AccueilPublicationsÉtudes de marxologie (1959-1994)
Dernière mise à jour :
lundi 20 novembre 2017
   
Brèves
« Lutte de Classe » (GLAT) - Série complète !
samedi 27 octobre
La couverture chronologique de la revue du GLAT, Lutte de Classe, a été considérablement étendue (premier numéro de mars 1964) et comprend maintenant un renvoi sur une version numérisée des 128 numéros !
Cahiers du Communisme de Conseils - Série complète !
vendredi 26 octobre
Les trois numéros manquant (1, 2 & 5) sont maintenant disponibles dans les sommaires de la revue des Cahiers du Communisme de Conseils. Que les volontaires pour les transcriptions n’hésitent pas à se signaler... En attendant, bonne lecture !
Premiers scans des Cahiers du Communisme de Conseil
dimanche 5 août
Neuf des douze numéros de la revue des Cahiers du Communisme de Conseil (1968-1972) sont maintenant accessible en version numérique au travers du sommaire général.
Derniers numéros de la revue Communisme
dimanche 5 août
Les numéros 6, 8, 9 et 15 qui manquaient jusque là ont été ajoutés au sommaire général de la revue « Communisme » (1937-1939). Bonnes lectures !
Mise à jour sommaires GLAT
samedi 11 février
Le sommaire général de la revue du GLAT, Lutte de Classe vient d’être encore étendu. Merci de signaler manques ou corrections.
Sur le Web
Controverses
Revue publiée par le Forum de la Gauche Communiste Internationaliste : C’est pour contribuer à déblayer la voie vers la clarification et le regroupement sur des bases théoriques, politiques et organisationnelles saines que Controverses a vu le jour. En d’autres termes, tout en tenant compte du changement de période qui n’est plus au reflux mais à la reprise historique des combats de classes, notre objectif essentiel est de reprendre ce qui était le souci de Bilan mais qu’il n’a pu mener complètement à bien compte-tenu des conditions d’alors : « ...une critique intense qui visait à rétablir les notions du marxisme dans tous les domaines de la connaissance, de l’économie, de la tactique, de l’organisation », et ce sans « aucun dogme », sans « aucun interdit non plus qu’aucun ostracisme », et « par le souci de déterminer une saine polémique politique ». Ceci est plus que jamais indispensable afin de réussir un nouvel « Octobre 17 » sous peine de se retrouver comme ces « vieux bolcheviks ... qui répètent stupidement une formule apprise par cœur, au lieu d’étudier ce qu’il y avait d’original dans la réalité nouvelle. (extrait de l’éditorial du n°1)
Gavroche - La revue
Le premier numéro de la revue trimestrielle Gavroche est sorti en décembre 1981. Il prenait la suite du Peuple français, belle aventure éditoriale des années soixante-dix. Depuis plus de 20 ans, la revue s’attache à la retranscription des fêtes, des travaux, des luttes et des joies du principal acteur de l’histoire : le peuple. Gavroche fait aussi resurgir des événements jusque-là ignorés ou passés volontairement sous silence.
L’Echo de la Fabrique
Le journal des chefs d’ateliers et ouvriers de la soie à Lyon, hebdomadaire phare de la presse ouvrière, paraît d’octobre 1831 à mai 1834. Ce site en donne à lire l’intégrale des articles, suite à un remarquable travail empreint d’une grande rigueur scientifique. Indispensable pour l’étude des insurrections des canuts de 1831 et 1834.
La Révolution prolétarienne
Revue fondée par Pierre Monatte en 1925. Le site publie un grand nombre d’articles de la période "historique". La publication se poursuit...
La Bataille socialiste
Site de ressources documentaires sur le patrimoine socialiste. Suit l’actualité des parutions, publie certains articles en ligne et propose des documents concernant le mouvement ouvrier de la première moitié du XXe siècle principalement.
MARX 19a : Avant-propos
Maximilien RUBEL - Janvier - Février 1978 / pp. 1 - 6
26 mars 2011 par eric

Avant donc que d’écrire, apprenez à penser (BOILEAU).

Wovon man nicht sprechen kann, darüber muss man schweigen (WITTGENSTEIN).

Marx, marxiste, marxisme : peu de termes en usage permanent dans le langage de tous les médias ont donné lieu et invitent à autant de contresens que cette triade de vocables qui hantent tous les professionnels de la pensée, toutes les branches de l’intelligentsia occidentale, alors que dans les pays proclamés socialistes ou communistes la codification sémantique officielle dispense leurs usagers de toute réflexion laborieuse : « marxistes » par force, ils ignorent les querelles sectaires en vogue chez nous. Ce n’est pas le non-intellectuel - c’est-à-dire l’immense majorité de l’humanité - qui est pour quelque chose dans l’existence de cette tour de Babel où s’interpellent et s’affrontent adeptes et adversaires possédés du furor marxensis ; tout au plus pourrait-on lui reprocher de rester indifférent aux ébats tapageurs d’une « élite » dont les agissements alimentent le spectacle destiné à distraire les tenants du pouvoir politique bénéficiaires de tels discours idéologiques.

Peut-on éviter de se laisser prendre à ces jeux stériles en parlant de Marx et de ses enseignements ? Autrement dit, peut-on en parler raisonnablement, en respectant les règles élémentaires de la logique et la vérité palpable des faits ? Bref, une marxologie scientifique est-elle encore possible quand on se trouve en face des exhibitions fantaisistes de toute une corporation - universitaires y compris - d’intellectuels ?

La publication de ces Cahiers devrait fournir la preuve de cette possibilité et démontrer ainsi l’utilité d’une vaste spécialité de recherche dont la raison d’être réside dans le principe de la légitime défense : jamais les masses de non-spécialistes n’ont été livrées à une telle frénésie de polémiques qui n’ont qu’un seul objectif : scandaliser pour se faire reconnaître, pour apparaître sous les projecteurs de la publicité mercantile. Le scandale ainsi provoqué augmente en raison de l’ignorance de ceux qui l’entretiennent.

Le présent Cahier embrasse une diversité de sujets dont il peut sembler difficile de dégager une idée directrice, mais qui ont en commun une caractéristique principale : ils sont traités avec compétence et sérieux, mais aussi avec l’ironie que commande le spectacle, leur substance didactique fournissant au lecteur désireux d’apprendre le moyen d’exercer son esprit critique en jugeant les manifestations littéraires et politiques dont Marx est autant l’objet que la victime.

La recherche des « origines » nous a révélé la totale « innocence » de Marx dans la naissance de la mythologie marxiste. Non seulement l’idée de fonder une école de pensée lui était étrangère, mais il n’aurait vu que moquerie dans toute tentative de coller à son enseignement une dénomination onomastique telle que « marxiste », ou de pousser l’incompréhension de son œuvre jusqu’à lui infliger le stigmate du sectarisme sous le nom glorificateur de « marxisme ». Tolérer de semblables abus de termes devait lui apparaître pure trahison de l’esprit scientifique avec lequel il entendait mener l’entreprise critique qui était sa tâche. Voilà ce que démontre l’étude dont on trouvera ici la partie finale, faisant suite aux chapitres publiés dans les Cahiers 17 et 18 (1974 et 1976), par Margaret Manale.

Vu ce contraste entre une glorification tapageuse sans cesse renouvelée et une occultation non moins obstinée, on ne peut que s’étonner que la nécessité d’une reconstitution conceptuelle des grands thèmes de la théorie marxienne ne se soit imposée que depuis relativement peu de temps. Les tentatives faites sont à tous égards insatisfaisantes, soit parce qu’elles souffrent d’un vice de méthode ou qu’elles ne proposent qu’un choix limité de notions fragmentaires. Nous présentons ici un essai (par L. Janover et M. Rubel) qui nous paraît répondre à la nécessité signalée, tant sur le plan de la méthode que du point de vue de la structure conceptuelle. On notera que les deux notions choisies sont étroitement liées par leur contenu sémantique, l’une désignant un phénomène institutionnel définissable dans ses aspects empiriques, l’autre n’« existant » qu’en tant que complexe de représentations empreintes d’affectivité prémonitoire plutôt que d’idées bien définies. Marx n’a pas procédé systématiquement par définitions, bien que l’on puisse glaner dans ses écrits des formules ayant l’allure d’aphorismes et se prêtant parfaitement à une utilisation lexicographique raisonnée. Les deux notions retenues, « État » et « Anarchisme », figurent ici non pas dans leur rédaction définitive, mais en tant que matière brute prête à être façonnée en vue de prendre figure dans le Lexique de Marx. Nous révélons en quelque sorte un procédé de fabrication en montrant la première étape de la construction conceptuelle à partir d’éléments de base aussi complets que possible. Le second pas sera de faire subir à cette matière multiple une opération de condensation de façon à la réduire à l’état le plus proche du concept délimitant au maximum son champ herméneutique, sans prétendre à une forme de définition univoque habituellement proposée par les dictionnaires.

Plusieurs contributions (Par Louis Janover) cherchent à « actualiser » un problème essentiel s’inscrivant dans le cadre d’une réflexion critique sur l’éthique du comportement révolutionnaire dans le domaine de la production intellectuelle en général et de l’expérience « surréaliste » en particulier. La relation avec l’humanisme socialiste - dont Marx avait épousé les postulats en adhérant à la cause du mouvement ouvrier - paraît d’autant moins douteuse qu’elle implique l’adhésion à l’exigence, inconditionnellement posée en raison et en utopie, de la disparition de l’antagonisme barbare entre le travail intellectuel et le travail physique : l’être humain étant créateur, donc artiste par essence, l’existence et la pratique de l’art comme spécialité et marchandise ne font que révéler le gouffre qui sépare la masse des non-artistes forcés d’une élite de créateurs au service des possédants, ainsi que les non-intellectuels des professionnels de la plume prompts à servir les puissants. Le mouvement surréaliste était virtuellement la sublimation de ce divorce barbare et son adhésion à la cause de la révolution prolétarienne se justifiait en tant que négation du mercantilisme littéraire et artistique. Sa compromission avec le bolchevisme a fini de corrompre l’esprit originaire de sa révolte contre les institutions aliénantes dont les classes économique et politique, à l’Est comme à l’Ouest, disposent pour maintenir les masses dans un ilotisme dont la réflexion la plus géniale dans l’art surréaliste ne pouvait être que moquerie scandaleuse.

Parti pour enseigner le poids du destin dans le développement de l’histoire humaine, donc l’irresponsabilité de l’individu singulier soumis aux « forces productives » - concept étendu à l’action de classes sociales -, Marx s’est vu attribuer la fonction de surhomme capable de faire naître des révolutions et des terreurs, des empires et des inquisitions. Le fait d’avoir abjuré la philosophie au profit de la recherche scientifique en matière d’évolution sociale ne l’a pas prémuni contre les jugements excessifs de ces pseudo-philosophes qui, hier encore fanatiquement « marxistes », s’évertuent à charger de leurs propres déconvenues le penseur dont tout le combat visait à dénoncer et à troubler les jeux et fêtes de l’idéologie débridée. De toutes les modes intellectuelles apparues en France depuis le déchaînement imaginatif de Mai 1968, la plus récente, bêtement baptisée « nouvelle philosophie », est sans conteste la plus bêtifiante ; l’ignorance dont elle fait étalage en s’attaquant à Marx n’est égalée que par l’effronterie avec laquelle elle rejette le marxisme, hier encore compris et vénéré comme vérité du salut. Les rubriques « Dossiers d’actualité » et « Documents » proposent une série de textes dont quelques-uns ont été repris d’autres publications, mais dont la diffusion s’impose en raison d’une actualité dominée par l’opportunisme de l’inintelligentsia soi-disant communiste. Tel est le dossier composé d’articles et de lettres traitant de la dictature du prolétariat, débat suscité par l’inénarrable « abandon » de ce « concept » par les dirigeants du Parti communiste français persuadés soudain du « dépassement historique » d’un mot d’ordre que Marx aurait lancé dans des circonstances déterminées, aujourd’hui tenues pour définitivement disparues, grâce notamment aux « progrès » faits par le mouvement ouvrier dans la conquête de ses droits « démocratiques ». Il est indéniable que l’importance donnée par Marx à ce qu’il déclara un jour être son apport personnel à la théorie de la lutte des classes contraste étrangement avec l’exiguïté de l’espace théorique accordé par lui à un postulat politique devant caractériser toute une période historique : la phase de transition d’une forme de société à une autre, le temps de la rénovation humaine, la sortie du genre humain de sa vie préhistorique et son entrée dans un royaume de la liberté désormais soumis aux seules nécessités de la subsistance matérielle, largement assurée par les conquêtes des sciences et des techniques. Le concept de « dictature », forcément ambigu et lourd de réminiscences accumulées durant les terreurs d’une préhistoire inhumaine, avait été choisi par Marx de préférence à tout autre, moins chargé de menaces prémonitoires, pour signifier la volonté inflexible du prolétariat, donc de l’immense majorité de l’espèce, de ne plus se contenter de triomphes éphémères et de défaites glorieuses, mais d’affronter sans hésitation la dictature de la classe adverse, réduite à une oligarchie d’essence totalitaire. Oser parler d’« abandon » par un programme de parti, de la dictature du prolétariat témoigne autant de l’inépuisable manque de culture politique des meneurs politiques que de la docilité des masses dirigées, pourtant promues au rôle de bâtisseurs de la nouvelle Cité.

C’est pourtant à ces masses que Marx réservait la mission définitivement émancipatrice, lorsqu’il parlait d’« autopraxis historique du prolétariat » (voir les Études n° 18, 1976), en pensant aux initiatives de lutte et d’autodéfense économique qu’il voyait se développer dans les grandes concentrations industrielles. Le mouvement d’idées et d’expériences partielles qui a choisi pour mot d’ordre de combat le terme d’« autogestion » peut-il prendre place parmi les manifestations contemporaines de cette autopraxis ? L’essai ici proposé (par O. Corpet) pourrait relancer le débat sur le rapport, réel ou supposé, entre ces anciens modes d’auto-émancipation et les tentatives nouvelles.

Quelques documents « féministes » permettent de mesurer le potentiel d’énergie sociale atteint par le sexe que des millénaires de servitude, volontaire et involontaire, avaient pratiquement éliminé comme facteur déterminant dans le processus d’évolution des sociétés humaines, le réduisant à l’état de matrice privée de conscience et d’objet de jouissance façonnable à merci. Il nous importe désormais de faire de notre contribution à ces nouvelles promesses d’émancipation un signal d’avertissement contre la revendication, devenue idée fixe, d’une « égalité » qui ne peut qu’assurer la perpétuation de la morale de domination inventée et pratiquée sans discontinuer par les représentants des sociétés patriarcales et androcratiques. Au lieu de s’égarer dans des controverses idéologiques intestines (par pur esprit de compétition et d’imitation) le mouvement féministe devrait se donner pour tâche la critique radicale de l’androcratie universelle qui menace l’humanité d’extinction par le suicide techniquement organisé.

Pour autant que le mouvement ouvrier semble se refuser à répondre à la vocation émancipatrice que lui prêtent le rêve et la science socialistes du XIXe siècle, le mouvement féministe est appelé à se constituer dépositaire et défenseur des valeurs apparemment abandonnées par son rival en déperdition d’énergie créatrice.

M.R.

Autres articles de cette rubrique
  1. MARX 00 : Études de Marxologie : Sommaire / index des numéros
  2. MARX 01a : Liminaire
  3. MARX 02a : Avant-propos
  4. MARX 02b : Karl Marx et la spéculation bancaire
  5. MARX 02f : Marx on Bakunin : A neglected text
  6. MARX 02g : Marginal notes on Bakunin’s « Statism and anarchy »
  7. MARX 02h : Deutsche Marx-Text Fragmente
  8. MARX 03a : Avant-propos
  9. MARX 03b : Les débuts du marxisme théorique en France et en Italie (1880-1897)
  10. MARX 03c : Karl Marx et le Conseil fédéral anglais : Une circulaire inconnue
  11. MARX 03d : Reply to the Second Circular of the Self-Styled Majority of the British Federal Council
  12. MARX 03e : Marx et la guerre italienne
  13. MARX 04a : Avant-propos
  14. MARX 04c : Les Partis socialistes français (1880-1895)
  15. MARX 08a : Avant-Propos
  16. MARX 09a : Avant-Propos
  17. MARX 09c : Fondements éthiques de la pensée sociale de Karl Marx
  18. MARX 10a : Avant-propos
  19. MARX 11a : Avant-Propos
  20. MARX 11g : L’histoire d’un livre
  21. MARX 11h : Une lettre inédite de Karl Marx
  22. MARX 13a : Avant-propos
  23. MARX 13d : La Pologne, la Russie et l’Europe
  24. MARX 14a : Le communisme — De l’utopie à la mythologie
  25. MARX 15a : La légende de Marx ou Engels fondateur
  26. MARX 15f : De l’être-humain mâle et femelle — Lettre à P. J. Proudhon
  27. MARX 15j : Notes bibliographiques
  28. MARX 17a : Avant-propos
  29. MARX 17b : Aux origines du concept de « marxisme »
  30. MARX 18a : Avant-propos
  31. MARX 18b : L’autopraxis historique du prolétariat
  32. MARX 18c : La constitution du « Marxisme »
  33. MARX 18g : La lutte pour les soviets libres en Ukraine 1918 - 1921
  34. MARX 18h : Un communard oublié : Jules Andrieu pédagogue
  35. MARX 18i : Ombres marxistes - I. Du marxisme considéré comme littérature
  36. MARX 18j : Ombres marxistes - II. D’une idéologie à l’autre
  37. MARX 18k : Ombres marxistes - III. À propos d’un avatar du marxisme
  38. MARX 18l : Ombres marxistes - IV. Social-démocratie et tentation totalitaire
  39. MARX 18m : Ombres marxistes - V. Autogestion : idéal et pratique
  40. MARX 18o : Féminisme et Androcratie
  41. MARX 19a : Avant-propos
  42. MARX 19c : L’édification d’une doctrine marxiste
  43. MARX 19d : Engels fondateur ?
  44. MARX 19g : La responsabilité historique
  45. MARX 19h : Les nouveaux convertis
  46. MARX 19i : Les maîtres lecteurs
  47. MARX 19k : Le parti de la mystification et la dictature du prolétariat
  48. MARX 19n : L’actualité utopique du communisme des conseils
  49. MARX 21a : Avant-propos
  50. MARX 21f : Marx Édition du Jubilé 1883 -1983
  51. MARX 23a : Avant-propos ( Quel Bilan ? )
  52. MARX 23j : Du capitalisme libéral au capitalisme libéré
  53. MARX 25a : Avant-propos
  54. MARX 25h : L’espace médiatique : un nouveau lieu pour l’imaginaire social ?
  55. MARX 27a : Avant-propos