AccueilPublicationsÉtudes de marxologie (1959-1994)
Dernière mise à jour :
samedi 29 avril 2017
   
Brèves
« Lutte de Classe » (GLAT) - Série complète !
samedi 27 octobre
La couverture chronologique de la revue du GLAT, Lutte de Classe, a été considérablement étendue (premier numéro de mars 1964) et comprend maintenant un renvoi sur une version numérisée des 128 numéros !
Cahiers du Communisme de Conseils - Série complète !
vendredi 26 octobre
Les trois numéros manquant (1, 2 & 5) sont maintenant disponibles dans les sommaires de la revue des Cahiers du Communisme de Conseils. Que les volontaires pour les transcriptions n’hésitent pas à se signaler... En attendant, bonne lecture !
Premiers scans des Cahiers du Communisme de Conseil
dimanche 5 août
Neuf des douze numéros de la revue des Cahiers du Communisme de Conseil (1968-1972) sont maintenant accessible en version numérique au travers du sommaire général.
Derniers numéros de la revue Communisme
dimanche 5 août
Les numéros 6, 8, 9 et 15 qui manquaient jusque là ont été ajoutés au sommaire général de la revue « Communisme » (1937-1939). Bonnes lectures !
Mise à jour sommaires GLAT
samedi 11 février
Le sommaire général de la revue du GLAT, Lutte de Classe vient d’être encore étendu. Merci de signaler manques ou corrections.
Sur le Web
Controverses
Revue publiée par le Forum de la Gauche Communiste Internationaliste : C’est pour contribuer à déblayer la voie vers la clarification et le regroupement sur des bases théoriques, politiques et organisationnelles saines que Controverses a vu le jour. En d’autres termes, tout en tenant compte du changement de période qui n’est plus au reflux mais à la reprise historique des combats de classes, notre objectif essentiel est de reprendre ce qui était le souci de Bilan mais qu’il n’a pu mener complètement à bien compte-tenu des conditions d’alors : « ...une critique intense qui visait à rétablir les notions du marxisme dans tous les domaines de la connaissance, de l’économie, de la tactique, de l’organisation », et ce sans « aucun dogme », sans « aucun interdit non plus qu’aucun ostracisme », et « par le souci de déterminer une saine polémique politique ». Ceci est plus que jamais indispensable afin de réussir un nouvel « Octobre 17 » sous peine de se retrouver comme ces « vieux bolcheviks ... qui répètent stupidement une formule apprise par cœur, au lieu d’étudier ce qu’il y avait d’original dans la réalité nouvelle. (extrait de l’éditorial du n°1)
Gavroche - La revue
Le premier numéro de la revue trimestrielle Gavroche est sorti en décembre 1981. Il prenait la suite du Peuple français, belle aventure éditoriale des années soixante-dix. Depuis plus de 20 ans, la revue s’attache à la retranscription des fêtes, des travaux, des luttes et des joies du principal acteur de l’histoire : le peuple. Gavroche fait aussi resurgir des événements jusque-là ignorés ou passés volontairement sous silence.
L’Echo de la Fabrique
Le journal des chefs d’ateliers et ouvriers de la soie à Lyon, hebdomadaire phare de la presse ouvrière, paraît d’octobre 1831 à mai 1834. Ce site en donne à lire l’intégrale des articles, suite à un remarquable travail empreint d’une grande rigueur scientifique. Indispensable pour l’étude des insurrections des canuts de 1831 et 1834.
La Révolution prolétarienne
Revue fondée par Pierre Monatte en 1925. Le site publie un grand nombre d’articles de la période "historique". La publication se poursuit...
La Bataille socialiste
Site de ressources documentaires sur le patrimoine socialiste. Suit l’actualité des parutions, publie certains articles en ligne et propose des documents concernant le mouvement ouvrier de la première moitié du XXe siècle principalement.
MARX 17a : Avant-propos
Maximilien RUBEL - Octobre 1974 / pp. 1393 - 1394
3 février 2011 par eric

Pour divers qu’ils soient quant à leur thème, les articles ici présentés convergent en direction d’un seul objectif : l’apport de la pensée sociale du XIXe siècle à la critique radicale du XXe. L’accumulation de la richesse matérielle, par suite du progrès scientifique et technique, devait s’accompagner de l’augmentation de la souffrance humaine suivant cette « loi économique du mouvement de la société moderne » que Marx s’était donné pour tâche de révéler à ses contemporains comme aux générations à venir. Or, c’est dans notre siècle que la justesse de cette révélation scientifiquement démontrée semble trouver sa pleine confirmation empirique : le triomphe de l’esprit inventif de l’homme au plan technologique a eu pour contrepartie la rétrogression de l’humanité dans l’ordre des relations sociales, le fétichisme de la souveraineté étatique et nationale devenant le fléau apparemment irrémédiable dont les sociétés sont frappées.

Dans l’idée de Marx, l’humanité avait assez pensé et rêvé l’âge d’or, l’utopie de l’accomplissement humain ; il importait désormais de se mettre à l’œuvre pour réaliser le rêve et l’utopie légués par des générations de penseurs et de poètes à l’imagination créatrice, révélateurs de nouvelles tables de valeurs. Marx n’a pas rompu avec l’utopie, il l’a, au contraire, incorporée dans la vision qu’il avait de la société libérée des contraintes politiques et des terreurs idéologiques. Sa science divulgue le mécanisme de l’exploitation et de la domination de l’homme par l’homme ; son utopie invente les chemins de la libération et les aboutissements de la lutte de classes, de la classe la plus nombreuse et la plus pauvre - selon la définition de Saint-Simon - contre l’élite des puissants et des riches. Science et utopie constituent les deux sources de l’éthique socialiste que Marx propose au travailleur qu’il estime seul capable de faire de la cause de sa classe le souci majeur de sa propre existence, la raison d’être d’une praxis révolutionnaire et créatrice.

En fondant scientifiquement l’éthique socialiste, Marx entendait détruire le sectarisme et la superstition onomastique, le culte du nom charismatique, seul recours des âmes faibles plongées dans l’angoisse d’un isolement sans espoir. Rien d’étonnant à ce qu’il ait refusé pour lui-même ce qu’il condamnait en parlant des fondateurs de sectes, à savoir la sacralisation onomastique d’un enseignement de maître transformé en objet de dévotion. L’enseignement de Marx implique la négation du marxisme, ainsi que de toute autre idéologie entendue comme pensée mystificatrice d’élites de pouvoir. Le mouvement ouvrier étant la conséquence du mode de production et de domination capitalistes, il ne peut être intellectuellement soumis à une théorie quelle qu’elle soit, scientifique ou philosophique. Le génie de Marx ne s’identifie ni à la conscience ni à l’intelligence des esclaves modernes, qui doivent mener leur combat émancipateur avec leur propre conscience et leur propre esprit. Marx lui-même n’a pas pensé autrement ; ne prétendait-il pas avoir été éduqué par le prolétariat qu’il croyait capable de remplir une mission historique et hautement éthique ; historique, dans la mesure où l’humanité était entrée dans une nouvelle phase de son évolution par suite des progrès de la science et des conquêtes techniques ; éthique, pour autant que l’auto-émancipation des travailleurs devait entraîner la libération de l’espèce tout entière.

L’éthique socialiste est la négation de la morale bourgeoise. La première a plus d’affinité avec la Moralität de Kant qu’avec la Sittlichkeit de Hegel. Celle-là postule l’autonomie de l’individu dans la détermination des fins concrètes, le droit de la subjectivité libre en tant que volonté de perfectionnement physique et intellectuel, la vie politique en tant que lutte de l’homme en vue de s’affirmer libre et d’atteindre, au-delà de l’État républicain, la république universelle des communautés libres comme condition de la paix perpétuelle ; celle-ci enserre l’individu dans un système hiérarchisé dans lequel la famille, la société civile (bourgeoise) et l’État avec ses institutions bureaucratiques, corporatives et policières constituent les rouages d’un mécanisme qui livre le peuple au bon vouloir d’un monarque (européen) ou d’un despote (asiatique). Mais si Marx s’oriente, dans son éthique, en partant de Kant plutôt que de Hegel, ce n’est pas pour proposer à la réflexion philosophique un nouveau système de moralité ; c’est pour s’accorder avec les esclaves vivant en marge de la société officielle des maîtres, en vue d’un combat politique purifié de toute idéologie mystificatrice. À l’impératif catégorique qui, selon Kant, ne se rattache conceptuellement à aucune fin concrète ou matérielle, Marx substitue l’impératif éthique - donc hypothétique, mais qu’en guise de parodie il nomme « catégorique » - de la révolution créatrice dont la fin est la société humaine ou l’humanité sociale, autrement dit l’homme omnidimensionnel, der allseitige Mensch.

Être ou se dire « marxiste », c’est aliéner sa faculté et sa liberté de réflexion, c’est sacrifier à une idéologie qui se sert du nom de Marx pour justifier moralement les entreprises de domination et d’exploitation des nouvelles classes oligarchiques et bureaucratiques qui règnent aujourd’hui sur près d’un tiers de l’humanité. Les régimes du faux socialisme ne sont pas moins inhumains que ceux du vrai capitalisme. À une époque où l’avenir de l’espèce humaine est menacé par les conquêtes scientifiques et techniques de l’homme, ces systèmes de gouvernement apparemment antagonistes sont en réalité complices dans une même entreprise de destruction matérielle et d’avilissement moral.

M.R.

Autres articles de cette rubrique
  1. MARX 00 : Études de Marxologie : Sommaire / index des numéros
  2. MARX 01a : Liminaire
  3. MARX 02a : Avant-propos
  4. MARX 02b : Karl Marx et la spéculation bancaire
  5. MARX 02f : Marx on Bakunin : A neglected text
  6. MARX 02g : Marginal notes on Bakunin’s « Statism and anarchy »
  7. MARX 02h : Deutsche Marx-Text Fragmente
  8. MARX 03a : Avant-propos
  9. MARX 03b : Les débuts du marxisme théorique en France et en Italie (1880-1897)
  10. MARX 03c : Karl Marx et le Conseil fédéral anglais : Une circulaire inconnue
  11. MARX 03d : Reply to the Second Circular of the Self-Styled Majority of the British Federal Council
  12. MARX 03e : Marx et la guerre italienne
  13. MARX 04a : Avant-propos
  14. MARX 04c : Les Partis socialistes français (1880-1895)
  15. MARX 08a : Avant-Propos
  16. MARX 09a : Avant-Propos
  17. MARX 09c : Fondements éthiques de la pensée sociale de Karl Marx
  18. MARX 10a : Avant-propos
  19. MARX 11a : Avant-Propos
  20. MARX 11g : L’histoire d’un livre
  21. MARX 11h : Une lettre inédite de Karl Marx
  22. MARX 13a : Avant-propos
  23. MARX 13d : La Pologne, la Russie et l’Europe
  24. MARX 14a : Le communisme — De l’utopie à la mythologie
  25. MARX 15a : La légende de Marx ou Engels fondateur
  26. MARX 15f : De l’être-humain mâle et femelle — Lettre à P. J. Proudhon
  27. MARX 15j : Notes bibliographiques
  28. MARX 17a : Avant-propos
  29. MARX 17b : Aux origines du concept de « marxisme »
  30. MARX 18a : Avant-propos
  31. MARX 18b : L’autopraxis historique du prolétariat
  32. MARX 18c : La constitution du « Marxisme »
  33. MARX 18g : La lutte pour les soviets libres en Ukraine 1918 - 1921
  34. MARX 18h : Un communard oublié : Jules Andrieu pédagogue
  35. MARX 18i : Ombres marxistes - I. Du marxisme considéré comme littérature
  36. MARX 18j : Ombres marxistes - II. D’une idéologie à l’autre
  37. MARX 18k : Ombres marxistes - III. À propos d’un avatar du marxisme
  38. MARX 18l : Ombres marxistes - IV. Social-démocratie et tentation totalitaire
  39. MARX 18m : Ombres marxistes - V. Autogestion : idéal et pratique
  40. MARX 18o : Féminisme et Androcratie
  41. MARX 19a : Avant-propos
  42. MARX 19c : L’édification d’une doctrine marxiste
  43. MARX 19d : Engels fondateur ?
  44. MARX 19g : La responsabilité historique
  45. MARX 19h : Les nouveaux convertis
  46. MARX 19i : Les maîtres lecteurs
  47. MARX 19k : Le parti de la mystification et la dictature du prolétariat
  48. MARX 19n : L’actualité utopique du communisme des conseils
  49. MARX 21a : Avant-propos
  50. MARX 21f : Marx Édition du Jubilé 1883 -1983
  51. MARX 23a : Avant-propos ( Quel Bilan ? )
  52. MARX 23j : Du capitalisme libéral au capitalisme libéré
  53. MARX 25a : Avant-propos
  54. MARX 25h : L’espace médiatique : un nouveau lieu pour l’imaginaire social ?
  55. MARX 27a : Avant-propos