nous avions jusqu’ici devant nous des ennemis lamentables, vils et dignes de mépris (du point de vue de l’impérialisme mondial), un Romanov imbécile, un Kérenski tranche-montagne, des bandes d’élèves-officiers et de fils à papa. Et maintenant se dresse contre nous le géant de l’impérialisme mondial, supérieurement équipé au point de vue technique et admirablement organisé. Il faut se battre contre lui. Il faut savoir se battre contre lui. Réduit par trois ans de guerre à un état de ruine inouï, notre pays agraire, engagé dans la révolution socialiste, doit éviter les conflits armés - tant que l’on peut le faire, fût-ce au prix des plus lourds sacrifices - justement pour avoir la possibilité de réaliser quelque chose de sérieux au moment où éclatera la « lutte finale ».

Cette lutte n’éclatera que lorsque la révolution socialiste embrasera les pays impérialistes avancés. Cette révolution mûrit et prend des forces indubitablement de mois en mois, de semaine en semaine. Il faut aider cette force en train de mûrir. Il faut savoir l’aider. On ne l’aidera pas, on lui portera préjudice, au contraire, si on livre à la débâcle la République socialiste soviétique en un moment où elle n’a notoirement pas d’armée.

Il ne faut pas réduire à une phrase vide de sens le grand mot d’ordre : « Nous misons sur la victoire du socialisme en Europe ». C’est la vérité, si l’on ne perd pas de vue le long et difficile chemin de la victoire définitive du socialisme. C’est une vérité philosophique et historique indiscutable, si l’on embrasse dans son ensemble « l’ère de la révolution socialiste ». Mais toute vérité abstraite devient une phrase si on l’applique à n’importe quelle situation concrète. Il est indiscutable que « l’hydre de la révolution sociale existe en puissance dans chaque grève ». Mais c’est une aberration de croire que toute grève peut servir de point de départ à la révolution. Si nous « misons sur la victoire du socialisme en Europe » en ce sens que nous nous portons garants devant le peuple que la révolution européenne éclatera et vaincra sûrement dans les quelques semaines qui viennent, sûrement avant que les Allemands ne parviennent à Pétrograd, Moscou et Kiev et n’aient le temps de « porter le coup de grâce » à nos transports ferroviaires, alors nous n’agissons pas en révolutionnaires internationalistes sérieux, mais en aventuriers.

Si Liebknecht remporte la victoire sur la bourgeoisie d’ici 2 ou 3 semaines (ce n’est pas impossible), il nous tirera de toutes nos difficultés. C’est indiscutable. Mais si nous déterminons notre tactique d’ aujourd’hui dans le combat contre l’impérialisme d’aujourd’hui en tablant sur la victoire certaine de Liebknecht au cours des prochaines semaines, nous ne mériterons que des railleries. Nous ravalerons les plus grands mots d’ordre révolutionnaires de ce temps au niveau de la phrase révolutionnaire.

Faites votre profit des dures, mais utiles leçons de la révolution, camarades ouvriers ! Préparez-vous sérieusement, intensivement, fermement à la défense de la patrie, à la défense de la République socialiste des Soviets !

« Pravda » (édition du soir), n° 35, 25 février 1918


Source :

— Lénine, Œuvres, t. 27, Éditions Sociales - Paris, Éditions en langues étrangères - Moscou, 1961, p. 57-61 ; Transcription et mise en page HTML : Smolny, 2011.


Sur le site :

— Lénine et les communistes de gauche : Documents ( Février - Juin 1918 ), index chronologique des textes parus sur le site du collectif smolny ;

[1] Réunion commune des fractions bolcheviks et SR de gauche du Comité Exécutif Central des Soviets de Russie, tenue le 23 février 1918.

Autres articles de cette rubrique
  1. ANONYME : Protestation devant les libertaires du présent et du futur sur les capitulations de 1937
  2. APPEL Jan (1966) : Autobiographie
  3. APPEL Jan (1966) : Autobiography [english version]
  4. BENBOW William (1832) : Grand National Holiday, and Congress of the Productive Classes
  5. BORDIGA Amadeo (1922) : Le principe démocratique
  6. BORDIGA Amadeo (1922) : Thèses de Rome
  7. BORDIGA Amadeo (1951) : Crue et rupture de la civilisation bourgeoise
  8. BORDIGA Amadeo (1951) : Filling and bursting of bourgeois civilisation

  9. BORDIGA Amadeo (1951) : Piena e rotta della civiltà borghese
  10. BOUKHARINE Nicolas (1917) : La guerre et le socialisme révolutionnaire
  11. BOUKHARINE Nicolas (1937) : À la future génération des dirigeants du Parti
  12. BRENDEL Cajo (1953) : L’insurrection ouvrière en Allemagne de l’Est - juin 1953
  13. BRENDEL Cajo (1999) : « Garde-toi de tout mythe ! »
  14. BRETON André & COLLECTIF (1934) : Planète sans visa
  15. BRETON André (1936) : La vérité sur le procès de Moscou
  16. BRETON André (1956) : Hongrie, Soleil levant
  17. CAMUS Albert (1953) : Moscou sous Lénine
  18. CHIRIK Marc (1976) : Présentation de textes de « Bilan »
  19. COLLECTIF (1973) : Garde-fous arrêtez de vous serrer les coudes — Documents
  20. CONTRE-ATTAQUE (1935) : Union de lutte des intellectuels révolutionnaires
  21. DARWIN Charles & WALLACE Alfred (1858) : On the Tendency of Species to form Varieties ; and on the Perpetuation of Varieties and Species by Natural Means of Selection
  22. EISNER Kurt (1918) : An die Bevölkerung Münchens !
  23. ENGELS Friedrich (1842) : Die innern Krisen
  24. ENGELS Friedrich (1842) : Englische Ansicht über die innern Krisen
  25. ENGELS Friedrich (1842) : Stellung der politischen Parteien
  26. FISR (1943) : À tous les travailleurs de la pensée et des bras
  27. GAPONE George & VASSIMOV Ivan (1905) : Pétition des ouvriers au Tsar
  28. GLAT (1969) : Luttes et organisations de classe
  29. GLAT (1969) : Pour un regroupement révolutionnaire
  30. GRANDJONC Jacques (1989) : Introduction à « Communisme / Kommunismus / Communism »
  31. GTM (1937) : Le massacre de Barcelone, une leçon pour les ouvriers du Mexique !
  32. GUILLAMON Augustin (2002) : Chronologie d’Amadeo Bordiga
  33. HAASE Hugo (1919) : Reichstagsreden gegen die deutsche Kriegspolitik
  34. HIRSCH Helmut (1969) : Rosa Luxemburg et l’école du Parti
  35. HOBSBAWM Eric (1961) : « La situation de la classe laborieuse en Angleterre »
  36. HOWARD Roy (1936) : Interview with J. Stalin
  37. ISTRATI Panaït (1929) : Conclusion pour combattants
  38. JANOVER Louis (1977) : Les nouveaux convertis
  39. JANOVER Louis (1981) : Actualité de Panaït Istrati
  40. JANOVER Louis (1985) : Lire Spartacus
  41. JANOVER Louis (1989) : Daniel Guérin, le trouble-fête
  42. JANOVER Louis (1991) : Les vraies leçons de Marx
  43. JANOVER Louis (1996) : Maximilien Rubel, une œuvre à découvrir
  44. JANOVER Louis (2007) : Les habits neufs de la feinte-dissidence
  45. JANOVER Louis (2008) : À propos de la réédition des « Pages choisies » de Karl Marx
  46. JANOVER Louis (2009) : De la rétrocritique considérée comme le dernier des arts
  47. JANOVER Louis (2009) : Vous avez dit minuit dans le siècle ?
  48. JOUHAUX Léon (1914) : Discours sur la tombe de Jean Jaurès
  49. KAUTSKY Karl (1922) : Socialisation ou nationalisation des banques ?
  50. LAFARGUE Paul (1885) : Une visite à Louise Michel
  51. LÉNINE & SVERDLOV Iakov (1918) : Position du Comité Central du P.O.S.D.R.(b) dans la question de la paix séparée et annexionniste
  52. LÉNINE (1918) : Additif au décret du Conseil des Commissaires du Peuple « La Patrie socialiste est en danger ! »
  53. LÉNINE (1918) : Chose étrange et monstrueuse
  54. LÉNINE (1918) : De la gale
  55. LÉNINE (1918) : Discours à la réunion commune des fractions bolchevique et socialiste-révolutionnaire de gauche du Comité Exécutif Central de Russie du 23 février 1918
  56. LÉNINE (1918) : Interventions sur la question de la paix de Brest-Litovsk
  57. LÉNINE (1918) : Leçon sérieuse et sérieuse responsabilité
  58. LÉNINE (1918) : Note sur la nécessité de signer la paix
  59. LÉNINE (1918) : Paix ou guerre ?
  60. LÉNINE (1918) : Projet d’ordre du jour à tous les soviets de députés
  61. LÉNINE (1918) : Projet de résolution du Conseil des commissaires du peuple sur l’évacuation du gouvernement
  62. LÉNINE (1918) : Rapport sur la question de la paix
  63. LÉNINE (1918) : Sur le terrain pratique
  64. LÉNINE (1918) : Une leçon dure, mais nécessaire
  65. LÉNINE (1918) : Une paix malheureuse
  66. LÉNINE (1919) : Discours d’ouverture au Premier Congrès de l’Internationale Communiste
  67. LÉNINE (1919) : Discours prononcé le 19 janvier après l’assassinat de Rosa Luxemburg et de Karl Liebknecht
  68. LERMONTOV Michel (1840) : Un fataliste
  69. LEVI Paul (1924) : Einleitung zu Rosa Luxemburg: «Einführung in die Nationalökonomie»
  70. LIEBKNECHT Karl & MEYER Ernst (1918) : Die nächsten Ziele eures Kampfes
  71. LIEBKNECHT Karl (1914) : Déclaration au Reichstag
  72. LIEBKNECHT Karl (1915) : Lettre à la Conférence de Zimmerwald
  73. LIEBKNECHT Karl (1918) : Für die freie sozialistische Republik Deutschland
  74. LIEBKNECHT Karl (1918) : To the Workers and Soldiers of the Allied Countries
  75. LIEBKNECHT Karl (1918) : Trotz alledem !
  76. LIEBKNECHT Karl (1918) : Was will der Spartakusbund ?
  77. LIEBKNECHT Karl (1919) : Kamaraden ! Arbeiter !
  78. LIEBKNECHT Karl (1919) : Malgré tout !
  79. LIEBKNECHT Karl, USPD & SPD (1918) : Bedingungen zum Eintritt in die Regierung
  80. LUXEMBURG Rosa & SPARTAKUSBUND (1918) : Was will der Spartakusbund ?
  81. LUXEMBURG Rosa (1893) : L’année 1793 !
  82. LUXEMBURG Rosa (1898) : À quoi sert la politique coloniale ?
  83. LUXEMBURG Rosa (1902) : Martinique
  84. LUXEMBURG Rosa (1904) : Social-démocratie et parlementarisme
  85. LUXEMBURG Rosa (1906) : Blanquisme et social-démocratie
  86. LUXEMBURG Rosa (1908) : Tolstoï, comme penseur social
  87. LUXEMBURG Rosa (1912) : Dans l’asile de nuit
  88. LUXEMBURG Rosa (1912) : Im Asyl
  89. LUXEMBURG Rosa (1914) : Discours devant le Tribunal de Francfort
  90. LUXEMBURG Rosa (1914) : Le revers de la médaille
  91. LUXEMBURG Rosa (1918) : Assemblée nationale ou gouvernement des Conseils ?
  92. LUXEMBURG Rosa (1918) : Das alte Spiel
  93. LUXEMBURG Rosa (1918) : Der Anfang
  94. LUXEMBURG Rosa (1918) : Die kleinen Lafayette
  95. LUXEMBURG Rosa (1918) : Die Nationalversammlung
  96. LUXEMBURG Rosa (1918) : Eine Ehrenpflicht
  97. LUXEMBURG Rosa (1918) : L’Achéron s’est mis en mouvement
  98. LUXEMBURG Rosa (1918) : L’Assemblée nationale
  99. LUXEMBURG Rosa (1918) : Les petits Lafayette
  100. LUXEMBURG Rosa (1918) : Nationalversammlung oder Räteregierung ?
  101. LUXEMBURG Rosa (1918) : Parteitag der Unabhängigen SP
  102. LUXEMBURG Rosa (1918) : Protestresolution gegen das Vorgehen der deutschen Regierung im Osten
  103. LUXEMBURG Rosa (1918) : Schlussrede
  104. LUXEMBURG Rosa (1918) : Un devoir d’honneur
  105. LUXEMBURG Rosa (1918) : Unser Programm und die politische Situation
  106. LUXEMBURG Rosa (1918) : Korreferat zur Politik der USPD
  107. LUXEMBURG Rosa (1918) : Les masses « immatures »
  108. LUXEMBURG Rosa (1919) : Der erste Parteitag
  109. LUXEMBURG Rosa (1919) : Das Versagen der Führer
  110. LUXEMBURG Rosa (1919) : Die Ordnung herrscht in Berlin
  111. LUXEMBURG Rosa (1919) : Kartenhäuser
  112. LUXEMBURG Rosa (1919) : L’ordre règne à Berlin
  113. LUXEMBURG Rosa (1919) : Versäumte Pflichten
  114. LUXEMBURG Rosa (1919) : Was machen die Führer ?
  115. LÖWY Michael (1969) : Le marxisme révolutionnaire de Rosa Luxemburg
  116. MANDEL Ernest (1969) : Préface à l’Introduction à l’économie politique
  117. MARAT Jean-Paul (1791) : Sur la loi Le Chapelier
  118. MARTOV Julius (1907) : La leçon des événements russes
  119. MARTOV Julius (1908) : Le Marxisme en Russie
  120. MARTOV Julius (1918) : À bas la peine de mort !
  121. MARTOV Julius : La Troisième Douma et les socialistes
  122. MARX Karl & ENGELS Friedrich (1848) : Le Manifeste du Parti Communiste
  123. MARX Karl (1852) : Pauperism and Free Trade. - The approaching commercial crisis
  124. MARX Karl (1856) : Appel au prolétariat anglais
  125. MARX Karl (1865) : Salaire, Prix et Plus-value
  126. MATTICK Paul (1960) : Anton Pannekoek, une biographie politique
  127. MATTICK Paul (1977) : Interview à Lotta Continua
  128. MÜHSAM Erich (1918) : Revolutionäre, internationalistisch gesinnte kommunistische Arbeiter und Soldaten !
  129. O’CASEY Sean : The Story of the Irish Citizen Army
  130. PANNEKOEK Anton (1933) : L’acte personnel
  131. PANNEKOEK Anton (1933) : La destruction comme moyen de lutte
  132. PÉRET Benjamin (1945) : Le déshonneur des poètes
  133. PIATAKOV, BOSCH, BOUKHARINE (1915) : Thèses sur le droit des nations à l’autodétermination
  134. PIECK Wilhelm ( 1918) : Arbeiter, Soldaten, Genossen !
  135. POSPOLOV Pavel (1938) : Aperçu historique - La lutte de Boukharine contre Lénine et le Parti
  136. PROUVOST Léon (1921) : Le code bolchevik du mariage
  137. PYATAKOV, BOSCH, BUKHARIN (1915) : Theses on the right of nations to self-determination
  138. RADEK Karl (1919) : Nachruf auf Karl Liebknecht
  139. RUBEL Maximilien (1947) : Karl Marx et le socialisme populiste russe
  140. RUBEL Maximilien (1980) : Le socialisme réellement inexistant
  141. SCHEIDEMANN Philipp (1924) : Bericht über den 9. November 1918
  142. SCHMIDT Véra (1923) : Éducation psychanalytique en Russie soviétique
  143. SOREL Georges (1899) : L’éthique du socialisme
  144. SOREL Georges (1906) : Le caractère religieux du Socialisme
  145. SOVNARKOM (1918) : La patrie socialiste est en danger !
  146. TROTSKI Léon (1910) : Les intellectuels et le socialisme
  147. TROTSKI Léon (1916) : Salut à Franz Mehring et Rosa Luxemburg
  148. TROTSKI Léon (1919) : Karl Liebknecht, Rosa Luxemburg
  149. TROTSKI Léon (1939) : Un nouveau grand écrivain, Jean Malaquais
  150. TROTSKI Léon et al. (1915) : Manifeste de Zimmerwald
  151. TROTZKI Leo et al. (1915) : Das Zimmerwalder Manifest
  152. VOLINE (1939) : La naissance des « Soviets » ( janvier - février 1905 )
  153. VOLINE (1939) : Souvenirs sur Gapone et Janvier 1905
  154. WEIL Simone (1933) : Déclaration à la conférence d’unification des groupes de la gauche communiste
  155. WOLFSTEIN-FRÖLICH Rose (1920) : Rosa Luxemburg, enseignante