AccueilLe CollectifManifestations
Dernière mise à jour :
jeudi 12 octobre 2017
   
Brèves
Smolny sur Twitter
dimanche 26 mars
Retrouvez le fil d’actualité Smolny sur Twitter via le compte @CoSmolny
Calendrier
jeudi 26 février
Mise en place d’un calendrier perpétuel qui annonce quelques manifestations à venir, auxquelles participe ou pas le collectif Smolny.
La traduction en questions
jeudi 29 janvier
Une table ronde est organisée sur ce thème dans le cadre des 10 ans de la libraire Terra Nova. Rendez-vous à 18h ce jeudi 29 janvier 2015...
Travaux en cours !
mardi 21 octobre
La section des Œuvres complètes de Rosa Luxemburg est en cours de refonte pour accueillir l’édition en ligne, complémentaire des volumes parus au format papier. Voir le Journal des parutions.
Table ronde Smolny à Blois
jeudi 9 octobre
Vendredi 10 octobre à 9h30 - INSA de Blois, dans le cadre des Rendez-Vous de l’Histoire à Blois, venez débattre à la table ronde organisée par le collectif Smolny sur le thème : Les internationalistes contre la Grande Guerre : trajectoires croisées de Rosa Luxemburg et de Karl Radek. Lire la présentation.
Conversation sur la naissance des inégalités
vendredi 31 janvier
Pour mémoire, ce soir vendredi 31 janvier à 18h30, Christophe Darmangeat présentera son ouvrage Conversation sur la naissance des inégalités à la Librairie Floury Frères, 36 rue de la Colombette (Toulouse).
Compte-rendu de la conférence Hypothèses d’avril
Samedi 1er avril 2017 - 14h00-18h30 et 20h30-23h30 / Salle du Sénéchal, Toulouse
11 octobre 2017 par ivan

Conférence organisée par le cercle de discussion ORORA et par le collectif d’édition SMOLNY.

Les courtes présentations autour de thèmes majeurs de l’histoire du mouvement ouvrier ont introduit de riches débats parmi les participants à cette journée. Voici un aperçu de ces débats mais aussi de quelques interventions qui ont eu lieu lors de cette journée organisée à l’occasion du centenaire de la révolution russe.

Les interventions ont suscité diverses réactions qui ont singulièrement pris le biais de l’actualité. Parmi celles-ci, l’une des premières portait sur l’incompatibilité entre nationalisme et internationalisme : à l’heure où l’EU est un obstacle majeur aux luttes aujourd’hui, et surtout que celles-ci portent sur la défense ce qui a été obtenu au niveau national. Il s’agissait donc dans un premier temps d’éclaircir la notion d’internationalisme. Il a également été question des préconditions de la révolution, de la compréhension de la situation nationale et internationale aujourd’hui, de ce qu’il faut faire (méthode), mais aussi des interprétations divergentes qu’il peut y avoir des événements de 1945. Une intervention portant le soir en particulier sur la place et le rôle des femmes dans la révolution russe a pu initier une discussion sur la possibilité ou non de l’intégration de revendications « particulières » dans le mouvement social.

Internationalisme :

Il semble à première vue que la souveraineté populaire ne serait pas incompatible avec l’internationalisme si elle est distinguée clairement du patriotisme. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, les conquêtes sociales importantes ne se sont pas faites indépendamment nation par nation, elles se sont faites par vagues qui dépassaient les nations. On peut se référer pour cela aux grèves des années 1860 qui furent soutenues par l’Internationale, et firent peur au patronat justement par leur dimension internationale. On peut également observer l’avènement de la journée de 8h en Europe qui a eu lieu dans les pays européens à seulement quelques mois d’intervalle. Il faut par conséquent bien distinguer souveraineté populaire et souveraineté nationale, puisqu’une souveraineté populaire est bien possible à un niveau européen. Cette question se retrouve notamment dans le mot d’ordre « Etats Unis d’Europe » repris par les pivertistes en 1930 qui s’interrogent sur la manière dont un cadre supranational peut être utilisé pour conquérir la souveraineté populaire. L’internationalisme souffre d’un discours ambigu au moins depuis Jean Jaurès. C’est pourquoi il faut se rappeler les premières résolutions du groupe Die Internationale en 1916 : 1) « dans tous les pays belligérants quelque soit la situation militaire, de refuser les crédits militaires dans le cadre d’une argumentation socialiste de principe 2) de refuser tous les impôts et moyens financiers des gouvernements menant la guerre 3) d’utiliser infatigablement tous les moyens législatifs et de l’action parlementaire pour agiter les masses à travers une alerte constante et la critique des plus aiguë des majorités impérialistes et de leurs gouvernements, et de les encourager à manifester énergiquement leur volonté d’œuvrer contre la guerre et pour la solidarité socialiste internationale. »1

De plus, justifier la guerre au nom des conquêtes sociales est un discours que l’on retrouve déjà dans l’Allemagne post bismarckienne. Il faut bien plutôt se placer d’un point de vue de la solidarité de classe et non de la « souveraineté », qui est une illusion si l’on considère l’évolution du mode de production. C’est pourquoi on ne gagnera rien à un niveau national. Pour éviter de s’enferrer dans une analyse nationaliste, il faut penser globalement et en solidarité, se penser comme classe, changer nos hypothèses d’avril et nos perspectives.

Le caractère démocratique des soviets de Petrograd pose problème lorsque l’on considère le nombre de soldats représentés (les photos en témoignent). Pourtant, ce serait une erreur de croire qu’ils n’étaient que soldats, puisque 95% des soldats étaient paysans.

Questions diverses en lien avec les interventions :

-  Un parallèle entre la révolution russe et la guerre d’Espagne peut être dressé quant aux conditions sociales, économiques et politiques qui ont permis l’irruption d’un mouvement ouvrier sur la scène. On voit alors que le moment crucial est celui lors duquel le mouvement se dote d’organes de représentation.
-  Une question est soulevée sur la manière dont les staliniens, pas simplement espagnols ou le PSUC - Partit Socialista Unificat de Catalunya (branche catalane du PCE) ou le PCE - Partido Communista de España ont mis des obstacles à l’émergence des mouvements ouvriers : son point culminant coïncide avec l’élimination des comités ouvriers paysans.
-  Dans quelle mesure les thèses d’avril de Lénine et son retour d’exil ont-ils eu une influence réelle, un rôle déterminant sur le processus révolutionnaire ?
-  Quelle méthode nous donnons-nous pour anticiper les réactions du capital et de l’Etat ?

Optimisme ou pessimisme :

La situation internationale de déchirement mondial, de guerres contre les peuples qui visent à faire baisser le coût du travail laissent tout de même apparaître en France un sursaut de mobilisations qui laisse présager que nous nous trouvons dans une prémisse révolutionnaire. Est évoquée la tenue en septembre à Alger d’une conférence internationaliste contre la guerre. La question est pourtant bien de savoir la portée que va avoir cette conférence, et elle semble à première vue assez restreinte, et avoir un impact assez réduit sur les classes laborieuses. En effet, rien ne ressemble aujourd’hui à une cristallisation avec une formulation claire au niveau international de cette revendication. D’autres semblent plutôt voir les prémisses d’une contre révolution dans l’absence de revendication de changement total. Cette affirmation peut être pondérée par la remise en cause en France de la police depuis quelques mois qui met aussi le système capitaliste sur la sellette. S’il y a quelque chose de comparable avec les situations observées dans les présentations, c’est bien la résurgence des femmes sur la scène politique, cette année ayant été marquée par une résurgence internationale des féminismes (Kenya en soutien aux polonaises, USA, etc...). Force est de constater une polarisation forte.

1945 : conquête ou défaite ?

Le prolétariat n’a pas vu et admis que certains épisodes ont été des défaites, et faire miroiter qu’ils ont été des victoires est une pollution de la conscience de classe. Plusieurs interventions vont alors dans le sens ou contestent une lecture proposée notamment par Bernard Friot des événements de 1945, comme ayant été un moment révolutionnaire. Une discussion s’initie alors sur la nature des événements de 1944-1945, et font l’objet d’interprétations diverses, si bien qu’il apparaît comme manifeste que cette question devra faire l’objet d’une discussion à part entière. En découlent des questions et des remarques sur la nature du droit du travail : s’il est le résultat du rapport de force capital-travail, est-il pour autant anticapitaliste ? Ou encore sur l’identité du victorieux en 1945, l’Etat ou le prolétariat ? Une négociation est-elle toujours antagoniste à un processus révolutionnaire ?

Sur les préconditions de la révolution :

Il semble qu’en 1789, il n’est pas possible de dire que les révolutionnaires aient été antimonarchistes, ou que cette idée était dominante dans les diverses classes sociales, c’est bien plutôt la conscience que « les choses ne pouvaient pas continuer ainsi » qui a provoqué le processus révolutionnaire, sans pour autant qu’il y ai eu une représentation claire de ce qui était souhaité. On peut en conclure que la conscience sociale et politique revient à avoir des difficultés à endurer que la réalité soit telle qu’elle est. C’est pourquoi il est possible de dire qu’en France, nous arrivons à la fin d’un cycle puisque les tensions politiques et sociales s’exacerbent, et que la répression augmente. Il est évident qu’une chose est primordiale : pouvoir prévoir. On peut identifier plusieurs facteurs, comme en Espagne, l’alphabétisation.

Sur la méthode :

Faut-il déserter les lieux de travail ? Ne pas voter pour ne pas s’associer à la vie politique qui légitime le système politique dans lequel on est ? Faut-il se tourner vers les SCOP, ou ne sont-elles que des instruments du capital ? Dans quel cas une SCOP n’est pas un instrument du capital ? Faut-il concentrer nos efforts sur la question du logement ? Faut-il faire tomber l’UE ou se l’approprier ? Faut-il changer notre idée de la révolution ? (Notre environnement naturel, social et technologique connaît des révolutions quasi mensuelles, lui., et la révolution importe moins que le résultat du processus révolutionnaire). Comment prendre en compte la bombe atomique (qu’il n’y avait pas en 1917) dans la possibilité d’une révolution ?
-  Il est manifeste qu’il faut conquérir la culture ouvrière, mais qu’aujourd’hui, il y a un manque manifeste de mots d’ordres clairs. Or, nous faisons face à une ignorance largement répandue, même de ce que font nos voisins.
-  La question aujourd’hui est bien celle de savoir comment naît le processus révolutionnaire. Tout d’abord, la conscience n’est pas une donnée préalable de la révolution. C’est pourquoi le rôle des partis n’est pas celui d’être des avant-gardes de masses, mais il doivent seulement agir pour la clarification des positions, tirer des leçons historiques, et proposer des processus démocratiques.
-  Comment intégrer l’impératif écologique dans l’anticapitalisme ? Or, il semble au premier abord que la relocalisation de la production prônée par l’écologie est en contradiction avec l’approche de l’internationalisme.

Tribune libre :

Cet espace d’expression libre est un moment où des membres de collectifs présentent leurs activités et les problématiques qu’ils rencontrent. Nous avons eu le plaisir d’échanger sur les projets des Morphaloups (théâtre), du local Camarade, Atomes crochus (journal contre le nucléaire), etc.

Les femmes dans la révolution :

Sur le rôle des femmes dans la révolution russe et le changement de leurs conditions. Dans cet exposé est notamment présenté le code de la famille de 1918, la rémunération du travail domestique et sa socialisation, et la régression de l’élan émancipateur qui commence dès 1932. Une question se pose cependant, celle de comprendre pourquoi le mouvement international des femmes socialistes n’est s’est pas mis aux côtés au mouvement panrusse. Il semblerait que cela puisse s’expliquer par le fait qu’une partie de ce mouvement avait compris la nécessité et la spécificité du mouvement des femmes socialistes. Les événements de la journée du 23 février/8 mars sont troublants, si bien qu’il semblerait que des suffragettes se soient même retrouvées à l’avant du cortège, mais presque par hasard. Le terme LGBTI a posé problème a certaines personnes dans l’intervention, craignant que ce terme ne dépolitise les individus désignés. On courrait le risque de sectoriser les oppressions et diviser, alors que le prolétariat en se libérant libère toute l’humanité, or ces termes révèlent un interclassisme et donc une occultation de la dimension politique et sociale de ces formes d’oppression. On peut cependant considérer que ces termes ne désignent pas des personnes mais bien des formes d’oppression. Si le langage constitue un enjeu évident, il est manifeste que ce n’est pas en le révolutionnant qu’on fera la révolution.

Autres articles de cette rubrique
  1. Librairie « Des livres et vous » à Sarrant (32)
  2. Novembre des Canuts 2008 ( Lyon, première édition )
  3. Théâtre : « La louve noire » de Giancarlo Ciarapica
  4. Débat autour de Rosa Luxemburg avec la CNT-AIT de Toulouse
  5. Présentation du livre « Abrégé du Capital de Karl Marx » de Carlo Cafiero
  6. Conférence-débat : Jaurès, un homme engagé dans l’action locale
  7. Mardis de l’INA : Un certain regard - Rosa Luxembourg
  8. O’CASEY Sean : La Charrue et les Étoiles
  9. Débat : La révolution russe vue par Voline - quels apports pour aujourd’hui ?
  10. Réunion publique de Perspective Internationaliste
  11. VIVONS LIVRES ! Salon du livre Midi-Pyrénées
  12. Théâtre : « Karl Marx, le retour » de Howard Zinn
  13. Réunion publique du groupe Tumulto
  14. Rencontre avec Ronald Creagh autour de son livre « Utopies américaines »
  15. Campesinos, histoire(s) d’une résistance
  16. Deux rencontres Agone debut mai sur Toulouse
  17. Deux rencontres avec Bruno Vargas et Didier Debord
  18. Les Arméniens en France - Rencontre avec Anouche Kunth
  19. Ressorts et limites de l’accumulation du capital en Chine
  20. The Life, Letters and Legacy of Rosa Luxemburg
  21. Anthropologie de l’ordinaire - Rencontre avec Éric Chauvier
  22. Deux vision de la Révolution française ( Kautsky - Jaurès ) - Conférence Débat avec Jean-Numa Ducange
  23. Savoir et action historiques chez Hegel - Conférence par Faycal Touati
  24. Une discussion de la Bibliothèque infokiosque autour du « Communisme primitif »
  25. Rencontre « Le Chant du Coq »
  26. Vivons Livres !
  27. Cahors : 140e anniversaire de la Commune de Paris
  28. Anarphabète, le salon du livre et de l’expression libre
  29. Table ronde : Des révoltes à la révolution ? Quelles sont les perspectives de la lutte de classes ?
  30. Conférences-débats Smolny 2011 : « État et Capital »
  31. La Boutique à réAction et les Impairs à réAction de décembre 2011
  32. Love me tender... encore une fois - 24h de lettres d’amour
  33. Rencontre autour de la trilogie « De mémoire » de Jann-Marc Rouillan
  34. Deux rencontres avec Thierry Discepolo sur l’édition contemporaine
  35. United Red Army (1968-1973) : Du mouvement social à la guerre révolutionnaire
  36. Sous les rotatives, la plage
  37. La Palabra del agua
  38. La domination masculine est-elle née avec les classes sociales ?
  39. Rencontre autour de la revue « Kommunist » (Moscou, 1918)
  40. Dédicace de Patrick Tort du livre d’Anton Pannekoek : « Darwinisme et marxisme »
  41. Lectures des « Principes de la philosophie du droit » de Hegel
  42. Hegel 1805 : la nécessité de la Terreur et sa possible dérive
  43. Salon du livre libertaire 2012
  44. Rencontre avec Frédéric Régent, co-auteur de « Pour quoi faire la Révolution »
  45. Hegel : Révolution et Terreur
  46. Quantité et qualité chez Hegel et Lénine
  47. Vie et œuvre de Jean Malaquais - Rencontre avec Geneviève Nakach
  48. Révolution et contre-révolution en Russie à la lumière du combat des communistes de gauche
  49. Conférence-débat sur la Bio entre business et projet de société
  50. Conférences-débats : Les oppositions communistes en URSS de 1918 à 1927
  51. Rencontre avec Léon de Mattis, autour de son livre « Crises »
  52. Marxisme et Révolution française : perspectives dans le siècle 1889-1989
  53. Rencontre avec Xavier Montanyà autour de « L’or noir du Nigéria »
  54. Pourquoi le marxisme au XXIe siècle ?
  55. Smolny aux Rendez-Vous de l’Histoire 2012 à Blois
  56. La bulle immobilière, une conséquence des difficultés rencontrées par l’appareil productif chinois ?
  57. La transition révolutionnaire : un problème hégélien
  58. Conférence de Loren Goldner : Comprendre la crise et son système... pour mieux en sortir !
  59. VIVONS LIVRES ! Salon du livre Midi-Pyrénées
  60. L’AUTRE LIVRE - 10e Salon des éditeurs indépendants
  61. Hegel et la Terreur. Une lecture marxiste
  62. Monde et esprit chez Hegel
  63. Anarphabète 2012
  64. Les dangers de la sur-accumulation en Chine
  65. Lecture et discussion autour de Rosa Luxemburg
  66. Penser la biographie de François Furet
  67. Rosa Luxemburg à l’école du socialisme
  68. De l’atelier au marché : circulation et reproduction du capital (autour du Livre II du « Capital »)
  69. Les peuples et leurs révoltes selon Machiavel
  70. Révolution et contre-révolution : la Revue Kommunist et l’opposition de gauche en Russie - 1918
  71. Smolny à l’Escale du livre de Bordeaux
  72. À l’ombre de la République
  73. L’impossible procès
  74. Un jeudi soir avec Rosa Luxemburg - Livres et film
  75. Un futur sans avenir - Rencontre avec le Groupe Oblomoff
  76. La Chapelle a 20 ans !
  77. Quelle révolution pour quel socialisme ? — Conférence & Débat
  78. Rencontre - Débat : La Révolution russe et l’opposition de gauche au printemps 1918
  79. Colloque international sur les Sonderkommandos
  80. Les Imams en France - Rencontre avec Solenne Jouanneau
  81. Marathon Anaïs Nin
  82. Conférence Internationale sur Rosa Luxemburg
  83. Le socialisme en France - Le regard critique de Rosa Luxemburg
  84. Rencontre avec Nada, Noir et Rouge et les Éditions libertaires
  85. Cycle de conférences : Espoir(s) de Révolution(s)
  86. Conférence - Débat : Capitalisme, souffrance et harcèlement au travail
  87. Uluslararası Rosa Luxemburg Konferansı
  88. Anarphabète 2013
  89. Jean-Pierre Paraggio : Projections autotéliques
  90. Baratin n°02 : Le sexisme dans la langue
  91. Rencontre avec Marc Sastre autour de Jeffrey Lee Pierce
  92. Rencontre et projection du film « The Molly McGuires »
  93. Débat : « Le communisme primitif a-t-il eu lieu ? »
  94. Projection du film : France-Rwanda 1994, complicité de génocide
  95. Réunion-Débat : De l’Argentine a la France... les potentialités d’un front des anticapitalistes et révolutionnaires
  96. Tous unis dans la tranchée ? 1914-1918, les intellectuels rencontrent le peuple
  97. Somalie : Pirates ou garde-côtes ? Rencontre au Kiosk de Toulouse
  98. Les Libertaires du Yiddishland - Conférence de Jean-Marc Izrine
  99. Conférence-débat : L’oppression des femmes - Un aperçu historique... et préhistorique !
  100. Rencontre-débat autour d’une « Conversation sur la naissance des inégalités »
  101. Révolution et contre-révolution en Espagne : rencontre avec les Giménologues
  102. Rencontre : Rosa Luxemburg et la crise du socialisme en France
  103. Du braquage au violon : Rencontre avec le réalisateur Juan Guzmán et le CMDE
  104. Smolny à l’Escale du livre de Bordeaux
  105. Quinzaine Rosa Luxemburg : programme de la semaine du 19 au 25 mai
  106. Quinzaine Rosa Luxemburg : programme de la semaine du 26 au 31 mai
  107. Rencontres internationales : les révoltes du Maghreb et Moyen-Orient 3 ans après
  108. « Paris sans le peuple » - Rencontre avec Anne Clerval
  109. Débat public avec Mylène Gaulard sur la crise économique en Chine
  110. La Nuit de Tlatelolco - Mexique, 1968 : Rencontre avec le CMDE
  111. Smolny aux Rendez-Vous de l’Histoire 2014 à Blois
  112. Débat : Rosa Luxemburg contre la guerre
  113. Conférence : Les révolutions industrielles... pour une critique de la technologie
  114. Les 10 ans de la librairie Terra Nova !
  115. Débat sur la situation en Irak et au Kurdistan d’Irak et de Syrie
  116. Militants contre la guerre — Rencontre avec Julien Chuzeville
  117. Conférence : Les gauches radicales des années 20 — Internationalisme et autonomie prolétarienne
  118. Conférence-débat du CERMTRI : La Catalogne révolutionnaire de 1936
  119. Rencontre - débat avec le collectif « Exploités Énervés »
  120. Anarphabète 2014
  121. Rencontre autour des écrits politiques de Bertrand Russell (1914-1918)
  122. Les rugissants - Février / Juin 2015
  123. Premier Forum Autonome de Discussion de Toulouse : États, Terreur et Terrorisme
  124. Les Sanglots de l’aigle pêcheur / Nouvelle-Calédonie : la Guerre kanak de 1917
  125. Les travailleurs indochinois en région toulousaine pendant les deux guerres mondiales (1914-1918 et 1939-1945)
  126. La Brochure de Junius / Rosa Luxemburg
  127. Histoire et préhistoire de la domination masculine
  128. Conférence-Débat : Hypothèses d’Avril — 1917 / 1937 / 2017
  129. Journée Rosa Luxemburg à l’ENS
  130. Semaine internationaliste
  131. Cercle de lecture Karl Marx — Le Capital, Livre I chapitres 1 & 2
  132. Vocations de la finance
  133. Joël LAILLIER — Le conseil en fusion-acquisition : dispositions et vocation à l’élite
  134. Compte-rendu de la conférence Hypothèses d’avril
  135. Liber’Tarn : Librairie champêtre libertaire - Stands d’éditeurs
  136. 1915, la conférence de Zimmerwald... et aujourd’hui ?