AccueilNoticesThéma
Dernière mise à jour :
mercredi 28 juin 2017
   
Brèves
Index chronologique des notices de parutions
dimanche 15 mars
Enfin ! Mise à jour de notre index chronologiques des notices de parution... histoire de faciliter les recherches dans ce qui est paru ces quelques dernières années !
La Première Guerre mondiale sur le site Smolny
jeudi 20 novembre
Une notice thématique regroupe par ordre chronologique de parution tous les documents sources qui sont publiés sur le site du collectif Smolny en rapport avec la Première Guerre mondiale et le mouvement ouvrier international : « Documents : La Première Guerre mondiale ( Juillet 1914 - Novembre 1918 ) ». Cette notice est mise à jour à chaque nouvel ajout. À consulter régulièrement donc.
Mise à jour de la bibliographie de Nicolas Boukharine
mardi 27 mai
Il manquait à la bibliographie des œuvres de Boukharine en langue française les articles publiés par Smolny dans l’ouvrage La revue Kommunist (Moscou, 1918). Oubli réparé.
Rosa Luxemburg : bibliographie française
mardi 15 avril
Mise à jour et toilettage complet de la notice bibliographique des œuvres de Rosa Luxemburg en langue française.
Capital, valeur, plus-value et exploitation du travail
jeudi 15 novembre
La deuxième séance du cycle de formation « Pourquoi le marxisme au XXIe siècle ? » se tient ce jeudi soir 15 novembre 2012 à 20h30 au local FSU , 52 rue Jacques Babinet, immeuble Peri-ouest, 2° étage (Métro Mirail Université à Toulouse).
Mise à jour de la bibliographie...
dimanche 9 septembre
... de la série Historical Materialism Books, depuis le numéro 26 jusqu’au numéro 40.
Sur le Web
Parti communiste international (Le Prolétaire)
Publie en France Le Prolétaire et Programme communiste. Description extraite de ce site flambant neuf - CE QUI NOUS DISTINGUE : La ligne qui va de Marx-Engels à Lénine, à la fondation de l’Internationale Communiste et du Parti Communiste d’Italie ; la lutte de classe de la Gauche Communiste contre la dégénérescence de l’Internationale, contre la théorie du « socialisme dans un seul pays » et la contre-révolution stalinienne ; le refus des Fronts populaires et des fronts nationaux de la résistance ; la lutte contre le principe et la praxis démocratiques, contre l’interclassisme et le collaborationnisme politique et syndical, contre toute forme d’opportunisme et de nationalisme ; la tâche difficile de restauration de la doctrine marxiste et de l’organe révolutionnaire par excellence - le parti de classe -, en liaison avec la classe ouvrière et sa lutte quotidienne de résistance au capitalisme et à l’oppression bourgeoise ; la lutte contre la politique personnelle et électoraliste, contre toute forme d’indifférentisme, de suivisme, de mouvementisme ou de pratique aventuriste de « lutte armée » ; le soutien à toute lutte prolétarienne qui rompt avec la paix sociale et la discipline du collaborationnisme interclassiste ; le soutien de tous les efforts de réorganisation classiste du prolétariat sur le terrain de l’associationnisme économique, dans la perspective de la reprise à grande échelle de la lutte de classe, de l’internationalisme prolétarien et de la lutte révolutionnaire anticapitaliste.
canutdelacroixrousse
L’histoire de la colline de la Croix-Rousse et des canuts. Ce Blog est une mine d’informations sur les canuts allant de pair avec une connaissance très fine de Lyon / Croix-Rousse. Vivre libre en travaillant ou mourir en combattant !
Les Amis de Daumier
Créée en 1994, l’Association des Amis d’Honoré Daumier se propose par ses statuts de promouvoir, en France et à travers le monde, l’œuvre multiforme - dessins, peintures et sculptures - de cet immense artiste.
Parti Communiste International (Il Programma Communista)
Publie en France les Cahiers internationalistes, consultables en ligne sur le site depuis le numéro 6. Présentation : Ce qui nous distingue : la ligne qui va de Marx à Lénine, à la fondation de l’Internationale Communiste et du Parti Communiste d’Italie (Livourne, 1921), à la lutte de la Gauche Communiste contre la dégénerescence de l’Internationale, contre la théorie du "socialisme dans un seul pays" et la contre-révolution stalinienne, et au refus des fronts populaire et des blocs partisans et nationaux. La dure œuvre de restauration de la doctrine et de l’organe révolutionnaires au contact de la classe ouvrière, dehors de la politique personelle et électoraliste.
Démocratie Communiste
Site luxemburgiste, dont voici le manifeste minimal : Démocratie communiste s’inscrit dans la lignée du mouvement ouvrier démocratique, et lutte : pour l’abolition du capitalisme, du travail salarié, et de la division des êtres humains en classes sociales ; pour mettre fin à la dictature de la classe capitaliste, et mettre en place la démocratie directe ; pour une société socialiste-communiste ; pour en finir avec le sexisme et le patriarcat ; contre toutes les formes de racisme, de nationalisme et de patriotisme ; pour l’abolition de toutes les frontières. Textes d’actualité et thématiques (peu nombreux).
Les Amis de Spartacus
Edition fondée par René Lefeuvre en 1934. A publié Rosa Luxemburg, Anton Pannekoek, Boris Souvarine... Un fond exceptionnel et incontournable.
2017 — Centenaire des Révolutions russes : évènements et parutions
18 mars 2017 par sam
Il y a un siècle déjà, le Prolétariat russe renversait le Veau d’or et Mars imperator. En Février 1917, les Soviets ouvraient en effet une porte que, malheureusement, les staliniens claqueront sur d’héroïques Comités espagnols en 1937. Le Premier mouvement ouvrier révolutionnaire avait vécu et ne se relèvera jamais vraiment de cette défaite radicale. La lutte des classes n’étant pas que soulèvements prolétaires ; c’est d’abord la lutte permanente du Capital pour soumettre le Travail. Et ce Capital, forme élastique, semble aujourd’hui plus solide que jamais car individualisé, intériorisé ... mais les contradictions (précarité sociale, chaos climatique, poussées impérialistes) demeurent.

Livres :

— ANNENKOV Iouri, Journal de mes rencontres, Syrtes 2016 ;

— AUNOBLE Eric, La Révolution russe, une histoire française. Lectures et représentations depuis 1917, La Fabrique 2016 ;

— BRINTON Maurice, Les Bolchéviques et le contrôle ouvrier - L’Etat et la contre-révolution, Réédition révisée de la traduction française de la brochure du groupe anglais Solidarity, parue dans la revue "Autogestion et socialisme" (1973). Edition originale : 1970, Londres, Les Nuits rouges 2016 ;

— BUISSON Jean-Christophe, 1917 - L’année qui a changé le monde, Perrin 2016 ;

— COLAS Dominique, Lénine, Fayard 2017 ;

— COTLENKO Mila, Maria Nikiforova, la révolution sans attendre. L’épopée d’une anarchiste, à travers l’Ukraine (1902-1919), Mutines Séditions (2e édition) mars 2015 ;

— FAYET Jean-François, GORIN V., HAVER G., KOUSTOVA Emilia, Le Spectacle de la révolution, Antipodes 2017 ;

— FERRO Marc, Des soviets au communisme bureaucratique, Gallimard 1980 ; 1917 - Les Hommes de la révolution. Témoignages et documents, Omnibus 2011 ;

— FORNET Nicolas, La révolution dans la culture et le mode de vie - Russie soviétique (1917-1927), Les bons caractères 2016 ;

— HERGE, Tintin au pays des soviets, Editions Moulinsart et Casterman, 2017 ;

— JEVAKHOFF Alexandre, La Guerre civile russe (1917-1922), Perrin 2017 ;

— MERRIDALE Catherine, Lénine 1917 - Le train de la révolution, Payot 2017 ;

— RODIER Denis, OZANAM et REY Marie Pierre (conseiller historique), Lénine, (BD) Glénat mars 2017 ;

— RABINOVITCH Alexander, Les bolcheviks prennent le pouvoir - La révolution de 1917 à Petrograd Traduit de l’anglais par Marc Saint-Upéry, La fabrique septembre 2016 ;

— ROSMER Alfred, Le mouvement ouvrier pendant la première guerre mondiale Tomes 1 et 2, Les bons caractères 2017 ;

— SMITH Stephen, PÉTROGRAD ROUGE - La Révolution dans les usines (1917-18), Les Nuits rouges 2017 ;

— STEINBERG Isaac, Quand j’étais commissaire du peuple, Traduction nouvelle d’Arsène Pironneau. (1re édition. : Munich, 1929), Les Nuits rouges 2016 ;

— SUMPF Alexandre, Révolutions russes au cinéma. Naissance d’une nation. URSS 1917-1985, Armand Colin 2015 ;

— Vive la révolution, à bas la démocratie ! Anarchistes de Russie dans l’insurrection de 1905. Récits, parcours et documents d’intransigeants, Mutines Séditions octobre 2016 ;

— WERTH Nicolas, Les Révolutions russes, PUF « Que sais-je » 2017 ;

Télévision :

-  Arte programme, le 28 février, une soirée anniversaire à partir de 18h, avec notamment « Lénine, une autre histoire de la révolution russe » de Cédric Tourbe ;

-  En octobre, sur France 3, le documentaire « 1917, Révolutions » de Bernard George ;


Radio :

— Du 20 au 23 février, Emmanuel Laurentin consacrera son émission « La Fabrique de l’histoire » (France Culture) à partir de 9h05, à la révolution russe.


Revues :

— Le Figaro Histoire n° 30 « Les neuf mystères de la révolution russe », avec les publicistes habituels Hélène Carrère d’Encausse et Stéphane Courtois ; un aperçu de la fresque de Soljenitsyne « La Roue rouge » ; des affiches de Dimitri Moor qui en créa plus de 50 pour l’Agence télégraphique russe ; et une carte sur la guerre civile ...

— GéoHistoire (février-mars 2017), « 1917 : la révolution russe », 120 pages + DVD de Paul Jenkins, 11, 80€ ... comprend entre autres des photos émouvantes telle ce paysan, au canasson famélique, interrogé par deux agents du tsar dont les chevaux ont fière allure ; un entretien avec Marc Ferro ; un article sur « Travailleuses, réveillez-vous » (Droit de vote, majorité civile, avortement légalisé. Sous l’impulsion des féministes, la Russie bolchevique adopte, provisoirement, des mesures avant-gardistes.) ; un autre sur « Artistes de toutes les Russies, unissez-vous » (La révolution esthétique russe a précédé puis soutenu la révolution politique. Avant que le « réalisme socialiste » ne lui impose comme alternative le silence ou la mort.) ; des focus sur le port de Mourmansk et sur la terrible famine de 1920 à 1924 ...

— L’Histoire n° 432, "Les révolutions russes (Février-Octobre 1917)", 55 pages, 6, 40€ ... qui contient un entretien avec Marc Ferro (voir ci-dessous) ; un article de Nicolas Werth « Pas de révolution sans les soldats » ; un autre d’Emilia Koustova « Le soviet de Petrograd. Le rêve brisé de la démocratie directe » ; et qui se termine par l’apostrophe d’E. Koustova « Qui veut encore célébrer 1917 ? » : « Si cet héritage encombrant revient sur le devant de la scène, c’est que l’histoire constitue un terrain de prédilection pour le Kremlin qui, depuis quelques années, affiche une volonté assumée de la mettre au service de l’éducation patriotique et de la propagande. A l’aide de différents outils, dont les commémorations, il cherche à construire un « roman national » purgé de ruptures et d’épisodes peu glorieux, roman qui mettrait en avant la puissance de l’Etat et la loyauté inconditionnelle du peuple, servirait de source d’orgueil et fournirait des exemples à suivre. Incarnation parfaite de ce type de récit, la Grande Guerre patriotique, dont le culte à l’époque soviétique complétait celui d’Octobre, aujourd’hui domine, voire sature l’espace commémoratif russe, servant par ailleurs de base à une revalorisation plus ou moins assumée de Staline ... » (page 86)

« L’Histoire : Il y a tout juste cinquante ans, en 1967, était publié votre thèse sur la révolution de février 1917. L’ouvrage, et sa suite sur Octobre, publiée en 1976, ont fait date. En quoi renouvelaient-ils la lecture que l’on avait de l’évènement ?

Marc Ferro : Jusque-là, la question qui animait les débats en France, c’était de savoir si Staline était la continuation de Lénine ou si, au contraire, il marquait une rupture, si c’était lui qui avait dévoyé l’idéal socialiste et révolutionnaire de 1917. [...] Mon approche était tout autre : plutôt que de m’en tenir à une histoire qui expliquait la révolution « par le haut » à partir des textes sacrés, c’est-à-dire par la grande politique, je m’intéressais aux aspirations du peuple et au rôle qu’il avait joué pour rendre compte du processus révolutionnaire. Je me préoccupais de la myriade d’institutions autonomes qui s’étaient mises en place partout en Russie après Février : les comités de quartier, d’usine, de soldats, de paysans, etc.

[...] A mon retour d’Algérie, je m’étais mis d’accord avec mon directeur de thèse, Pierre Renouvin [Pierre Renouvin (1893-1974) était un historien français, spécialiste de l’histoire des relations internationales.], pour travailler sur l’opinion européenne devant la révolution russe. C’est dans cette optique que je me suis rendu aux archives de Petrograd pour consulter les différents messages, notamment de sympathie, que le gouvernement provisoire et le soviet de la ville avaient reçus de l’étranger, après la révolution de Février.

On me les communiqua, avec de multiples autres documents, dans des caisses ou des sacs de jute jamais ouverts. Il s’agissait de milliers de télégrammes, où étaient formulées en quelques lignes les aspirations du peuple russe, dans la diversité de ses composantes sociales (à l’exception des soldats, dont les revendications étaient formulées ailleurs et que j’obtiendrai dans un second temps) et nationales, arrivés par ville et province de tout l’empire, à l’attention du nouveau pouvoir. J’avais sous les yeux l’équivalent des cahiers de doléances de la Révolution française, sauf que ces messages avaient été rédigés au cours des deux ou trois semaines qui avaient suivi l’abdication de Nicolas II, le 2 mars 1917, c’est-à-dire après que le processus révolutionnaire avait été engagé. C’est comme ça que j’ai décidé de changer de sujet et que je me suis intéressé aux dynamiques de la société russe : l’archive créait la problématique. [...] Les paysans, qui avaient très souvent fait parvenir leurs revendications sur des écorces de bouleaux gravées au poinçon, demandaient d’abord la redistribution des terres détenues par les gros propriétaires. Comme ils ne savaient ni lire ni écrire, c’était un instituteur ou un militant qui avait pris sous la dictée leurs récriminations. On pouvait par exemple lire : « Nous exigeons un partage équitable des terres », signé « Les paysans de Kostroma ».

Les ouvriers, eux, réclamaient surtout la journée de huit heures et l’augmentation des salaires (un papier signé « Les ouvriers de Smolensk » stipulait : « Nous voulons la journée de huit heures, des douches, qu’on ne soit plus fouillé à la sortie de l’usine »). Quant aux soldats, ils souhaitaient l’abolition des règles disciplinaires qui relevaient d’une soumission aux officiers et non d’une nécessité au combat. » (pages 35/ 36 du présent numéro)

Vingtième Siècle, Revue d’histoire numéro spécial « 1917, un moment révolutionnaire » sous la direction de S. Coeuré et S. Dullin ;


Conférences :

— Samedi 25 février 2017 à 18h30, « Il y a 100 ans, la Révolution russe » - Conférence débat, rotonde de Maison des Associations, 4 rue d’Arcole, au Mans ; avec Alexandre Skirda (Historien spécialiste du mouvement révolutionnaire russe, essayiste et traducteur) ; René Berthier (Militant syndicaliste, essayiste) ; suivie de la projection du film-entretien "Ecoutez Marcel Body", de Bernard Baissat et Alexandre Skirda ...

— 1917 - 2017, la révolution russe a 100 ans ! Cycle de conférences à l’Université Lyon 2 / Centre de langues - section russe :

1) Le contexte d’émergence de la Révolution : La première conférence du cycle a lieu à l’amphithéâtre Aubrac le mercredi 15 février 2017 de 18h30 à 21h. L’invité de ce début de cycle est Wladimir Berelowitch, professeur honoraire de l’Université de Genève et enseignant-chercheur à l’EHESS, qui traitera de la Russie au début du XXe siècle ;

2) Faire, vivre et représenter la révolution russe : La 2e conférence a lieu à l’amphithéâtre Aubrac le mercredi 15 mars 2017 de 18h30 à 21h. Emilia Koustova, spécialiste d’histoire et de civilisation russes et soviétiques, membre de l’équipe GEO et maîtresse de conférences au département d’Études slaves de l’Université de Strasbourg présentera les événements de 1917 et ses acteurs, tels que les soviets. Elle évoquera sa dimension symbolique et les débuts de la construction du mythe révolutionnaire après 1917 ;

3) Droit(s) et démocratie : langage et dynamique de la révolution en 1917 : Michel Tissier, Maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université Rennes 2 (Équipe d’accueil Tempora), membre du comité de rédaction de la revue Cahiers du Monde russe. Ses recherches portent principalement sur l’histoire du droit et de ses usages en Russie (XIXe siècle - début du XXe siècle).


Expositions :

— En 2017, la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC) aura elle aussi 100 ans. C’est l’occasion pour elle de faire tout particulièrement honneur aux révolutions russes ;

— Tracts de propagande, affiches, photographies... Jusqu’au 17 mars, la bibliothèque de Montreuil revient sur la Révolution russe d’octobre 1917, qui amena le premier régime communiste de l’histoire. Pour cette exposition visible dans le hall de la bibliothèque, les murs ont été peints en noir et rouge et y sont accrochés quelques clichés inédits issus de la collection de la bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC) de Nanterre (Hauts-de-Seine). Ce sont par exemple des photos de l’expansion des troupes communistes au Tadjikistan actuel. Une bibliographie sur le sujet est proposée et plusieurs conférences seront organisées. Au programme, ce samedi, « l’Internationale communiste : une révolution mondiale ? » par Serge Wolikow (à 16 heures). « Si nous avions attendu octobre 2017 et le centenaire, notre initiative aurait été invisible et les acteurs des conférences auraient été pris », explique le directeur Fabrice Chambon pour justifier de prendre ainsi de l’avance. Jusqu’au 17 mars, dans le hall de la bibliothèque Robert-Desnos, 14, boulevard Rouget-de-Lisle ....

— « Revolution : Russian Art, 1917-1932 » à la Royal Academy de Londres, du 11 février au 17 avril 2017 ;

— « Red Star Over Russia » à la Tate Modern (Londres), du 8 novembre au 18 février 2018 ;