AccueilŒuvres Complètes de Rosa LuxemburgOCRL - Recensions et commentaires
Dernière mise à jour :
samedi 25 mars 2017
   
Brèves
Les OCRL en ligne
mercredi 12 novembre
La section des Œuvres complètes de Rosa Luxemburg accueille maintenant l’édition en ligne des OCRL, complémentaire des volumes parus au format papier, incluant également des textes inédits, d’auteurs tiers, en rapport avec les thématiques des volumes parus. Voir le Journal des parutions.
Introduction à l’économie politique
DEBRY Jean-Luc / Recension OCRL1 - Gavroche n° 156, octobre 2008
30 décembre 2014 par eric

Le collectif Smolny s’attache à rendre disponibles les contributions essentielles, dans toute leur diversité et leur complexité, de l’histoire du mouvement ouvrier, notamment celles de la gauche communiste, souvent négligées par l’édition traditionnelle. En tournant volontiers son regard vers l’œuvre d’Anton Pannekoek, il donne le ton.

C’est dans ce cadre que s’inscrit la publication du texte Introduction à l’économie politique de Rosa Luxemburg. Il s’agit des cours qu’elle dispensa de 1907 à 1913 à l’école du Parti social-démocrate allemand. L’auteur, en marchant sur les traces de Marx, expose, dans un style limpide et didactique, mais sans pédantisme, une lecture personnelle et particulièrement érudite de l’économie politique dans un contexte de développement du système capitaliste. Les contradictions structurelles qu’il ne manque pas de produire y sont exposées avec soin. Le dernier chapitre consacré « à la mondialisation », comme on dirait aujourd’hui, sera, au regard des événements qui secouèrent l’Europe de 1914 à 1930, malgré la note d’espoir qui le clôt, particulièrement douloureux aux lecteurs actuels. L’analyse de Rosa Luxemburg est portée par la conviction que les contradictions d’un tel système économique ne pouvaient qu’aboutir à sa destruction, sous-estimant sans doute la puissance de la contre-révolution qui allait se mettre en route à Berlin en 1919 et à Moscou dès le début des années 1920.

Elle aborde diverses formes d’organisations sociales et économiques, depuis le « communisme primitif ». Son traitement du travail-marchandise trouve dans notre actualité un écho qui en souligne toute la modernité.

La présence d’un sérieux appareil de notes apporte un heureux complément aux lecteurs attentifs et studieux. Ce texte fort peu connu en France (la première édition en langue française date de 1970) est précédé d’une présentation de Louis Janover (de nombreux textes de cet auteur sont disponibles aux éditions Sulliver). Il faut enfin saluer la remarquable chronologie (de 1857 à 1925) incluse en fin d’ouvrage. Elle place le propos dans un cadre historique et politique internationaliste particulièrement bienvenu. La présentation des journaux et organisations complète l’ensemble. À ce propos, il convient de signaler une présentation du KAPD, des syndicalistes révolutionnaires de l’AAU et des groupes oppositionnels qui, en marge et au sein du PCR, tentèrent de résister à la destruction du pouvoir des soviets au profit d’une bureaucratie centralisée. Elle comblera sans doute quelques oublis fâcheux dans notre connaissance des révolutionnaires de ce temps.

Jean-Luc DEBRY ( gavroche.info )