AccueilBibliothèqueCorrespondance
Dernière mise à jour :
jeudi 5 avril 2018
   
Brèves
Mardi 21 mai - La Revue Z à Terra Nova
lundi 20 mai
Mardi 21 mai 2013 à 19h, rencontre à la Librairie Terra Nova de Toulouse avec l’équipe de la revue Z à l’occasion de la parution du dernier numéro Thessalonique & Grèce, aux éditions Agone. Après une enquête collective au nord de la Grèce, la revue Z viendra présenter son dernier numéro : Thessalonique dans la dépression européenne. Bricolages quotidiens et résistances insolvables.
Groupe de Liaison pour l’Action des Travailleurs
lundi 6 février
Le sommaire des articles de la revue Lutte de classe, publiée par le GLAT, a été largement augmenté, notamment sur la période 1971-1975. Pour tous les numéros listé, une version PDF est maintenant accessible en ligne. Bonnes lectures !
Mise à jour du catalogue du fonds documentaire
jeudi 1er septembre
Une nouvelle version mise à jour du Catalogue du Fonds Documentaire Smolny, très largement étendue (une vingtaine d’entrées supplémentaires) est en ligne ce jeudi 1er septembre 2011. Merci aux contributeurs. D’autres titres à suivre...
Ouverture des archives numériques du CERMTRI
lundi 15 août
Le CERMTRI a décidé de créer une bibliothèque numérique avec l’objectif de numériser le maximum de ses archives et de ses collections. Pour démarrer : La revue « Bulletin Communiste » (1920-1933) ; le journal « La Vérité » (1957-1958) ; la revue des « Cahiers du mouvement ouvrier » (2002-2011). Soit déjà 428 documents ce qui représente 6395 pages. Bravo pour cette excellente initiative !
Sur le Web
[infokiosques.net]
Nous nous auto-organisons et nous montons un infokiosque, une sorte de librairie alternative, indépendante. Nous discutons des publications, brochures, zines et autres textes épars qui nous semblent intéressants ou carrément nécessaires de diffuser autour de nous. Nous les rassemblons dans cet infokiosque, constituons ainsi nos ressources d’informations, et les ouvrons au maximum de gens. Nous ne sommes pas les troupes d’un parti politique, ni les citoyen-ne-s réformateurices de nos pseudo-démocraties, nous sommes des individus solidaires, qui construisons des réseaux autonomes, qui mettons nos forces et nos finesses en commun pour changer la vie et le monde.
Comment composter sa merde sans paniquer La fin de la ZAD, le début de quoi ? Parution du n°2 du zine féministe « Hors Je(u) » Parution d'un nouveau livre sur les luttes autonomes dans l'Espagne des années 1970 Deux fois plus de chances le samedi soir
Bibliolib
Catalogue de textes d’origine libertaire ou anarchiste, sans habillage particulier (pas de commentaire, d’édition critique, de note). Les textes bruts donc avec une liste d’auteurs qui commence à être significative. Un bon point d’entrée donc pour ceux qui savent à l’avance ce qu’ils cherchent. Attention : ce site s’est fait subtilisé sa précédente adresse par un site pornographique. Notre propre lien a donc été incorrect quelque temps. Nous en sommes désolé.
Pelloutier.net
Sur l’histoire du syndicalisme révolutionnaire et de l’anarcho-syndicalisme, avec des études, documents et synthèses intéressantes sur Pelloutier, Monatte, La Vie Ouvrière (1909-1914) et sur les mouvements syndicalistes en France, Europe, USA...
Balance
Cahiers d’histoire du mouvement ouvrier international et de la Guerre d’Espagne. Nombreux articles en espagnol. Textes de Bordiga, entre autres.
Classiques des sciences sociales
Une bibliothèque numérique entièrement réalisée par des bénévoles, fondée et dirigée par Jean-Marie Tremblay, sociologue. Comprend de très nombreuses oeuvres du domaine public. La section des "auteurs classiques", en particulier, est une véritable mine, où l’on trouve Bebel, Bordiga, Boukharine, Engels, Fourier, Gramsci, Kautsky, Labriola, Lafargue, Lukacs, Luxemburg, Marx, Trotsky et bien d’autres.
1911-05-23 : Rosa Luxemburg à Wilhelm Dittman
Sur l’école du Parti
3 mars 2007 par eric

23 mai 1911.

Cher camarade Dittman,

Pardonnez-moi de ne vous donner qu’aujourd’hui les informations que vous m’avez demandées au sujet de notre école du parti. J’étais très prise et n’avais aucune minute de liberté.

Si cous voulez mon avis, je crois que l’organisation de l’enseignement à l’école du parti a parfaitement fait ses preuves ; on devrait cependant, selon moi, améliorer encore le programme. Je suis très contente que nous ayons réussi, le camarade Schulz et moi, à y introduire enfin l’histoire du socialisme international [1] ; actuellement c’est à cela que je travaille - et j’ai encore demandé lors de la dernière réunion des professeurs et de la direction du parti que l’on mette au programme, à part, l’histoire du mouvement syndical et sa situation dans différents pays. J’estime que c’est extrêmement important et aussi nécessaire que l’histoire du socialisme. Bebel appuie totalement cette suggestion et il ne s’agit que de savoir quand on aura la possibilité pratique de réaliser ce projet. Il faut en effet tenir compte du temps dont disposent les élèves et de leur capacité de travail. La manière dont l’enseignement est organisé maintenant correspond à mon avis à toutes les exigences de la pédagogie. Nous avons tout au plus dans chaque cycle de cours trente élèves sur lesquels, depuis trois ans, dix places sont réservées aux syndicats ; malheureusement, seuls le syndicat des mineurs et celui du bâtiment en font usage : ils nous envoient chacun deux élèves par session. Les autres syndicats, notamment celui des métallurgistes, boycottent l’école du parti, ce qui est regrettable pour eux et pour nous.

L’enseignement ne comprend par jour que deux matières, parfois trois ; pour chacune sont prévues deux heures de suite (interrompues chez moi par ¼ d’heure de pause). En fait, seule la matinée, de huit heures à midi, est consacrée à l’enseignement. L’après-midi on n’enseigne que des matières faciles, peu astreignantes, des exercices de style, des exercices oratoires ou encore des sciences exactes. Notre idéal serait de laisser l’après-midi tout à fait libre (même quand il y a des cours l’après-midi ils finissent généralement à trois ou quatre heures), car les élèves doivent avoir l’après-midi et le soir de libres pour travailler à la maison. S’ils n’ont pas cette possibilité d’approfondir à la maison ce qui a été enseigné le matin, de reprendre leurs notes, s’ils ne lisent pas les livres ou brochures correspondants, tout l’enseignement est absolument sans valeur, inutile. Il vous suffit de considérer l’école des syndicats. Connaissez-vous son organisation ? Il me semble inconcevable que des gens pratiques [2] puissent ainsi jeter leur temps et leur argent par la fenêtre. D’abord le cycle entier des cours dure six semaines (alors que nous arrivons à peine en six mois à inculquer aux élèves quelques connaissances solides !). Ensuite chaque cours s’adresse à soixante ou soixante-dix élèves, si bien qu’il est vain de songer à une discussion avec le professeur et qu’il n’est pas question d’aborder le sujet plus en profondeur, en posant des questions aux élèves ou en suscitant une discussion générale. En outre le programme quotidien comprend cinq matières différentes enseignées à la suite par cinq professeurs différents, chacun ne disposant que d’une heure (une seule matière a droit à deux heures, de trois à cinq). Ainsi, c’est une course d’une matière à une autre, et les élèves ont à peine le temps de reprendre leurs esprits. Et l’enseignement est organisé de telle manière qu’il occupe - de neuf heures du matin à six heures du soir - toute la matinée et tout l’après-midi. Quand les élèves ont-ils le temps d’apprendre quelque chose par eux-mêmes, de lire, de réfléchir et d’assimiler ce qu’ils ont entendu ? (Pendant la pause de midi à trois heures on ne travaille naturellement pas ... car le repas prend le pus clair du temps et le reste fatalement se passe à flâner.) Le temps de rentrer le soir à la maison et de manger quelque chose, il est sept ou huit heures. Alors naturellement on est trop fatigué. Il ne reste plus aux élèves qu’à reprendre des forces dans un café. Voilà évidemment qui est fait pour les aider à approfondir leurs connaissances et à les préparer à travailler joyeusement le lendemain ! Puis autre chose frappe encore : du début de septembre au début d’avril, pendant que nous avons un seul cycle de cours, les professeurs des syndicats doivent en assurer successivement quatre, au cours desquels il répètent forcément la même chose quatre fois. Pour ma part, une fois terminé un cours difficile, le semestre d’été libre m’apparaît comme une vraie délivrance : on refuse de se borner à se répéter, on veut pour chaque nouveau ours rassembler des matériaux nouveaux, les exploiter, apporter des changements et des améliorations. Enfin, je ne puis m’imaginer comment un professeur ne prend pas son enseignement en dégoût lorsqu’il doit le rabâcher quatre fois de suite en sept mois ; avec la meilleure volonté du monde on devient un phonographe. Ainsi tout semble mis en oeuvre pour gâcher aux professeurs, comme aux élèves la joie de travailler et diminuer leur capacité de rendement. Je considère tout cela, comme vous le voyez, du seul point de vue pédagogique, je ne mentionne même pas que les matières les plus importantes sont enseignées par Bernstein, Schippel, Bernhard, Calwer [3], celui-ci assurant le cours sur les cartels ! L’orientation des professeurs est une affaire de conviction ; mais l’organisation de l’enseignement est une affaire de pédagogie rationnelle et, sur ce point, toute l’école des syndicats est un mystère. Les « doctrinaires » et les « théoriciens » ne se révèlent-ils pas une fois encore plus pratiques que les soi-disant « hommes de la pratique » ?

Cependant, chez nous aussi, à l’école du parti, il faut encore apporter des améliorations et développer les choses. A la fin de chaque cycle on entend répéter le voeu, soit de le voir se prolonger, soit de voir s’instituer un cours de perfectionnement. Moi, je préférerais la seconde solution, qui pourrait être adoptée sans surcroît e charges pour le parti [4]. Mais naturellement, à l’heure actuelle, les élections au Reichstag passent au premier plan et le temps manque pour les projets de réforme. J’espère d’ailleurs vivement que cette année l’école vaquera - je l’espère car je voudrais tout de même pouvoir travailler un hiver pour moi.

Comment allez-vous, ainsi que votre femme ? Votre petite lettre m’a fait grand plaisir. Merci aussi du rapport. Dans ma prochaine lettre je vous enverrai les matériaux sur le libéralisme. Je parlerai avec Ros. [5] aujourd’hui ou demain.

En attendant, meilleurs souvenirs.

Votre R. Luxemburg


Source :

— LUXEMBURG Rosa, Vive la lutte ! Correspondance 1891-1914, Textes réunis, traduits et annotés sous la direction de Georges HAUPT par Claudie WEILL, Irène PETIT, Gilbert BADIA, Editions François Maspero, Bibliothèque Socialiste n°31, Paris, 1975, p. 331-334.

[1] Voir à ce propos la lettre à Kostia Zetkin de septembre 1909.

[2] Allusion aux réformistes qui affirmaient être des gens de la pratique et affectaient d’ignorer ou de mépriser la théorie. Par ailleurs, l’école du parti fut soumise à de violentes critiques de la part des révisionnistes, en particulier d’Eisner, lors du congrès du SPD à Nuremberg en septembre 1908. L’école des syndicats avait été fondée à la même époque que celle du parti et comptait surtout des enseignants révisionnistes et réformistes, alors que ceux de l’école du parti étaient surtout des radicaux.

[3] Révisionnistes proches de Bernstein, collaborateurs de la revue Sozialistische Manitshefte.

[4] Rosa Luxemburg avait écrit cette lettre à Dittmann - comme il ressort d’une autre lettre encore inédite à Dittmann du 9 juin 1909 - pour qu’il puisse prendre position sur le problème. Dans la mesure où rien n’avait été fait, elle écrivit elle même un article : « École des syndicats et école du parti », Leipziger Volkszeitung, 21 juin 1911, qui s’inscrivait dans la polémique avec les révisionnistes entamée au Congrès de Nuremberg.

[5] Probablement Kurt Rosenfeld.

Autres articles de cette rubrique
  1. 1843-10-03 : Karl Marx an Ludwig Feuerbach
  2. 1859-12-11 : Friedrich Engels à Karl Marx
  3. 1873-10-22 : Karl Marx à Nicolaï Frantsévitch Danielson
  4. 1883-02-10 : Friedrich Engels à Eduard Bernstein
  5. 1885-04-23 : Friedrich Engels à Vera Zassoulitch
  6. 1885-09-26 : Élisée Reclus à Jean Grave
  7. 1904-01-21 : Rosa Luxemburg à Paul Löbe
  8. 1906-08-02 : August Bebel an Karl Kautsky
  9. 1906-08-22 : Rosa Luxemburg à Luise Kautsky
  10. 1906-10-08 : August Bebel an Johann Friedrich Westmeyer
  11. 1906-11-16 : Rosa Luxemburg à Georgi Bakalov
  12. 1906-11-xx : Rosa Luxemburg à Georgi Bakalov
  13. 1906-12-16 : Rosa Luxemburg à Clara Zetkin
  14. 1907-09-02 : August Bebel an Gustav Noske
  15. 1907-10-09 : Rosa Luxemburg à Paul Löbe
  16. 1908-02-04 : Rosa Luxemburg à Wilhelm Dittmann
  17. 1908-03-13 : Rosa Luxemburg à Arthur Stadthagen
  18. 1908-04-20 : Rosa Luxemburg à Luise Kautsky
  19. 1908-08-01 : Rosa Luxemburg à Wilhelm Pieck
  20. 1910-03-12 : Rosa Luxemburg à Konrad Haenisch
  21. 1910-03-17 : Rosa Luxemburg à Luise Kautsky
  22. 1911-05-23 : Rosa Luxemburg à Wilhelm Dittman
  23. 1911-12-02 : Rosa Luxemburg à Konrad Haenisch
  24. 1914-07-29 : Albert Südekum an Theobald von Bethmann Hollweg
  25. 1914-08-31 : Erich von Falkenhayn an Arthur Stadthagen
  26. 1914-09-03 : Karl Liebknecht an die Redaktion der „Bremer Bürger-Zeitung“
  27. 1916-08-17 : Karl Liebknecht au Tribunal gouvernemental allemand
  28. 1918-10-18 : Lénine aux membres du groupe « Spartacus »
  29. 1918-10-18 : Rosa Luxemburg à Sophie Liebknecht
  30. 1918-11-04 : Rosa Luxemburg à Mathilde Jacob
  31. 1918-11-08 : Rosa Luxemburg à Paul Löbe
  32. 1918-11-14 : Rosa Luxemburg à Clara Zetkin
  33. 1918-11-15 : Karl Liebknecht an Paul Eckert
  34. 1918-11-18 : Rosa Luxemburg à Adolf et Marie Geck
  35. 1918-11-18 : Rosa Luxemburg à Clara Zetkin
  36. 1918-11-18 : Rosa Luxemburg à Franz et Eva Mehring
  37. 1918-11-24 : Rosa Luxemburg à Clara Zetkin
  38. 1918-11-29 : Rosa Luxemburg à Clara Zetkin
  39. 1918-12-20 : Rosa Luxemburg à Lénine
  40. 1918-12-25 : Rosa Luxemburg à Clara Zetkin
  41. 1918-12-xx : Rosa Luxemburg à Adolf Warski
  42. 1919-01-04 : Rosa Luxemburg à Marta Rosenbaum
  43. 1919-01-11 : Rosa Luxemburg à Clara Zetkin
  44. 1919-03-27 : Paul Levi an Lenin
  45. 1921-03-27 : Paul Levi an Lenin
  46. 1921-09-23 : Paul Levi an Clara Zetkin
  47. 1924-12-24 : Nicolas Boukharine à Félix Dzerjinski
  48. 1926-10-28 : Amadeo Bordiga à Karl Korsch
  49. 1927-11-16 : Adolf Joffé à Léon Trotsky
  50. 1936-04-21 : Victor Serge à la rédaction de « La Révolution prolétarienne »
  51. 1939-06-19 : Léon Trotski à Jean Malaquais
  52. 1939-08-09 : Léon Trotski à Jean Malaquais
  53. 1945-09-10 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  54. 1945-09-24 : Jean Malaquais à Marc Chirik
  55. 1945-12-10 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  56. 1946-01-10 : Marc et Clara Chirik à Jean Malaquais
  57. 1946-11-20 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  58. 1946-12-07 : Jean Malaquais à Marc Chirik
  59. 1948-03-18 : Jean Malaquais à Marc Chirik
  60. 1948-04-08 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  61. 1948-05-09 : Jean Malaquais à Marc Chirik
  62. 1948-06-xx : Marc Chirik à Jean Malaquais
  63. 1948-08-32 : Jean Malaquais à Marc Chirik
  64. 1948-10-22 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  65. 1948-11-10 : Jean Malaquais à Marc Chirik
  66. 1949-02-10 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  67. 1950-01-30 : Adhémar Hennaut au Ministère de la Reconstruction (Belgique)
  68. 1951-03-22 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  69. 1951-04-15 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  70. 1951-05-09 : Natalia Sedova Trotski au comité exécutif de la IV° Internationale
  71. 1951-07-16 : Jean Malaquais à Marc Chirik
  72. 1951-10-22 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  73. 1952-04-01 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  74. 1952-04-15 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  75. 1952-04-27 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  76. 1952-05-20 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  77. 1952-06-04 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  78. 1952-06-19 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  79. 1952-06-25 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  80. 1952-07-18 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  81. 1952-08-24 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  82. 1952-09-07 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  83. 1952-10-19 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  84. 1952-11-01 : Jean Malaquais à Marc Chirik
  85. 1952-11-09 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  86. 1953-05-07 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  87. 1953-05-19 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  88. 1953-08-14 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  89. 1953-10-20 : Jean Malaquais à Marc Chirik
  90. 1961-11-09 : Natalia Sedova Trotski au journal France Soir