AccueilNoticesThéma
Dernière mise à jour :
dimanche 23 avril 2017
   
Brèves
Index chronologique des notices de parutions
dimanche 15 mars
Enfin ! Mise à jour de notre index chronologiques des notices de parution... histoire de faciliter les recherches dans ce qui est paru ces quelques dernières années !
La Première Guerre mondiale sur le site Smolny
jeudi 20 novembre
Une notice thématique regroupe par ordre chronologique de parution tous les documents sources qui sont publiés sur le site du collectif Smolny en rapport avec la Première Guerre mondiale et le mouvement ouvrier international : « Documents : La Première Guerre mondiale ( Juillet 1914 - Novembre 1918 ) ». Cette notice est mise à jour à chaque nouvel ajout. À consulter régulièrement donc.
Mise à jour de la bibliographie de Nicolas Boukharine
mardi 27 mai
Il manquait à la bibliographie des œuvres de Boukharine en langue française les articles publiés par Smolny dans l’ouvrage La revue Kommunist (Moscou, 1918). Oubli réparé.
Rosa Luxemburg : bibliographie française
mardi 15 avril
Mise à jour et toilettage complet de la notice bibliographique des œuvres de Rosa Luxemburg en langue française.
Capital, valeur, plus-value et exploitation du travail
jeudi 15 novembre
La deuxième séance du cycle de formation « Pourquoi le marxisme au XXIe siècle ? » se tient ce jeudi soir 15 novembre 2012 à 20h30 au local FSU , 52 rue Jacques Babinet, immeuble Peri-ouest, 2° étage (Métro Mirail Université à Toulouse).
Mise à jour de la bibliographie...
dimanche 9 septembre
... de la série Historical Materialism Books, depuis le numéro 26 jusqu’au numéro 40.
Sur le Web
Parti communiste international (Le Prolétaire)
Publie en France Le Prolétaire et Programme communiste. Description extraite de ce site flambant neuf - CE QUI NOUS DISTINGUE : La ligne qui va de Marx-Engels à Lénine, à la fondation de l’Internationale Communiste et du Parti Communiste d’Italie ; la lutte de classe de la Gauche Communiste contre la dégénérescence de l’Internationale, contre la théorie du « socialisme dans un seul pays » et la contre-révolution stalinienne ; le refus des Fronts populaires et des fronts nationaux de la résistance ; la lutte contre le principe et la praxis démocratiques, contre l’interclassisme et le collaborationnisme politique et syndical, contre toute forme d’opportunisme et de nationalisme ; la tâche difficile de restauration de la doctrine marxiste et de l’organe révolutionnaire par excellence - le parti de classe -, en liaison avec la classe ouvrière et sa lutte quotidienne de résistance au capitalisme et à l’oppression bourgeoise ; la lutte contre la politique personnelle et électoraliste, contre toute forme d’indifférentisme, de suivisme, de mouvementisme ou de pratique aventuriste de « lutte armée » ; le soutien à toute lutte prolétarienne qui rompt avec la paix sociale et la discipline du collaborationnisme interclassiste ; le soutien de tous les efforts de réorganisation classiste du prolétariat sur le terrain de l’associationnisme économique, dans la perspective de la reprise à grande échelle de la lutte de classe, de l’internationalisme prolétarien et de la lutte révolutionnaire anticapitaliste.
canutdelacroixrousse
L’histoire de la colline de la Croix-Rousse et des canuts. Ce Blog est une mine d’informations sur les canuts allant de pair avec une connaissance très fine de Lyon / Croix-Rousse. Vivre libre en travaillant ou mourir en combattant !
Les Amis de Daumier
Créée en 1994, l’Association des Amis d’Honoré Daumier se propose par ses statuts de promouvoir, en France et à travers le monde, l’œuvre multiforme - dessins, peintures et sculptures - de cet immense artiste.
Parti Communiste International (Il Programma Communista)
Publie en France les Cahiers internationalistes, consultables en ligne sur le site depuis le numéro 6. Présentation : Ce qui nous distingue : la ligne qui va de Marx à Lénine, à la fondation de l’Internationale Communiste et du Parti Communiste d’Italie (Livourne, 1921), à la lutte de la Gauche Communiste contre la dégénerescence de l’Internationale, contre la théorie du "socialisme dans un seul pays" et la contre-révolution stalinienne, et au refus des fronts populaire et des blocs partisans et nationaux. La dure œuvre de restauration de la doctrine et de l’organe révolutionnaires au contact de la classe ouvrière, dehors de la politique personelle et électoraliste.
Démocratie Communiste
Site luxemburgiste, dont voici le manifeste minimal : Démocratie communiste s’inscrit dans la lignée du mouvement ouvrier démocratique, et lutte : pour l’abolition du capitalisme, du travail salarié, et de la division des êtres humains en classes sociales ; pour mettre fin à la dictature de la classe capitaliste, et mettre en place la démocratie directe ; pour une société socialiste-communiste ; pour en finir avec le sexisme et le patriarcat ; contre toutes les formes de racisme, de nationalisme et de patriotisme ; pour l’abolition de toutes les frontières. Textes d’actualité et thématiques (peu nombreux).
Les Amis de Spartacus
Edition fondée par René Lefeuvre en 1934. A publié Rosa Luxemburg, Anton Pannekoek, Boris Souvarine... Un fond exceptionnel et incontournable.
Cronstadt ( 28 février - 18 mars 1921 )
« Crépuscule sanglant des soviets » (Ida Mett)
8 novembre 2006 par jo

Ile/ base navale située au fond du golfe de Finlande, à 30 kilomètres à l’Ouest de Saint-Pétersbourg, dont elle défend l’accès.

Le 18 mars est à la fois le premier jour de la Commune de Paris (1871), le début des combats en Allemagne centrale (Märzkämpfe) et la date du dernier assaut des troupes de Toukhachevski écrasant la Commune de Kronstadt.

Tant en Russie qu’ en Allemagne, les principales bases navales (Kronstadt, Kiel) allaient devenir de grands centres révolutionnaires ; plus tard, une mutinerie de marins français dans la mer Noire allait même mettre fin à l’ intervention militaire française contre la révolution russe. C’ est que les matelots et mécaniciens étaient dans des navires qui ressemblaient un peu à des usines flottantes (Voir Broué, Révolution en Allemagne, pp. 106-109). On y recrutait, à cause des nécessités techniques, des ouvriers qualifiés déjà touchés par la propagande révolutionnaire. De plus (au moins en Russie), la sévère discipline était en même temps capricieuse : la vie du marin dépendait du bon vouloir des officiers. Enfin, les matelots étaient mal nourris et leur salaire misérable surtout pour ceux qui avaient une famille à soutenir. Et la répression avait encore creusé l’ abîme entre officiers et marins ...

L’insurrection de Kronstadt eut lieu trois mois après la défaite des armées impérialistes. Les prolétaires, matelots et soldats rouges, les paysans laborieux, cette génération d’Octobre, qui avait versé son sang, ne voyait plus de raison à l’ existence de la famine et à la nécessité d’ une soumission aveugle à la féroce discipline du “communisme de guerre”. Il existait un formidable décalage entre les choses promises et la situation de fait. De plus, un conflit secondaire souleva également la flotte. « Depuis la paix de Brest-Litovsk, le gouvernement avait amorcé une réorganisation totale de l’ armée sur la base d’ une discipline rigoureuse, incompatible avec le principe de l’éligibilité des officiers par les soldats, chassant l’esprit de démocratisation en vigueur au commencement de la révolution. Mais, dans la flotte, pour des raisons purement techniques, pareille réorganisation état impossible, vu que les éléments d’ une certaine qualification technique ne pouvaient être remplacés par de nouvelles recrues. C’ est pourquoi les anciennes moeurs révolutionnaires y persistaient ... Cet état des choses, en contradiction flagrante avec l’esprit régnant dans le reste de l’armée, ne pouvait durer ... Les tentatives pour “discipliner” la flotte rencontrèrent, dès 1920, une active et large résistance de la part des marins sans-parti, mais également parmi les matelots communistes ... Enfin, la discussion syndicale à l’ intérieur du parti joua un grand rôle psychologique : vu l’importance de la question, la discussion déborda les limites strictes du parti ... le prolétariat avait raisonné logiquement : si les critiques étaient permises aux membres du parti, pourquoi ne seraient-elles pas permises aux grandes masses qui venaient de supporter toutes les épreuves de la guerre civile ? ... Lors de son discours au X° congrès, Lenine exprima le regret d’ avoir autorisé cette discussion : “Ayant autorisé cette discussion, nous avons certainement commis une erreur. Un tel débat fut nocif à la veille d’ un printemps plein de difficultés... » (Ida Mett, Kronstadt , Spartacus p. 32 à 34). Car, pendant l’hiver 1920-1921, toute une série de soulèvements paysans s’étendit sur le pays. A Tambov, une armée de plus de 20 000 hommes, dirigée par le SR Antonov sera écrasée. Mais l’affaire devint plus sérieuse quand l’agitation gagna les villes et les usines. A Moscou, à Petrograd (23 février), des grèves sauvages éclatent et les mêmes revendications sont posées dans les assemblées d’usine : ravitaillement, politique paysanne, liberté d’ expression... Un mélange de répression (loi martiale, arrestation des meneurs) et de concessions (fin des restrictions sur les déplacements, achat de charbon à l’ étranger) vont conduire la plupart des travailleurs à abandonner la lutte.

C’est dans ce contexte qu’éclate l’insurrection de Kronstadt. On connaît la suite : l’échec des négociations, la décision des bolcheviks d’attaquer pendant que la glace n’a pas encore fondu et avant que la mer libérée ne protège à nouveau l’île et la flotte, qui constituerait alors une base possible pour n’importe quelle intervention extérieure. Zinoviev parle de tirer les insurgés “comme des perdreaux".

L’offensive est meurtrière, puisque les canons de la forteresse tirent sur la glace où avancent les soldats de l’Armée rouge : 10 000 ( ?) tués sur 50 000 hommes. Les vainqueurs sont sans pitié, des milliers d’insurgés furent massacrés, exécutés par la Tcheka ou envoyés en camp de concentration.

7 000 insurgés s’enfuient sur la mer gelée pour rejoindre la Finlande voisine, où les attendent aussi des camps de concentration.

De plus, afin d’effacer toute trace du soulèvement, le Soviet fut dissous et on effectua une gigantesque purge pour empêcher que les “microbes” ne se propagent !

Kronstadt va devenir un des symboles (les autres étant l’AIT et la répression stalinienne en Espagne) de l’opposition irréductible entre marxistes et anarchistes.


Bibliographie indicative :

— ANWEILER Oskar, Les Soviets en Russie (1905-1921), Gallimard, 1972 ;

— ARVON Henri, La révolte de Cronstadt, Complexe, 1992 ;

— AVRICH Paul, La tragédie de Cronstadt, Seuil, 1975 ;

— CILIGA Ante, L’insurrection de Cronstadt et la destinée de la Révolution russe, Allia, 1998 ;

— COLLECTIF, Kronstadt - Izvestia du Comité révolutionnaire provisoire des matelots, soldats rouges et ouvriers de la ville de Kronstadt, Editions Ressouvenances, 1988 ;

— GROS Dominique, Les Conseils ouvriers. Espérances et défaites de la révolution en Autriche-Hongrie, thèse Dijon, 1971 ;

— HOUGH Richard, La mutinerie du cuirassé Potemkine, Robert Laffont, 1960 ;

— MARIE Jean-Jacques, Cronstadt, Fayard, 2005 ;

— METT Ida, La Commune de Cronstadt, Spartacus, 1977 ;

— VIDIL Charles, Les mutineries de la marine allemande, 1917-1918, Payot, 1931 ;