AccueilPublicationsLutte de Classe (1964-1978)
Dernière mise à jour :
jeudi 12 octobre 2017
   
Brèves
« Lutte de Classe » (GLAT) - Série complète !
samedi 27 octobre
La couverture chronologique de la revue du GLAT, Lutte de Classe, a été considérablement étendue (premier numéro de mars 1964) et comprend maintenant un renvoi sur une version numérisée des 128 numéros !
Cahiers du Communisme de Conseils - Série complète !
vendredi 26 octobre
Les trois numéros manquant (1, 2 & 5) sont maintenant disponibles dans les sommaires de la revue des Cahiers du Communisme de Conseils. Que les volontaires pour les transcriptions n’hésitent pas à se signaler... En attendant, bonne lecture !
Premiers scans des Cahiers du Communisme de Conseil
dimanche 5 août
Neuf des douze numéros de la revue des Cahiers du Communisme de Conseil (1968-1972) sont maintenant accessible en version numérique au travers du sommaire général.
Derniers numéros de la revue Communisme
dimanche 5 août
Les numéros 6, 8, 9 et 15 qui manquaient jusque là ont été ajoutés au sommaire général de la revue « Communisme » (1937-1939). Bonnes lectures !
Mise à jour sommaires GLAT
samedi 11 février
Le sommaire général de la revue du GLAT, Lutte de Classe vient d’être encore étendu. Merci de signaler manques ou corrections.
Sur le Web
Controverses
Revue publiée par le Forum de la Gauche Communiste Internationaliste : C’est pour contribuer à déblayer la voie vers la clarification et le regroupement sur des bases théoriques, politiques et organisationnelles saines que Controverses a vu le jour. En d’autres termes, tout en tenant compte du changement de période qui n’est plus au reflux mais à la reprise historique des combats de classes, notre objectif essentiel est de reprendre ce qui était le souci de Bilan mais qu’il n’a pu mener complètement à bien compte-tenu des conditions d’alors : « ...une critique intense qui visait à rétablir les notions du marxisme dans tous les domaines de la connaissance, de l’économie, de la tactique, de l’organisation », et ce sans « aucun dogme », sans « aucun interdit non plus qu’aucun ostracisme », et « par le souci de déterminer une saine polémique politique ». Ceci est plus que jamais indispensable afin de réussir un nouvel « Octobre 17 » sous peine de se retrouver comme ces « vieux bolcheviks ... qui répètent stupidement une formule apprise par cœur, au lieu d’étudier ce qu’il y avait d’original dans la réalité nouvelle. (extrait de l’éditorial du n°1)
Gavroche - La revue
Le premier numéro de la revue trimestrielle Gavroche est sorti en décembre 1981. Il prenait la suite du Peuple français, belle aventure éditoriale des années soixante-dix. Depuis plus de 20 ans, la revue s’attache à la retranscription des fêtes, des travaux, des luttes et des joies du principal acteur de l’histoire : le peuple. Gavroche fait aussi resurgir des événements jusque-là ignorés ou passés volontairement sous silence.
L’Echo de la Fabrique
Le journal des chefs d’ateliers et ouvriers de la soie à Lyon, hebdomadaire phare de la presse ouvrière, paraît d’octobre 1831 à mai 1834. Ce site en donne à lire l’intégrale des articles, suite à un remarquable travail empreint d’une grande rigueur scientifique. Indispensable pour l’étude des insurrections des canuts de 1831 et 1834.
La Révolution prolétarienne
Revue fondée par Pierre Monatte en 1925. Le site publie un grand nombre d’articles de la période "historique". La publication se poursuit...
La Bataille socialiste
Site de ressources documentaires sur le patrimoine socialiste. Suit l’actualité des parutions, publie certains articles en ligne et propose des documents concernant le mouvement ouvrier de la première moitié du XXe siècle principalement.
GLAT 1965-02a : Socialisme à gogo
Lutte de Classe - Février 1965 / p. 1 - 3
24 avril 2015 par eric

En lisant la presse bourgeoise, les revues dites de gauche et même certains bulletins révolutionnaires, en écoutant la radio ou la télé, on est agréablement surpris d’apprendre qu’en 1965 près de la moitié du monde semble être composée de pays appelés « socialistes ».

Depuis longtemps, nous savions que les peuples de l’Est, ceux d’Europe Centrale et enfin le peuple chinois avaient eu le privilège d’accéder au camp « socialiste » grâce à des chefs au génie incomparable mais que la mort ou la disgrâce transforment fâcheusement en criminels ou en incapables.

Aujourd’hui, toujours sous la conduite de guides éclairés et bienveillants, l’Algérie et la Tunisie construisent le socialisme, Cuba l’édifie et chaque semaine nous apprenons qu’un dirigeant d’Afrique ou d’Asie vient de décider, lui aussi, la construction de ce socialisme qui, autrefois, faisait tant peur aux bourgeois. On se demande même si, un de ces quatre matins, Charlot ne va pas nous annoncer que l’U.N.R. en a entrepris la construction avec le P.C.

Les variétés de socialisme sont d’ailleurs nombreuses, chacun ayant le sien, bien à lui, qualifié d’autoritaire ou de démocratique, d’État ou gestionnaire, bref chacun paraît éprouver un malin plaisir à se distinguer du voisin non seulement sur la nuance, mais aussi sur la quantité. À l’Est, c’est du socialisme à 99,9 %, du vrai, en marche vers le communisme, d’autres n’en sent qu’à 80 %, voir 50 % et les tard-venus, tels Cuba ou l’Algérie, amassent péniblement leur pourcentage quotidien.

Face à ce flot envahissant de pays se prétendant socialistes et que tout le monde présente comme tels, alors qu’ils ressemblent comme deux gouttes d’eau à des pays capitalistes, les travailleurs hésitent et ne démêlent pas toujours le vrai du faux. Si le rôle de la propagande capitaliste est de jeter la confusion dans l’esprit des travailleurs, notre rôle est de la démasquer sans pitié.

Aujourd’hui, en aucune partie du monde, ni à l’Est, ni à l’Ouest, n’existe de pays socialiste. Mais, au contraire, partout, en U.R.S.S. comme aux U.S.A., en France comme en Chine, les travailleurs sont exploités par une classe dirigeante qui possède les moyens de production, qui détermine l’organisation et la valeur du travail de chacun, qui fixe les objectifs et la planification de toute la société. Partout, le travailleur qu’il soit américain, russe, français ou chinois, algérien ou cubain, vend sa force de travail contre un salaire pendant un temps donné. Que celui à qui il vend sa force de travail soit un bourgeois à l’ouest ou un représentant de la bureaucratie à l’est, ne change absolument rien à son sort ; il reste un prolétaire exploité, soumis aux cadences de la production, soumis aux décisions des dirigeants de la société qu’ils s’appellent JOHNSON ou KOSSYGUINE, DE GAULLE ou MAO, BEN BELLA ou CASTRO, qui possèdent l’appareil d’État, l’armée et la police pour encadrer les travailleurs et les mater s’il le faut. Partout, le monde est partagé en deux classes dont l’une, possédant capital et pouvoir, exploite l’autre qui produit toutes les richesses.

Heureusement, les événements de ces dernières années dans les pays du camp dit socialiste ont ouvert les yeux à beaucoup de travailleurs et rares sont ceux maintenant qui n’ont pas compris que l’exploitation de la classe ouvrière y est au moins aussi féroce qu’à l’ouest.

Mais il se trouve encore des travailleurs pour penser qu’un pays peut être légèrement socialiste, disons à 10 % ou à 30 %, et progressivement devenir complètement socialiste. Cette confusion est savamment entretenue par toutes les têtes pensantes de la planète.

Or, croire que les dirigeants, d’où qu’ils soient, vont gentiment et peu à peu cesser de nous exploiter, par bonté d’âme, ou bien qu’il est possible de grignoter le pouvoir du Capital, comme une souris mange du fromage, de le digérer doucement et de le remplacer simplement et peu à peu par un soit-disant « socialisme », c’est accepter la propagande de ceux qui ont intérêt, pour maintenir leur propre pouvoir, à masquer aux travailleurs ce qu’est véritablement le socialisme.

Le socialisme, c’est la gestion de la société toute entière par les travailleurs, par les travailleurs eux-mêmes, ce qui exclut radicalement tous les dirigeants, les chefs, les partis, les bonzes, ceux qui prétendent parler au nom des travailleurs. Or ceci n’existe nulle part au monde.

Lorsque les travailleurs imposeront leur domination sur le Capital, c’est-à-dire posséderont les usines, les chantiers, les bureaux, bref toute la société, qu’ils décideront eux-mêmes, sans dirigeant d’aucune sorte, du lieu de leur travail, de la façon dont ils veulent organiser ce travail et la société toute entière, alors seulement le socialisme se bâtira.

Mais, de même que l’eau ne se marie pas avec le feu, l’un ou l’autre s’éliminant nécessairement, capitalisme et socialisme ne peuvent pas coexister, même pacifiquement, dans un même pays, ni à 10 %, ni à 30 %, ni même à 0,1 %. Ou c’est l’un ou c’est l’autre qui existe et tous les mensonges actuels n’y changeront rien.

Par contre, nous voyons maintenant qui a intérêt à appeler « socialisme » ce qui ne l’est pas. Dans les pays de l’est, il est nécessaire pour les dirigeants bureaucrates de faire croire aux travailleurs de leur propre pays qu’ils vivent le socialisme. Ils empêchent ainsi toute prise de conscience de la véritable nature de leur exploitation et paralysent la lutte de classe tout en entretenant la confusion chez les travailleurs des autres pays.

Quant aux capitalistes de l’ouest, ils ont tout intérêt à appeler socialistes des pays où les dirigeants tout-puissants disparaissent comme des pantins, où les travailleurs sont aussi bien exploités qu’à l’ouest sans avoir les quelques avantages arrachés à la bourgeoisie (comme le droit de grève). Ainsi ils dégoûtent à peu de frais les travailleurs de ce soi-disant socialisme qui n’hésite pas, quand il le faut, à faire fusiller ses propres ouvriers.

Aussi, entretenir consciemment ou non cette propagande, c’est faire le jeu de ceux qui nous exploitent, quel que soit le nom dont ils s’affublent.

Autres articles de cette rubrique
  1. GLAT 00 : Présentation et sommaires de la revue « Lutte de Classe »
  2. GLAT 1965-01a : Le pot de terre associé au pot de fer
  3. GLAT 1965-01b : Les ouvriers seuls capables de gérer la production
  4. GLAT 1965-01c : À quoi servent les ministres socialistes ?
  5. GLAT 1965-01d : Des ouvriers mauvais patriotes
  6. GLAT 1965-02a : Socialisme à gogo
  7. GLAT 1965-02b : Encore un bon apôtre
  8. GLAT 1965-02c : Têtes de bois et oreilles d’ânes
  9. GLAT 1965-02d : Les ouvriers tchèques et la planification
  10. GLAT 1965-02e : Mourir pour la production, c’est le sort le plus beau
  11. GLAT 1965-03a : La récession et les travailleurs
  12. GLAT 1965-03b : Correspondance d’un lecteur et sympathisant. Pas conforme à la tradition
  13. GLAT 1965-03c : De Madrid à Moscou (en passant par Casablanca)
  14. GLAT 1965-03d : Les fouilleurs
  15. GLAT 1965-03e : Syndicalisme et socialisme en Algérie
  16. GLAT 1965-03f : Dis-moi qui te défend, je te dirai qui tu es
  17. GLAT 1970-04a : Classe ouvrière et démocratie
  18. GLAT 1972-01a : Le dirigisme contre la révolution
  19. GLAT 1972-03a : L’enseignement en crise
  20. GLAT 1972-03b : Crise du capitalisme américain et réformisme des mouvements marginaux
  21. GLAT 1972-03c : La sécurisation
  22. GLAT 1972-06a : Capitalistes et travailleurs face à la crise
  23. GLAT 1972-06c : Pirelli - Répression capitaliste et riposte ouvrière
  24. GLAT 1972-07a : Classe ouvrière et communisme
  25. GLAT 1972-07b : Italie - situation de classe et agitation politique
  26. GLAT 1973-11a : Notes marginales sur la marginalité
  27. GLAT 1973-11b : Taylor aux abois - ou : les arbres ne poussent pas jusqu’au ciel
  28. GLAT 1974-05a : Combativité ouvrière et tactique syndicale
  29. GLAT 1974-05b : Notes sur les luttes de quartier
  30. GLAT 1974-06a : Luttes de classe et luttes de quartier
  31. GLAT 1974-07b : Enseignement : économies, licenciements... et luttes
  32. GLAT 1974-09a : Les rapports sociaux communistes
  33. GLAT 1974-12b : Luttes d’usines et luttes de quartier
  34. GLAT 1975-01b : Profits et marchés (I-IV)
  35. GLAT 1975-01c : Profits et marchés - Appendice I : Symboles et rapports
  36. GLAT 1975-02a : Profits et marchés (V-VI)
  37. GLAT 1975-02b : Le Luxemburgisme, fausse solution d’un faux problème
  38. GLAT 1975-07b : Sexisme ou lutte des classes
  39. GLAT 1975-11a : Documents pour un débat
  40. GLAT 1976-03b : 35 X 40
  41. GLAT 1976-11a : Technologie et domination du capital
  42. GLAT 1978-03a : Réflexions sur le travail théorique