AccueilContributionsSur le fil du temps
Dernière mise à jour :
dimanche 23 avril 2017
   
Sur le Web
Capitalisme & Crises Économiques
Jacques Gouverneur et Marcel Roelandts proposent de découvrir les résultats de leurs recherches respectives. Elles portent sur l’analyse critique de l’évolution du capitalisme, en respectant un souci de rigueur scientifique. Elles débouchent sur des analyses et des conclusions souvent novatrices.
Disparition d’Irène Petit
Claudie Weill ( 2013 )
27 juin 2013 par eric

Irène Petit (1928-2012), agrégée d’allemand, maîtresse de conférences à l’Université de Paris X-Nanterre où elle enseignait en mai 1968, fut d’abord lectrice en Allemagne du sud au lendemain de la guerre, avec grade militaire, ce qui l’amusait beaucoup.

Elle s’est située très tôt dans la mouvance de Lucien Goldmann puis a séjourné dans cette pépinière de l’intelligentsia que fut le sanatorium de Saint Hilaire du Touvet où elle rencontra ceux qui allaient devenir ses meilleurs amis. Ayant entrepris un thèse sur les théories économiques de Karl Kautsky qu’elle n’a pas achevée, elle a fait de nombreux séjours à Amsterdam, à l’Institut International d’Histoire Sociale, et s’est constitué là aussi, un solide cercle d’amis.

Ayant noué des relations de travail avec Georges Haupt, elle s’est surtout distinguée par ses traductions de textes de Rosa Luxemburg (Grèves de masse, parti et syndicats, l’Accumulation du capital, notamment) mais elle a aussi abordé les études féministes ainsi que la problématique des exilés antifascistes allemands.

Ses fréquents séjours à Berlin et ses amitiés dans l’est de la ville lui ont valu l’attention soutenue des services de la DST : ayant milité au PSU, elle a pu consulter son dossier après 1981.

Elle conservait — et communiquait le cas échéant — les archives de son grand-père, Jean Bourdeaux, premier traducteur de Schopenhauer qui entretenait de nombreuses correspondances avec les intellectuels et les écrivains de la fin du XIXe siècle et dont elle avait hérité, via sa mère, d’un manoir en Limousin où elle s’est retirée à la fin de sa vie.


Bibliographie :

— LUXEMBURG Rosa, L’accumulation du capital, traduction et présentation d’Irène Petit, Paris, François Maspero, Bibliothèque socialiste n° 11, 1967, 2 vols., 304 et 240 pp.

— LUXEMBURG Rosa, Œuvres I : Réforme ou Révolution ? Grève de masse, parti et syndicats, présentation et traduction d’Irène Petit, Paris, Petite collection Maspero, 1969, 175 pp.

  • « Réforme sociale ou révolution ? » (Seconde édition - 1908)
  • « Grève de masse, parti et syndicats » (1906)

— NETTL John Peter, La vie et l’œuvre de Rosa Luxemburg, traduit par Irène Petit et Marianne Rachline, Paris, Maspero, Bibliothèque socialiste n° 21-22, 1972, 2 vols., 965 pp.

— LUXEMBURG Rosa, Vive la lutte ! Correspondance 1881 - 1914, Textes réunis, traduits, annotés sous la direction de G. Haupt par C. Weill, I. Petit et G. Badia, Paris, Maspero, 1975, 424 pp.

— LUXEMBURG Rosa, J’étais, je suis, je serai ! Correspondance 1914-1919, Textes réunis, traduits, annotés sous la direction de G. Haupt par C. Weill, I. Petit et G. Badia, Paris, Maspero, 1977, 430 pp.

— SCHRAMM Hanna, Vivre à Gurs : un camp de concentration français 1940-1941, traduit de l’allemand par Irène Petit, Paris, Maspero, Actes et mémoires du peuple, 1979, 379 pp.

— LUXEMBURG Rosa, Réforme ou Révolution ? - Grève de masse, parti et syndicats, présentation et traduction de Irène Petit, rééd. à l’identique de la petite collection Maspero 1969, Paris, La Découverte, 2001, 137 pp.

— SOREL Georges, « Lettres de Georges Sorel à Jean Bourdeau », avec introduction de Michel Prat, Patrice Rolland et Irène Petit, Mil neuf cent, n° 14 et 15, 1996-1997.