AccueilBibliothèqueBrochures
Dernière mise à jour :
lundi 5 novembre 2018
   
Brèves
Mardi 21 mai - La Revue Z à Terra Nova
lundi 20 mai
Mardi 21 mai 2013 à 19h, rencontre à la Librairie Terra Nova de Toulouse avec l’équipe de la revue Z à l’occasion de la parution du dernier numéro Thessalonique & Grèce, aux éditions Agone. Après une enquête collective au nord de la Grèce, la revue Z viendra présenter son dernier numéro : Thessalonique dans la dépression européenne. Bricolages quotidiens et résistances insolvables.
Groupe de Liaison pour l’Action des Travailleurs
lundi 6 février
Le sommaire des articles de la revue Lutte de classe, publiée par le GLAT, a été largement augmenté, notamment sur la période 1971-1975. Pour tous les numéros listé, une version PDF est maintenant accessible en ligne. Bonnes lectures !
Mise à jour du catalogue du fonds documentaire
jeudi 1er septembre
Une nouvelle version mise à jour du Catalogue du Fonds Documentaire Smolny, très largement étendue (une vingtaine d’entrées supplémentaires) est en ligne ce jeudi 1er septembre 2011. Merci aux contributeurs. D’autres titres à suivre...
Ouverture des archives numériques du CERMTRI
lundi 15 août
Le CERMTRI a décidé de créer une bibliothèque numérique avec l’objectif de numériser le maximum de ses archives et de ses collections. Pour démarrer : La revue « Bulletin Communiste » (1920-1933) ; le journal « La Vérité » (1957-1958) ; la revue des « Cahiers du mouvement ouvrier » (2002-2011). Soit déjà 428 documents ce qui représente 6395 pages. Bravo pour cette excellente initiative !
Sur le Web
[infokiosques.net]
Nous nous auto-organisons et nous montons un infokiosque, une sorte de librairie alternative, indépendante. Nous discutons des publications, brochures, zines et autres textes épars qui nous semblent intéressants ou carrément nécessaires de diffuser autour de nous. Nous les rassemblons dans cet infokiosque, constituons ainsi nos ressources d’informations, et les ouvrons au maximum de gens. Nous ne sommes pas les troupes d’un parti politique, ni les citoyen-ne-s réformateurices de nos pseudo-démocraties, nous sommes des individus solidaires, qui construisons des réseaux autonomes, qui mettons nos forces et nos finesses en commun pour changer la vie et le monde.
Cultiver ou mourir Bruxelles : programme d'Acrata en décembre 2018 / janvier 2019 Des animaux assoiffés de liberté Décembre 2018 au Rémouleur (Bagnolet) Soirée de présentation de la revue Nunatak le samedi 8 décembre à Montpellier
Bibliolib
Catalogue de textes d’origine libertaire ou anarchiste, sans habillage particulier (pas de commentaire, d’édition critique, de note). Les textes bruts donc avec une liste d’auteurs qui commence à être significative. Un bon point d’entrée donc pour ceux qui savent à l’avance ce qu’ils cherchent. Attention : ce site s’est fait subtilisé sa précédente adresse par un site pornographique. Notre propre lien a donc été incorrect quelque temps. Nous en sommes désolé.
Pelloutier.net
Sur l’histoire du syndicalisme révolutionnaire et de l’anarcho-syndicalisme, avec des études, documents et synthèses intéressantes sur Pelloutier, Monatte, La Vie Ouvrière (1909-1914) et sur les mouvements syndicalistes en France, Europe, USA...
Balance
Cahiers d’histoire du mouvement ouvrier international et de la Guerre d’Espagne. Nombreux articles en espagnol. Textes de Bordiga, entre autres.
Classiques des sciences sociales
Une bibliothèque numérique entièrement réalisée par des bénévoles, fondée et dirigée par Jean-Marie Tremblay, sociologue. Comprend de très nombreuses oeuvres du domaine public. La section des "auteurs classiques", en particulier, est une véritable mine, où l’on trouve Bebel, Bordiga, Boukharine, Engels, Fourier, Gramsci, Kautsky, Labriola, Lafargue, Lukacs, Luxemburg, Marx, Trotsky et bien d’autres.
La Ligue Communiste et la Fraction de Gauche / Treint-Marc ( 1930 - 1932 )
Michel Olivier : Tâches et fonctions d’une fraction communiste
17 décembre 2006 par olivier
Cette brochure est disponible dans son intégralité au format pdf dans le fichier joint en bas de page. Nous reproduisons en ligne le sommaire et l’introduction / présentation de la brochure.

Contribution à une histoire du mouvement révolutionnaire


Sommaire

  • Présentation
  • Chapitre I
    Quelques dates historiques autour de la Fraction de gauche du PCF
  • Chapitre II
    Panorama de l’opposition en France en 1927
  • Chapitre III
    Progrès politiques de la Ligue communiste (1931-1932) et vieux démons : les luttes fractionnelles
  • Chapitre IV
    La Fraction de gauche et son combat politique
  • Documents
  • Bibliographie

Présentation

Avec ce document nous souhaitons revenir une nouvelle fois [1] aux sources de la Gauche communiste en France. Certes, la théorie n’a jamais été le fort de cette fraction de la Gauche communiste, mais elle a bel et bien existé en France comme dans les autres pays. Ces recherches permettent de souligner une fois de plus combien les orientations politiques et organisationnelles de Trotsky ont été désastreuses en France particulièrement. Il est intéressant de noter la lenteur et la difficulté du processus à travers lequel cette gauche a dû passer pour se former, secréter des énergies et sélectionner des éléments révolutionnaires aguerris puisque c’est seulement au cours de la deuxième guerre mondiale qu’est née la Gauche communiste de France publiant Internationalisme.

Les principales étapes de formation de la Gauche Communiste en France ont été marquées par :

-  Un combat au sein du PCF et de l’IC dégénérescente au milieu des années 20 ;
-  La création de l’Opposition internationale de gauche à la fin des années 20 ;
-  Le regroupement qui a donné naissance à l’Union communiste (UC) et au journal l’Internationale ;
-  L’adhésion de la minorité de L’UC à la Gauche Communiste Internationale en 1937 ;
-  La création de la Gauche communiste de France en 1944.

C’est d’abord l’étonnement puis la colère qui nous envahit face à la politique désastreuse de Trotsky et de ses épigones qui ont cassé toutes les tentatives de création de l’Opposition de Gauche en France comme au niveau international.

Une politique de regroupement plus juste aurait permis de réunir les énergies des différents groupes oppositionnels depuis La Ligue communiste en passant par le groupe de Treint jusqu’aux éléments qui se sont regroupés autour de l’UC ce qui aurait à entraîner une dynamique de rapprochement de tous les éléments oppositionnels épars. Finalement, l’UC a malgré tout réussi regrouper les éléments qui restaient encore sur des positions révolutionnaires en 1933 car la Ligue communiste avait perdu sa position centrale au sein de l’Opposition ; elle était devenue l’unique porte voix de Trotsky. La France n’est pas un cas unique, le même scénario a eu lieu au niveau international comme le CCI le montre dans le Complément à la brochure sur la Gauche communiste italienne [2]. C’est ainsi qu’un processus d’exclusion au sein de l’Opposition de gauche internationale s’est réalisé : au sein de la Gauche communiste allemande avec le départ du groupe de Kurt Landau, dans l’Opposition belge avec la rupture d’avec la Ligue Internationaliste autour de Hennaut ; dans l’Opposition espagnole autour de Nin pour ne parler que des groupes les plus significatifs et enfin de la Gauche communiste italienne exclue à la Conférence de Copenhague en 1933.

Cet échec est du à Trotsky lui-même, c’est la raison pour laquelle les trotskistes font l’impasse historique sur cette période. Nous avons déjà écrit que « tous les livres, textes ou documents sur la période de l’entre-deux-guerres, rédigés par les trotskistes font justement l’impasse sur la période 1929­1932. Leur histoire commence à la Conférence de l’Opposition en février 1933 quand tous les oppositionnels ayant un poids dans le mouvement ouvrier et dans l’Internationale Communiste, ont été exclus, notamment Rosmer, les membres de la gauche italienne, etc... » [3]

Par contre, ce document nous permet de traiter de l’expérience inestimable de la vie intérieure de la Ligue communiste dans les années 30, sur la politique organisationnelle défendue par le groupe Treint-Marc (la Fraction de Gauche) à cette époque ainsi que sur le rôle, les tâches et la fonction d’une fraction communiste dans une période où le Parti dégénère.

Encore une fois, nous n’avons pas la prétention de proposer un document achevé ni une histoire complète de cette période qui est très riche en enseignements pour les révolutionnaires d’aujourd’hui.

[1] Cf. La Gauche communiste en France, contribution à une histoire du mouvement révolutionnaire, CCI, 2001 ; La dégénérescence de l’IC : le cas du parti communiste français (1924-1927), Fraction interne du CCI, février 2003.

[2] Complément à La Gauche communiste italienne, contribution à une histoire du mouvement révolutionnaire, CCI, 1980.

[3] Complément, idem page 242, 243.

Documents joints à cet article :