AccueilPublicationsLa Critique Sociale (1931-1934)
Dernière mise à jour :
mercredi 28 juin 2017
   
Brèves
« Lutte de Classe » (GLAT) - Série complète !
samedi 27 octobre
La couverture chronologique de la revue du GLAT, Lutte de Classe, a été considérablement étendue (premier numéro de mars 1964) et comprend maintenant un renvoi sur une version numérisée des 128 numéros !
Cahiers du Communisme de Conseils - Série complète !
vendredi 26 octobre
Les trois numéros manquant (1, 2 & 5) sont maintenant disponibles dans les sommaires de la revue des Cahiers du Communisme de Conseils. Que les volontaires pour les transcriptions n’hésitent pas à se signaler... En attendant, bonne lecture !
Premiers scans des Cahiers du Communisme de Conseil
dimanche 5 août
Neuf des douze numéros de la revue des Cahiers du Communisme de Conseil (1968-1972) sont maintenant accessible en version numérique au travers du sommaire général.
Derniers numéros de la revue Communisme
dimanche 5 août
Les numéros 6, 8, 9 et 15 qui manquaient jusque là ont été ajoutés au sommaire général de la revue « Communisme » (1937-1939). Bonnes lectures !
Mise à jour sommaires GLAT
samedi 11 février
Le sommaire général de la revue du GLAT, Lutte de Classe vient d’être encore étendu. Merci de signaler manques ou corrections.
Sur le Web
Controverses
Revue publiée par le Forum de la Gauche Communiste Internationaliste : C’est pour contribuer à déblayer la voie vers la clarification et le regroupement sur des bases théoriques, politiques et organisationnelles saines que Controverses a vu le jour. En d’autres termes, tout en tenant compte du changement de période qui n’est plus au reflux mais à la reprise historique des combats de classes, notre objectif essentiel est de reprendre ce qui était le souci de Bilan mais qu’il n’a pu mener complètement à bien compte-tenu des conditions d’alors : « ...une critique intense qui visait à rétablir les notions du marxisme dans tous les domaines de la connaissance, de l’économie, de la tactique, de l’organisation », et ce sans « aucun dogme », sans « aucun interdit non plus qu’aucun ostracisme », et « par le souci de déterminer une saine polémique politique ». Ceci est plus que jamais indispensable afin de réussir un nouvel « Octobre 17 » sous peine de se retrouver comme ces « vieux bolcheviks ... qui répètent stupidement une formule apprise par cœur, au lieu d’étudier ce qu’il y avait d’original dans la réalité nouvelle. (extrait de l’éditorial du n°1)
Gavroche - La revue
Le premier numéro de la revue trimestrielle Gavroche est sorti en décembre 1981. Il prenait la suite du Peuple français, belle aventure éditoriale des années soixante-dix. Depuis plus de 20 ans, la revue s’attache à la retranscription des fêtes, des travaux, des luttes et des joies du principal acteur de l’histoire : le peuple. Gavroche fait aussi resurgir des événements jusque-là ignorés ou passés volontairement sous silence.
L’Echo de la Fabrique
Le journal des chefs d’ateliers et ouvriers de la soie à Lyon, hebdomadaire phare de la presse ouvrière, paraît d’octobre 1831 à mai 1834. Ce site en donne à lire l’intégrale des articles, suite à un remarquable travail empreint d’une grande rigueur scientifique. Indispensable pour l’étude des insurrections des canuts de 1831 et 1834.
La Révolution prolétarienne
Revue fondée par Pierre Monatte en 1925. Le site publie un grand nombre d’articles de la période "historique". La publication se poursuit...
La Bataille socialiste
Site de ressources documentaires sur le patrimoine socialiste. Suit l’actualité des parutions, publie certains articles en ligne et propose des documents concernant le mouvement ouvrier de la première moitié du XXe siècle principalement.
LCS 07f : Cdt. LEFEBVRE DES NOËTTES, L’Attelage
Raymond QUENEAU - N° 7 - Janvier 1933 / pp. 39-40.
30 juillet 2011 par eric

Revue des Livres

Cdt. LEFEBVRE DES NOËTTES : L’Attelage. Le Cheval de selle à travers les âges. Contribution à l’histoire de l’esclavage. (Paris, Picard, 1 vol. in-8, 312 p., et 1 vol. de planches, 457 fig.).

Une première édition de cet ouvrage avait paru en 1924, sous le titre : La force motrice animale à travers les âges. Le sujet peut, au premier abord, paraître un peu spécial. Il ne vise cependant à rien moins qu’à bouleverser toutes les idées acquises sur l’évolution de la technique et à donner de l’esclavage une explication entièrement neuve - et strictement matérialiste. Et c’est là le grand intérêt de l’œuvre. M. Carcopino, membre de l’Institut, écrit naïvement dans sa préface : « La confirmation que (ces) travaux apportent à cette philosophie qu’on a appelée le matérialisme historique est trop éclatante et complète pour être acceptée sans résistance » (p. 4), et P. Conissin, dans un compte-rendu de la Revue des Études anciennes, remarque que « volontaire ou non, c’est un argument de premier ordre en faveur du matérialisme historique ». Voir également le long et intéressant compte-rendu de Ch. Picard dans la Revue Historique, sept.-oct. 1932, t. CLXX, p. 282-285.

Ainsi la seule contribution théorique importante qui aurait été faite en France à l’interprétation matérialiste de l’histoire, on la devrait à M. Lefebvre des Noëttes, officier d’artillerie en retraite. Voyons donc d’un peu près en quoi consiste cette contribution.

L’attelage dans l’antiquité diffère essentiellement de l’attelage moderne ; il a ceci de caractéristique qu’il n’utilise pas rationnellement la force motrice animale ; alors que les attelages actuels sont capables de traîner des charges de plus de quarante tonnes, les plus puissants chariots romains ne pouvaient transporter au maximum qu’une demi-tonne. La démonstration du Commandant Lefebvre des Noëttes est à cet égard concluante et s’appuie à la fois sur les représentations figurées, sur les textes - et sur l’expérience, car il a montré que le rendement de chevaux attelés à l’antique était de beaucoup inférieur à celui de chevaux attelés à la moderne.

Il en résulte que le transport des gros matériaux aussi bien en Égypte et en Assyrie qu’en Grèce et à Rome ne pouvait se faire au moyen de la force motrice animale (le bœuf ne pouvant être utilisé, en dehors du labour, en raison de la fragilité de ses sabots non ferrés). Le mode de traction employé était donc la force humaine. Il fallait des milliers d’esclaves pour transporter les obélisques, les colosses, les grosses pierres. C’est cette insuffisance de la traction animale qui, d’après le Commandant Lefebvre des Noëttes serait la raison principale de l’esclavage. La preuve la plus convaincante qu’il en donne, c’est en montrant que l’esclavage disparut lorsque la force motrice du cheval fut utilisée rationnellement.

L’esclavage était en décroissance dès le IIIème siècle ; on a donné plusieurs causes de cette disparition : la « paix romaine » et la suppression des guerres en est une (car les guerres sont une importante source d’esclaves, les prisonniers étant vendus comme tels) ; la transformation de l’esclavage (urbain) en servage (rural), afin d’attirer des travailleurs pour cultiver les terres désertées en est une autre. Le christianisme, par contre, ne joua qu’un rôle médiocre ; il légitimait l’institution de l’esclavage. Le Commandant Lefebvre des Noëttes donne des citations probantes à cet égard : « L’esclave doit obéir à son maître avec crainte et tremblement comme au Christ », dit Saint Paul, et Saint Jean Chrysostome : « L’esclave doit se résigner à son sort et en obéissant à son maître, il obéit à Dieu », etc.

Avec la chute de l’Empire Romain et le marasme économique qui s’ensuivit, la force motrice servile perdit une grande partie de son importance ; on ne construisait plus en pierre, mais en bois et, d’autre part, la création de grands domaines agricoles et le reflux de la population des villes vers la campagne accentuaient la transformation de l’esclavage en servage du colonat. Cependant, « le mouvement n’était pas continu et sous Charlemagne, on vit le nombre des esclaves augmenter sensiblement, à la suite des grandes ventes de prisonniers de guerre » (p. 187).

L’esclavage ne disparut définitivement qu’au Xème siècle. Or c’est précisément à cette époque que l’on voit apparaître l’attelage moderne ; il est figuré sur un manuscrit du début du Xème siècle. L’attelage antique est encore employé au XIème siècle ; mais au XIIème, l’attelage moderne a triomphé. Simultanément, et même un peu antérieurement (au milieu du IXème), on avait découvert la ferrure ; l’attelage en file date également de la même époque. Ainsi, à partir des XIème, XIIème siècles, les peuples de l’Occident se trouvèrent en possession d’un mode de transport infiniment plus puissant que celui qu’avait connu l’antiquité et permettant de transporter de lourdes charges sans infliger le travail forcé à l’homme. La civilisation qui se développa alors ne connut pas l’esclavage, parce qu’il n’était plus nécessaire.

Ainsi, l’histoire de l’Occident se partagerait « en deux périodes bien distinctes » :

« Avant le Xème siècle, la force motrice animale n’est pas encore conquise, l’homme est le seul moteur efficace, et tous les transports supérieurs à 500 kilos sont exécutés à bras.

« La pénurie des moyens de traction entrave le développement des moulins à eau pour la mouture du blé et le traitement des matières premières, maintient de ce fait l’industrie dans un état d’émiettement complet, pèse lourdement sur l’état social et entraîne l’institution du travail forcé.

« Après le Xème siècle, au contraire, le moteur animal entièrement conquis libère le moteur servile, donne un puissant essor aux transports sur terre, favorise l’emploi de la houille blanche et de ses applications mécaniques, transforme de ce fait l’industrie émiettée des anciens en une industrie condensée infiniment plus productive, et prépare l’avènement des grandes conquêtes modernes sur la nature » (p. 188).

Si l’esclavage réapparut au XVIème siècle en Amérique, c’est parce qu’il n’y avait ni chevaux, ni bœufs ; et ce n’est pas pour des raisons morales qu’il disparut au XIXème ; les Quakers d’Amérique du Nord, devenus possesseurs de nombreux chevaux et bœufs, en proclamèrent la suppression au milieu du XVIIIème siècle et commencèrent ce mouvement d’opinion contre la traite des noirs qui ne devait aboutir qu’une fois l’Amérique suffisamment pourvue de force motrice autre que la force humaine.

Dans les colonies de l’Afrique Centrale, où le cheval et le bœuf ne peuvent pas vivre, l’esclavage réapparut - et existe encore - « sous l’euphémisme de portage » (p. 181). Enfin le retard industriel de l’Orient proviendrait de ce qu’il ne connut jamais que l’attelage antique.

Telle est la thèse soutenue par le Commandant Lefebvre des Noëttes. Les bases en paraissent inattaquables : l’insuffisance de la traction animale dans l’antiquité est un fait, la découverte de l’attelage moderne au Xème siècle en est également un autre. Quant à l’interprétation de ces faits, remarquons que l’auteur ne prétend pas donner une explication globale de l’esclavage, mais une « contribution » à son histoire.

Il est naturellement superflu d’insister sur l’intérêt que cet ouvrage présente au point de vue marxiste, intérêt signalé par les historiens officiels eux-mêmes. « Argument de premier ordre en faveur du matérialisme historique », dit l’un d’eux. Aux matérialistes, donc, d’en profiter.

R. QUENEAU

Autres articles de cette rubrique
  1. LCS 00 : Sommaire des numéros de la revue « La Critique Sociale »
  2. LCS 01a : Perspectives de travail
  3. LCS 01b : Le mouvement cyclique de la production moderne
  4. LCS 02a : D. B. Riazanov
  5. LCS 02b : L’Institut Marx-Engels
  6. LCS 03a : L’économie dirigée
  7. LCS 03b : Les œuvres économiques de Karl Marx
  8. LCS 03g : Biographie de Lénine
  9. LCS 04a : Chaos mondial
  10. LCS 05a : Le socialisme et la guerre
  11. LCS 05b : V. Polonsky
  12. LCS 05d : La philosophie de Hegel
  13. LCS 05f : Thèses sur Hegel et la Révolution
  14. LCS 06a : Sombres jours
  15. LCS 06d : Curzio MALAPARTE, Technique du Coup d’État
  16. LCS 06d : Julius DICKMANN, Das Grundgesetz der sozialen Entwicklung
  17. LCS 06f : Albert Mathiez
  18. LCS 06f : Charles Gide
  19. LCS 06f : David Riazanov
  20. LCS 06i : Correspondance - Sur Hegel - Sur le « Capital »
  21. LCS 07a : Quinze ans après
  22. LCS 07c : La loi fondamentale de l’évolution des sociétés
  23. LCS 07d : À nos lecteurs
  24. LCS 07f : Cdt. LEFEBVRE DES NOËTTES, L’Attelage
  25. LCS 07f : Ernst POSSE, Le Marxisme en France de 1871 à 1905
  26. LCS 07f : MALAPARTE & OSSENDOWSKI, Lénine
  27. LCS 07f : S. HOOK, The contemporary significance of Hegel’s philosophy
  28. LCS 07g : Nécrologie de Fernand Loriot
  29. LCS 07i : Nécrologie - M. N. Pokrovsky - O. Minor - K. Moor - E. Bernstein
  30. LCS 08a : Anniversaire et Actualité
  31. LCS 08k : L’affaire Victor Serge
  32. LCS 08l : Un appel
  33. LCS 09b : La véritable limite de la production capitaliste
  34. LCS 09e : Clara Zetkin
  35. LCS 10g : À propos d’une théorie de l’esclavage
  36. LCS 11a : Les Journées de Février