AccueilBibliothèqueCollection de textes
Dernière mise à jour :
mercredi 28 juin 2017
   
Brèves
Mardi 21 mai - La Revue Z à Terra Nova
lundi 20 mai
Mardi 21 mai 2013 à 19h, rencontre à la Librairie Terra Nova de Toulouse avec l’équipe de la revue Z à l’occasion de la parution du dernier numéro Thessalonique & Grèce, aux éditions Agone. Après une enquête collective au nord de la Grèce, la revue Z viendra présenter son dernier numéro : Thessalonique dans la dépression européenne. Bricolages quotidiens et résistances insolvables.
Groupe de Liaison pour l’Action des Travailleurs
lundi 6 février
Le sommaire des articles de la revue Lutte de classe, publiée par le GLAT, a été largement augmenté, notamment sur la période 1971-1975. Pour tous les numéros listé, une version PDF est maintenant accessible en ligne. Bonnes lectures !
Mise à jour du catalogue du fonds documentaire
jeudi 1er septembre
Une nouvelle version mise à jour du Catalogue du Fonds Documentaire Smolny, très largement étendue (une vingtaine d’entrées supplémentaires) est en ligne ce jeudi 1er septembre 2011. Merci aux contributeurs. D’autres titres à suivre...
Ouverture des archives numériques du CERMTRI
lundi 15 août
Le CERMTRI a décidé de créer une bibliothèque numérique avec l’objectif de numériser le maximum de ses archives et de ses collections. Pour démarrer : La revue « Bulletin Communiste » (1920-1933) ; le journal « La Vérité » (1957-1958) ; la revue des « Cahiers du mouvement ouvrier » (2002-2011). Soit déjà 428 documents ce qui représente 6395 pages. Bravo pour cette excellente initiative !
Sur le Web
[infokiosques.net]
Nous nous auto-organisons et nous montons un infokiosque, une sorte de librairie alternative, indépendante. Nous discutons des publications, brochures, zines et autres textes épars qui nous semblent intéressants ou carrément nécessaires de diffuser autour de nous. Nous les rassemblons dans cet infokiosque, constituons ainsi nos ressources d’informations, et les ouvrons au maximum de gens. Nous ne sommes pas les troupes d’un parti politique, ni les citoyen-ne-s réformateurices de nos pseudo-démocraties, nous sommes des individus solidaires, qui construisons des réseaux autonomes, qui mettons nos forces et nos finesses en commun pour changer la vie et le monde.
Premiers pas sur une corde raide Montreuil (93) : concert de soutien au Rémouleur, samedi 11 octobre 2014 qcq Tout mais pas l'indifférence Crise, totalitarisme, luttes sociales et de classe en Grèce Bruxelles : programme de septembre 2014 au local Acrata
Bibliolib
Catalogue de textes d’origine libertaire ou anarchiste, sans habillage particulier (pas de commentaire, d’édition critique, de note). Les textes bruts donc avec une liste d’auteurs qui commence à être significative. Un bon point d’entrée donc pour ceux qui savent à l’avance ce qu’ils cherchent. Attention : ce site s’est fait subtilisé sa précédente adresse par un site pornographique. Notre propre lien a donc été incorrect quelque temps. Nous en sommes désolé.
Pelloutier.net
Sur l’histoire du syndicalisme révolutionnaire et de l’anarcho-syndicalisme, avec des études, documents et synthèses intéressantes sur Pelloutier, Monatte, La Vie Ouvrière (1909-1914) et sur les mouvements syndicalistes en France, Europe, USA...
Balance
Cahiers d’histoire du mouvement ouvrier international et de la Guerre d’Espagne. Nombreux articles en espagnol. Textes de Bordiga, entre autres.
Classiques des sciences sociales
Une bibliothèque numérique entièrement réalisée par des bénévoles, fondée et dirigée par Jean-Marie Tremblay, sociologue. Comprend de très nombreuses oeuvres du domaine public. La section des "auteurs classiques", en particulier, est une véritable mine, où l’on trouve Bebel, Bordiga, Boukharine, Engels, Fourier, Gramsci, Kautsky, Labriola, Lafargue, Lukacs, Luxemburg, Marx, Trotsky et bien d’autres.
TROTSKI Léon (1929) : Paris et Zimmerwald
Extraits du chapitre XIX de son autobiographie, « Ma vie » (écrite et publiée en 1929)
27 février 2015 par sam

« Le 19 novembre 1914, je franchissais la frontière française, en qualité de correspondant de guerre de la Kievskaïa Mysl. J’avais accepté l’invite de ce journal d’autant plus volontiers que cette mission me donnait la possibilité de voir de plus près la guerre.

[...] Au moment où les Allemands s’approchaient de Paris que désertaient les bourgeois, deux émigrés russes créèrent là de toutes pièces, un petit journal quotidien, rédigé dans leur langue. Cet organe avait pour objet d’expliquer aux Russes perdus dans Paris le sens des événements et de ne pas laisser s’éteindre l’esprit de solidarité internationale. Au moment de lancer le premier numéro, la « caisse » des éditeurs contenait tout juste trente francs. Pas un homme de « bon sens » n’aurait pu croire qu’on parviendrait à publier un quotidien avec ce capital social. Et, en effet, au moins une fois par semaine, le journal, bien que ses rédacteurs et collaborateurs travaillassent gratuitement, passait par une crise à laquelle, semblait-il, on ne trouverait pas d’issue. On en trouvait une cependant. Dévoués à leur journal, les typos enduraient famine ; les rédacteurs couraient la ville à la recherche de quelques dizaines de francs, - et le numéro suivant sortait à son heure. C’est ainsi que, sous les coups du déficit et de la censure, disparaissant parfois et reparaissant aussitôt sous un nouveau nom, le journal vécut deux ans et demi, c’est-à-dire jusqu’à la révolution de Février 1917.

[...] Aussitôt arrivé à Paris, je me mis à collaborer avec zèle à Naché Slovo qui s’appelait encore Goloss. Ce quotidien fut pour moi un très important instrument d’orientation au cours des événements.

[...] Jaurès n’était plus. Je visitai le restaurant du « Croissant » où il avait été assassiné. J’aurais voulu retrouver ses traces. Au point de vue politique j’étais éloigné de lui, mais il était impossible de ne pas éprouver l’attraction exercée par cette puissante figure. Le monde spirituel de Jaurès, qui se composait de traditions nationales, d’une métaphysique des principes moraux, d’amour pour les misérables et d’imagination poétique, avait des traits tout aussi nettement aristocratiques que de son aspect moral Bebel apparaissait simplement plébéien. Tous deux, cependant, dépassaient de toute la tête ceux qui ont recueilli leur succession.

J’ai entendu Jaurès dans des meetings à Paris, dans des congrès internationaux, dans des commissions [1]. Et chaque fois, ce fut comme si je l’entendais pour la première fois. Il n’accumulait pas les routines ; pour le fond, il ne se répétait jamais ; toujours il faisait une nouvelle découverte de lui-même, toujours il mobilisait à nouveau les sources cachées de son inspiration. Doué d’une vigueur imposante, d’une force élémentaire comme celle d’une cascade, il avait aussi une grande douceur qui brillait sur son visage comme le reflet d’une haute culture. Il précipitait des rochers, grondait tel un tonnerre, ébranlait les fondations, mais jamais il ne s’assourdissait lui-même, il se tenait toujours sur ses gardes, il avait l’oreille assez fine, pour saisir la moindre interpellation, pour y répliquer, pour parer aux objections, parfois en termes impitoyables, balayant les résistances comme un ouragan, mais aussi sachant parler avec générosité et douceur, comme un éducateur, comme un frère aîné.

Jaurès et Bebel ont été les antipodes et, en même temps, les sommets de la IIe Internationale. Ils furent profondément nationaux : Jaurès avec son ardente rhétorique latine, Bebel avec sa sécheresse de protestant. Je les ai aimés tous deux, mais différemment. Bebel épuisa ses forces physiques. Jaurès tomba en pleine floraison. Mais tous deux ont disparu en temps opportun. Leur fin marque la limite à laquelle s’est achevée la mission historique, progressiste, de la IIe Internationale. Le parti socialiste français était dans un état de complète démoralisation. La place de Jaurès ne pouvait être occupée par personne. Vaillant [2], ancien « antimilitariste », sortait chaque jour des articles imprégnés du plus violent chauvinisme.

[...] Jules Guesde, leader de l’aile marxiste, qui s’était dépensé jusqu’au bout dans une longue lutte épuisante contre les fétiches de la démocratie, ne se trouva capable que d’abandonner son autorité morale, jusque-là jamais entachée, devant « l’autel » de la défense nationale. Ce fut un mélange de tout.

[...] Avec grand effort, Renaudel [3] tâchait, par le geste et les roulements de sa voix, d’imiter le leader assassiné. Longuet se traînait à sa suite, mais non sans quelque gêne qu’il tâchait de faire passer pour de l’esprit de gauche. Par toute sa conduite, il rappelait que Marx n’a pas à répondre pour ses petits-fils. Le syndicalisme officiel, représenté par Jouhaux, secrétaire général de la C.G.T., perdit ses couleurs en vingt-quatre heures. Il avait rejeté « l’étatisme » en temps de paix ; il se mît à genoux devant l’Etat en temps de guerre.

Le bouffon révolutionnaire Hervé [4], qui, la veille encore, était antimilitariste, retourna sa veste, et, en qualité d’extrême chauvin, resta ce qu’il avait toujours été : un bouffon content de lui-même. Comme pour railler plus brillamment les idées qu’il avait défendues naguère, son journal continuait à s’appeler : La Guerre sociale.

Le tout, pris ensemble, avait l’air d’une mascarade de deuil, d’un carnaval de la mort. Il était impossible de ne pas se dire : non, vraiment, nous sommes plus sérieusement bâtis, nous n’avons pas été surpris par les événements, nous en avions prévu quelque chose, nous prévoyons d’autres choses maintenant et nous sommes prêts à bien des rencontres.

[...] Bientôt après mon arrivée à Paris, Martov et moi allâmes à la recherche de Monatte, un des rédacteurs de la Vie ouvrière, organe syndicaliste.

Ancien instituteur, puis correcteur d’imprimerie, le type même de l’ouvrier parisien par son aspect, homme de grande intelligence et de caractère, Monatte ne dévia pas une minute dans le sens d’une acceptation résignée du militarisme et de l’État bourgeois. Mais où chercher une issue ? A cet égard, nous n’étions pas d’accord. Monatte « niait » l’État et la lutte politique. L’État, passant outre à cette négation, força Monatte à revêtir le pantalon rouge quand il se fut prononcé ouvertement contre le chauvinisme syndical.

Par l’intermédiaire de Monatte, je me liai étroitement avec le journaliste Rosmer qui appartenait aussi à l’école anarcho-syndicaliste, mais qui, au fond, comme l’ont prouvé les événements, était déjà beaucoup plus proche du marxisme que les guesdistes. C’est depuis lors que je suis attaché à Rosmer, dans un sentiment d’amitié intime qui a duré à travers les épreuves de la guerre, de la révolution, du pouvoir soviétique et de la défaite de l’opposition ...

Dans le même milieu, je fis connaissance avec plusieurs autres militants du mouvement ouvrier français dont je ne savais rien auparavant : le secrétaire de la Fédération des métaux, Merrheim, homme circonspect, réservé, insinuant, qui devait finir si tristement sous tous les rapports ; le journaliste Guilbeaux [5] qui fut dans la suite, condamné, par contumace, à mort pour une prétendue « trahison » ; le « papa » Bourderon [6], secrétaire de la fédération du Tonneau ; l’instituteur Loriot, qui cherchait une issue dans la voie du socialisme révolutionnaire, - et bien d’autres.

Nous nous rencontrions une fois par semaine, quai Jemmapes ; parfois, nous nous retrouvions plus nombreux à la Grange-aux-Belles, échangeant entre nous des secrets de coulisses sur la guerre et les travaux de la diplomatie, critiquant le socialisme officiel, cherchant à déceler les symptômes d’un réveil socialiste, persuadant les hésitants, préparant l’avenir.

Le 4 août 1915, j’écrivais dans Naché Slovo :

« Malgré tout, nous arrivons à cet anniversaire sanglant sans la moindre défaillance morale, sans aucun scepticisme politique. Internationalistes révolutionnaires, nous nous sommes maintenus, dans la plus grande des catastrophes mondiales, sur nos positions d’analyse, de critique et de clairvoyance. Nous avons refusé de prendre les lunettes « nationales » que distribuaient les divers grands états-majors, non seulement à bas prix, mais avec des primes. Nous avons continué à voir les choses comme elles sont, à les nommer par leurs noms et à prévoir la suite logique de leur mouvement. »

Au printemps de 1915 arriva à Paris le député italien Morgari [7], secrétaire de la fraction socialiste du parlement de Rome, naïf éclectique, dont le dessein était d’amener les socialistes français et anglais à une conférence internationale. A la terrasse d’un café des grands boulevards, nous eûmes, avec Morgari, une conférence de plusieurs députés socialistes, lesquels, pour des raisons peu claires, se croyaient des hommes de « gauche ». Tant que l’entretien se limita à des palabres pacifistes et à la répétition de lieux communs sur la nécessité de rétablir les relations internationales, cela marcha assez bien. Mais lorsque Morgari, d’un ton tragique de conspirateur, parla de la nécessité de se procurer de faux passeports pour passer en Suisse (de toute évidence, il était séduit par le côté « carbonariste » de l’affaire) messieurs les députés firent longue mine, et l’un d’eux - je ne sais plus lequel - se hâta d’appeler le garçon et de régler toutes les consommations. Le fantôme de Molière apparut sur cette terrasse ; peut-être aussi celui de Rabelais. L’affaire en resta là. Rentrant chez nous, Martov et moi, nous en rîmes beaucoup, amusés et fâchés en même temps.

Monatte et Rosmer, déjà mobilisés, ne pouvaient venir avec nous. Je partis pour la conférence avec Merrheim et Bourderon, pacifistes très modérés. Nul de nous n’eut besoin de faux passeport, car le gouvernement, ne s’étant pas encore déshabitué des procédés d’avant-guerre, nous avait délivré des papiers en bonne et due forme.

L’organisation même de la conférence fut à la charge de Grimm, leader socialiste de Berne, qui s’efforça alors de s’élever au-dessus du niveau bourgeois de son parti, au-dessus de son propre niveau. Il prépara pour les réunions un local à dix kilomètres de Berne, dans le petit village de Zimmerwald, qui domine de haut la ville. Les délégués prirent place, en se serrant, dans quatre voitures, et gagnèrent la montagne. Les passants considéraient avec curiosité ce convoi extraordinaire. Les délégués eux-mêmes plaisantaient, disant qu’un demi-siècle après la fondation de la première Internationale, il était possible de transporter tous les internationalistes dans quatre voitures. Mais il n’y avait aucun scepticisme dans ce badinage. Le fil de l’histoire casse souvent. Il faut faire un nouveau noeud. C’est ce que nous allions faire à Zimmerwald.

Les journées de la conférence (du 5 au 8 septembre 1915) furent orageuses. L’aile révolutionnaire, à la tête de laquelle se trouvait Lénine, et le groupe pacifiste auquel appartenait la majorité des délégués réussirent difficilement à s’entendre sur un manifeste commun dont j’élaborai le projet. Le manifeste ne disait pas tout ce qu’il aurait fallu dire, loin de là. Mais il marquait tout de même un grand pas en avant. Lénine, s’était tenu à l’extrême flanc gauche. Sur un bon nombre de questions, il se trouva tout seul dans cette gauche à laquelle je n’appartenais pas formellement, bien que je fusse proche d’elle sur toutes les questions essentielles. C’est à Zimmerwald que Lénine tendit fortement le ressort. pour une future action internationale. Dans ce petit village de la montagne suisse, il posa les premières pierres de l’Internationale révolutionnaire.

Les délégués français signalèrent dans leur rapport l’importance qu’avait pour eux l’existence de Naché Slovo, qui établissait un lien d’opinion avec le mouvement internationaliste des autres pays. Rakovsky fit remarquer que Naché Slovo avait joué un rôle important dans l’élaboration de l’attitude internationaliste des partis social-démocrates balkaniques. Le parti italien connaissait aussi Naché Slovo d’après les nombreuses traductions qu’avait faites Balabanova.

[...] Liebknecht ne vint pas à Zimmerwald : il était déjà prisonnier sous l’uniforme des Hohenzollern, en attendant de devenir un simple détenu. Mais il envoya à la conférence une lettre qui marquait énergiquement son passage de la ligne pacifiste à la ligne révolutionnaire. Son nom fut prononcé plus d’une fois à Zimmerwald ; c’était déjà un nom générique dans la lutte qui déchirait le socialisme mondial.

Il fut rigoureusement interdit aux membres de la conférence d’envoyer des communiqués, de crainte que des informations données prématurément à la presse ne créassent des difficultés aux délégués quand ils auraient à repasser les frontières.

[...] La conférence de Zimmerwald donna une forte impulsion au mouvement qui se développait contre la guerre en différents pays. En Allemagne, les spartakistes étendirent plus largement leur action. En France se constitua un comité pour la reprise des relations internationales. La partie ouvrière de la colonie russe, à Paris, se resserra autour de Naché Slovo, le soutenant de toute sa vigueur, à travers les difficultés financières et bien d’autres embarras. Martov qui, dans la première période, avait été un collaborateur zélé, quitta le journal. Les dissentiments d’importance secondaire qui me séparaient encore de Lénine à Zimmerwald allaient s’effacer en quelques mois.

Cependant, des nuées s’assemblaient sur nos têtes, qui s’épaissirent de plus en plus dans le cours de 1916. Sous forme de "communiqués", La Liberté publiait des notes non signées où nous étions accusés de germanophilie. De plus en plus fréquemment, nous recevions des lettres de menaces anonymes. Accusations et menaces provenaient sans aucun doute de l’ambassade de Russie. De louches figures rôdaient constamment autour de notre imprimerie. Hervé pointait sur nous son doigt de policier. Le professeur Durkheim, président de la commission gouvernementale de l’émigration russe, faisait savoir que, dans les hautes sphères, il était question d’interdire Naché Slovo et d’expulser son rédacteur en chef. Pourtant, l’affaire traîna. Il était difficile de nous prendre en faute, car je ne commettais pas d’infractions aux lois ni même aux mesures illégales de la censure. Il fallait bien trouver un prétexte d’apparence convenable. En fin de compte, on réussit à en trouver, ou plutôt à en créer un. »


Source :

— Chapitre XIX, Paris et Zimmerwald, pages 289 à 298, in TROTSKY, Ma vie, Folio Gallimard, 2004 ;

— Le livre est par ailleurs disponible sur marxists.org ;


Sur notre site :

— Voir le mot-clé « Internationalisme » ;


Sur la toile :

— Pierre Brizon, rédacteur du Manifeste de Kienthal "Aux peuples qu’on ruine et qu’on tue !", sur le site « brizon.org »  ;

[1] Un petit livre intitulé Silhouettes révolutionnaires et signé « LOUNATCHARSKY », Commissaire du peuple à l’Instruction publique, vient de me tomber sous la main. J’y trouve un jugement sur Trotsky si juste, si sensible, que je crois intéressant d’en transcrire quelques paragraphes : « Les deux grands dons extérieurs de Trotsky sont l’éloquence et le talent d’écrivain. [...] Une prestance magnétique, le geste large et beau, un rythme tout-puissant, une voix infatigable, une merveilleuse solidité de la phrase, une fabuleuse richesse d’images, une ironie brûlante, un pathétique débordant, une logique extraordinaire et projetant dans sa lumière les éclairs de l’acier, telles sont les vertus dont ruissellent les discours de Trotsky. Il peut lancer des flèches acérées, parler par épigrammes ; il peut prononcer aussi de majestueux discours politiques, comme seul, Jaurès a su en prononcer ... » Cf. page 176/ 177 du livre de Max Eastman, Depuis la mort de Lénine, Gallimard 1925.

[2] VAILLANT Édouard (1840-1915) : étudiant en médecine, le 5 janvier 1871, il est des quatre rédacteurs de l’Affiche rouge, qui appelle à la formation d’une Commune à Paris. Après le déclenchement de la Commune, il devient délégué à l’Instruction publique. Exilé en l’Angleterre, il entre au secrétariat de l’Internationale où il continue à militer dans la tendance blanquiste. Bénéficiant de la loi d’amnistie de juillet 1880, il dirige le Parti socialiste révolutionnaire et participe à l’unification du mouvement socialiste français. En 1905, la fusion avec le Parti socialiste français permet la formation de la Section française de l’Internationale ouvrière (SFIO). Figure majeure du parti avec Jaurès et Guesde, il est accueilli dans les assemblées et les congrès socialistes au cri de « Vive la Commune ! ». Comme la grande majorité des socialistes, il se rallie à l’Union sacrée après l’assassinat de Jaurès. Cf. HOWORTH Jolyon, Edouard Vaillant, la création de l’unité socialiste en France, Syros 1982.

[3] RENAUDEL Pierre (1871-1935) : dirigeant de la SFIO, collaborateur de Jaurès avant 1914 ; directeur de l’Humanité (1914-1918), porte-parole des sociaux-patriotes pendant le conflit. Après le Congrès de Tours de décembre 1920, le courant de la SFIO, les "neo-socialistes", qu’il dirige avec Marcel Déat (1894-1955) est majoritaire au sein du groupe parlementaire. Ils seront exclus par le Congrès SFIO du 5 novembre 1933, devenus minoritaires au sein du parti, en butte à l’hostilité de l’aile gauche (« pivertistes ») et des centristes (« blumistes »). Cf. COINTET Jean-Paul, Marcel Déat : du socialisme au national-socialisme, Perrin 1998.

[4] HERVE Gustave (1871-1944) : Agrégé d’histoire, il collabore au Travailleur socialiste de l’Yonne où ses premiers articles antimilitaristes signés « Sans Patrie » sont remarqués. Il publie en 1901 l’article « L’anniversaire de Wagram », qui lui vaut d’être révoqué de l’enseignement. Militant de la SFIO et de la CGT, sa doctrine fondée sur le recours à l’insurrection en cas de guerre, acquiert une audience nationale. A partir de 1907, il dirige le journal La Guerre Sociale qu’il a fondé. Régulièrement condamné pour délits de presse à de lourdes peines de prison, il prend des positions de plus en plus radicales entre 1910 et 1914, allant jusqu’à prôner l’action directe, le sabotage. Il dénonce aussi avec véhémence la colonisation. En août 1914, Hervé retourne « sa veste rouge pour en montrer la doublure tricolore » (selon Charles Fraval). Il transforma le titre « La Guerre Sociale » en « La Victoire », le 1er janvier 1916. Lors de la « Marche sur Rome » (1922), Hervé salue son « vaillant camarade Mussolini ». Dans les années qui précédent la Seconde guerre, il continue à dénoncer les faiblesses du régime parlementaire et veut fonder une république autoritaire dont il souhaiterait que le Maréchal Pétain assume la présidence. Cf. HEURE Gilles, Gustave Hervé. Itinéraire d’un provocateur. De l’antipatriotisme au pétainisme, La Découverte 1997 ; et l’ouvrage « La Guerre Sociale, un journal contre », éditions des nuits rouges (1999) réalisé par Raoul Villette.

[5] GUILBEAUX Henri (1885-1938) : pacifiste en 1914, ce journaliste fonde la revue Demain, participe à la conférence de Kienthal. Condamné à mort en France, il est expulsé de Suisse et arrive à Moscou pour le 1er congrès de la Comintern. Selon Broué, il aurait travaillé pour les services secrets français et à la fin de sa vie eu des sympathies pour les nazies (Cf. Broué, Histoire de l’IC, Fayard, pages 58, 88 et 1010). Victor Serge en parle aussi : "tout en lui semblait teinté de moisissure, jusqu’à son profil crochu et ses yeux. Il mourut à Paris, vers 1938, devenu antisémite après avoir publié deux livres démontrant que Mussolini était le seul vrai continuateur de Lénine" (Cf. Mémoires d’un révolutionnaire et autres écrits politiques, R. Laffont, pages 619 et 953).

[6] BOURDERON Albert (1858-1930) : Ouvrier tonnelier ; coopérateur et syndicaliste révolutionnaire, puis réformiste. Délégué à la conférence de Zimmerwald.

[7] MORGARI Oddino (1865-1944) : devient socialiste en 1891. Elu deux ans plus tard secrétaire de la section de Turin du Parti Socialiste Italien, il est en 1908 rédacteur en chef d’Avanti, organe du parti. Reste toujours un fervent partisan du socialisme évolutionniste, gradualiste et pacifiste. À partir de 1911, avec un voyage en Extrême-Orient, il commence sa carrière de « diplomate du socialisme », qui va s’intensifier pendant la guerre mondiale. Il prend une part active à la préparation de la Conférence de Zimmerwald, salue la victoire des bolcheviks en 1917, et envoie le 1er Avril 1919 une lettre à Moscou où il exprime l’adhésion du PSI à l’Internationale Communiste. Cf. ARTERO Giovanni, Oddino Morgari - Biografia politica di un "cittadino del mondo", Buccinasco, Memoriediclasse 2012.

Autres articles de cette rubrique
  1. ABENSOUR Miguel (1974) : Manifeste de la collection « Critique de la politique »
  2. ANONYME : Protestation devant les libertaires du présent et du futur sur les capitulations de 1937
  3. APPEL Jan (1966) : Autobiographie
  4. APPEL Jan (1966) : Autobiography [english version]
  5. BENBOW William (1832) : Grand National Holiday, and Congress of the Productive Classes
  6. BORDIGA Amadeo (1922) : Le principe démocratique
  7. BORDIGA Amadeo (1922) : Thèses de Rome
  8. BORDIGA Amadeo (1951) : Crue et rupture de la civilisation bourgeoise
  9. BORDIGA Amadeo (1951) : Filling and bursting of bourgeois civilisation

  10. BORDIGA Amadeo (1951) : Piena e rotta della civiltà borghese
  11. BOUKHARINE Nicolas (1917) : La guerre et le socialisme révolutionnaire
  12. BOUKHARINE Nicolas (1937) : À la future génération des dirigeants du Parti
  13. BRENDEL Cajo (1953) : L’insurrection ouvrière en Allemagne de l’Est - juin 1953
  14. BRENDEL Cajo (1999) : « Garde-toi de tout mythe ! »
  15. BRETON André & COLLECTIF (1934) : Planète sans visa
  16. BRETON André (1936) : La vérité sur le procès de Moscou
  17. BRETON André (1956) : Hongrie, Soleil levant
  18. CAMUS Albert (1953) : Moscou sous Lénine
  19. CHIRIK Marc (1976) : Présentation de textes de « Bilan »
  20. COLLECTIF (1973) : Garde-fous arrêtez de vous serrer les coudes — Documents
  21. CONTRE-ATTAQUE (1935) : Union de lutte des intellectuels révolutionnaires
  22. DARWIN Charles & WALLACE Alfred (1858) : On the Tendency of Species to form Varieties ; and on the Perpetuation of Varieties and Species by Natural Means of Selection
  23. EISNER Kurt (1918) : An die Bevölkerung Münchens !
  24. ENGELS Friedrich (1842) : Die innern Krisen
  25. ENGELS Friedrich (1842) : Englische Ansicht über die innern Krisen
  26. ENGELS Friedrich (1842) : Stellung der politischen Parteien
  27. FISR (1943) : À tous les travailleurs de la pensée et des bras
  28. GAPONE George & VASSIMOV Ivan (1905) : Pétition des ouvriers au Tsar
  29. GLAT (1969) : Luttes et organisations de classe
  30. GLAT (1969) : Pour un regroupement révolutionnaire
  31. GRANDJONC Jacques (1989) : Introduction à « Communisme / Kommunismus / Communism »
  32. GTM (1937) : Le massacre de Barcelone, une leçon pour les ouvriers du Mexique !
  33. GUILLAMON Augustin (2002) : Chronologie d’Amadeo Bordiga
  34. HAASE Hugo (1919) : Reichstagsreden gegen die deutsche Kriegspolitik
  35. HOBSBAWM Eric (1961) : « La situation de la classe laborieuse en Angleterre »
  36. HOWARD Roy (1936) : Interview with J. Stalin
  37. ISTRATI Panaït (1929) : Conclusion pour combattants
  38. JANOVER Louis (1977) : Les nouveaux convertis
  39. JANOVER Louis (1981) : Actualité de Panaït Istrati
  40. JANOVER Louis (1985) : Lire Spartacus
  41. JANOVER Louis (1989) : Daniel Guérin, le trouble-fête
  42. JANOVER Louis (1991) : Les vraies leçons de Marx
  43. JANOVER Louis (1996) : Maximilien Rubel, une œuvre à découvrir
  44. JANOVER Louis (2007) : Les habits neufs de la feinte-dissidence
  45. JANOVER Louis (2008) : À propos de la réédition des « Pages choisies » de Karl Marx
  46. JANOVER Louis (2009) : De la rétrocritique considérée comme le dernier des arts
  47. JANOVER Louis (2009) : Vous avez dit minuit dans le siècle ?
  48. JAURÈS Jean (1914) : Discours de Vaise
  49. JOUHAUX Léon (1914) : Discours sur la tombe de Jean Jaurès
  50. KAUTSKY Karl (1922) : Socialisation ou nationalisation des banques ?
  51. LAFARGUE Paul (1885) : Une visite à Louise Michel
  52. LÉNINE & SVERDLOV Iakov (1918) : Position du Comité Central du P.O.S.D.R.(b) dans la question de la paix séparée et annexionniste
  53. LÉNINE (1914) : Der Krieg und die russische Sozialdemokratie
  54. LÉNINE (1918) : Additif au décret du Conseil des Commissaires du Peuple « La Patrie socialiste est en danger ! »
  55. LÉNINE (1918) : Chose étrange et monstrueuse
  56. LÉNINE (1918) : De la gale
  57. LÉNINE (1918) : Discours à la réunion commune des fractions bolchevique et socialiste-révolutionnaire de gauche du Comité Exécutif Central de Russie du 23 février 1918
  58. LÉNINE (1918) : Interventions sur la question de la paix de Brest-Litovsk
  59. LÉNINE (1918) : Leçon sérieuse et sérieuse responsabilité
  60. LÉNINE (1918) : Note sur la nécessité de signer la paix
  61. LÉNINE (1918) : Paix ou guerre ?
  62. LÉNINE (1918) : Projet d’ordre du jour à tous les soviets de députés
  63. LÉNINE (1918) : Projet de résolution du Conseil des commissaires du peuple sur l’évacuation du gouvernement
  64. LÉNINE (1918) : Rapport sur la question de la paix
  65. LÉNINE (1918) : Sur le terrain pratique
  66. LÉNINE (1918) : Une leçon dure, mais nécessaire
  67. LÉNINE (1918) : Une paix malheureuse
  68. LÉNINE (1919) : Discours d’ouverture au Premier Congrès de l’Internationale Communiste
  69. LÉNINE (1919) : Discours prononcé le 19 janvier après l’assassinat de Rosa Luxemburg et de Karl Liebknecht
  70. LERMONTOV Michel (1840) : Un fataliste
  71. LEVI Paul (1924) : Einleitung zu Rosa Luxemburg: «Einführung in die Nationalökonomie»
  72. LIEBKNECHT Karl & MEYER Ernst (1918) : Die nächsten Ziele eures Kampfes
  73. LIEBKNECHT Karl (1914) : Déclaration au Reichstag
  74. LIEBKNECHT Karl (1915) : Lettre à la Conférence de Zimmerwald
  75. LIEBKNECHT Karl (1918) : Für die freie sozialistische Republik Deutschland
  76. LIEBKNECHT Karl (1918) : To the Workers and Soldiers of the Allied Countries
  77. LIEBKNECHT Karl (1918) : Trotz alledem !
  78. LIEBKNECHT Karl (1918) : Was will der Spartakusbund ?
  79. LIEBKNECHT Karl (1919) : Kamaraden ! Arbeiter !
  80. LIEBKNECHT Karl (1919) : Malgré tout !
  81. LIEBKNECHT Karl, USPD & SPD (1918) : Bedingungen zum Eintritt in die Regierung
  82. LUXEMBURG Rosa & SPARTAKUSBUND (1918) : Was will der Spartakusbund ?
  83. LUXEMBURG Rosa (1893) : L’année 1793 !
  84. LUXEMBURG Rosa (1898) : À quoi sert la politique coloniale ?
  85. LUXEMBURG Rosa (1902) : Martinique
  86. LUXEMBURG Rosa (1904) : Social-démocratie et parlementarisme
  87. LUXEMBURG Rosa (1906) : Blanquisme et social-démocratie
  88. LUXEMBURG Rosa (1908) : Tolstoï, comme penseur social
  89. LUXEMBURG Rosa (1912) : Dans l’asile de nuit
  90. LUXEMBURG Rosa (1912) : Im Asyl
  91. LUXEMBURG Rosa (1914) : Discours devant le Tribunal de Francfort
  92. LUXEMBURG Rosa (1914) : Le revers de la médaille
  93. LUXEMBURG Rosa (1918) : Assemblée nationale ou gouvernement des Conseils ?
  94. LUXEMBURG Rosa (1918) : Das alte Spiel
  95. LUXEMBURG Rosa (1918) : Der Anfang
  96. LUXEMBURG Rosa (1918) : Die kleinen Lafayette
  97. LUXEMBURG Rosa (1918) : Die Nationalversammlung
  98. LUXEMBURG Rosa (1918) : Eine Ehrenpflicht
  99. LUXEMBURG Rosa (1918) : L’Achéron s’est mis en mouvement
  100. LUXEMBURG Rosa (1918) : L’Assemblée nationale
  101. LUXEMBURG Rosa (1918) : Les petits Lafayette
  102. LUXEMBURG Rosa (1918) : Nationalversammlung oder Räteregierung ?
  103. LUXEMBURG Rosa (1918) : Parteitag der Unabhängigen SP
  104. LUXEMBURG Rosa (1918) : Protestresolution gegen das Vorgehen der deutschen Regierung im Osten
  105. LUXEMBURG Rosa (1918) : Schlussrede
  106. LUXEMBURG Rosa (1918) : Un devoir d’honneur
  107. LUXEMBURG Rosa (1918) : Unser Programm und die politische Situation
  108. LUXEMBURG Rosa (1918) : Korreferat zur Politik der USPD
  109. LUXEMBURG Rosa (1918) : Les masses « immatures »
  110. LUXEMBURG Rosa (1919) : Der erste Parteitag
  111. LUXEMBURG Rosa (1919) : Das Versagen der Führer
  112. LUXEMBURG Rosa (1919) : Die Ordnung herrscht in Berlin
  113. LUXEMBURG Rosa (1919) : Kartenhäuser
  114. LUXEMBURG Rosa (1919) : L’ordre règne à Berlin
  115. LUXEMBURG Rosa (1919) : Versäumte Pflichten
  116. LUXEMBURG Rosa (1919) : Was machen die Führer ?
  117. LÖWY Michael (1969) : Le marxisme révolutionnaire de Rosa Luxemburg
  118. MALATESTA Errico & COLLECTIF (1915) : L’Internationale anarchiste et la guerre
  119. MARAT Jean-Paul (1791) : Sur la loi Le Chapelier
  120. MARTOV Julius (1907) : La leçon des événements russes
  121. MARTOV Julius (1908) : Le Marxisme en Russie
  122. MARTOV Julius (1918) : À bas la peine de mort !
  123. MARTOV Julius : La Troisième Douma et les socialistes
  124. MARX Karl & ENGELS Friedrich (1848) : Le Manifeste du Parti Communiste
  125. MARX Karl (1852) : Pauperism and Free Trade. - The approaching commercial crisis
  126. MARX Karl (1856) : Appel au prolétariat anglais
  127. MARX Karl (1865) : Salaire, Prix et Plus-value
  128. MATTICK Paul (1960) : Anton Pannekoek, une biographie politique
  129. MATTICK Paul (1977) : Interview à Lotta Continua
  130. MEHRING Franz (1914) : Ein Protest
  131. MÜHSAM Erich (1918) : Revolutionäre, internationalistisch gesinnte kommunistische Arbeiter und Soldaten !
  132. O’CASEY Sean : The Story of the Irish Citizen Army
  133. PANNEKOEK Anton (1933) : L’acte personnel
  134. PANNEKOEK Anton (1933) : La destruction comme moyen de lutte
  135. PÉRET Benjamin (1945) : Le déshonneur des poètes
  136. PIATAKOV, BOSCH, BOUKHARINE (1915) : Thèses sur le droit des nations à l’autodétermination
  137. PIECK Wilhelm ( 1918) : Arbeiter, Soldaten, Genossen !
  138. POSPOLOV Pavel (1938) : Aperçu historique - La lutte de Boukharine contre Lénine et le Parti
  139. PROUVOST Léon (1921) : Le code bolchevik du mariage
  140. PYATAKOV, BOSCH, BUKHARIN (1915) : Theses on the right of nations to self-determination
  141. RADEK Karl (1919) : Nachruf auf Karl Liebknecht
  142. RUBEL Maximilien (1947) : Karl Marx et le socialisme populiste russe
  143. RUBEL Maximilien (1980) : Le socialisme réellement inexistant
  144. SCHEIDEMANN Philipp (1924) : Bericht über den 9. November 1918
  145. SCHMIDT Véra (1923) : Éducation psychanalytique en Russie soviétique
  146. SOREL Georges (1899) : L’éthique du socialisme
  147. SOREL Georges (1906) : Le caractère religieux du Socialisme
  148. SOVNARKOM (1918) : La patrie socialiste est en danger !
  149. SPD (1914) : Aufruf zum Massenprotest gegen die Kriegsgefahr
  150. SPD (1914) : Resolution der Berliner Arbeiterschaft gegen das Ultimatum Österreich-Ungarns an Serbien
  151. SPD Württembergs (1914) : Bericht über eine öffentliche Versammlung mit Karl Liebknecht
  152. TROELSTRA (1914) : Kautsky und der Zusammenbruch der II. Internationale
  153. TROTSKI Léon (1910) : Les intellectuels et le socialisme
  154. TROTSKI Léon (1916) : Salut à Franz Mehring et Rosa Luxemburg
  155. TROTSKI Léon (1919) : Karl Liebknecht, Rosa Luxemburg
  156. TROTSKI Léon (1929) : Paris et Zimmerwald
  157. TROTSKI Léon (1939) : Un nouveau grand écrivain, Jean Malaquais
  158. TROTSKI Léon et al. (1915) : Manifeste de Zimmerwald
  159. TROTZKI Leo et al. (1915) : Das Zimmerwalder Manifest
  160. VOLINE (1939) : La naissance des « Soviets » ( janvier - février 1905 )
  161. VOLINE (1939) : Souvenirs sur Gapone et Janvier 1905
  162. WEIL Simone (1933) : Déclaration à la conférence d’unification des groupes de la gauche communiste
  163. ZETKIN Clara (1914) : Resolution für den Kampf gegen den Krieg