AccueilBibliothèqueCorrespondance
Dernière mise à jour :
jeudi 5 avril 2018
   
Brèves
Mardi 21 mai - La Revue Z à Terra Nova
lundi 20 mai
Mardi 21 mai 2013 à 19h, rencontre à la Librairie Terra Nova de Toulouse avec l’équipe de la revue Z à l’occasion de la parution du dernier numéro Thessalonique & Grèce, aux éditions Agone. Après une enquête collective au nord de la Grèce, la revue Z viendra présenter son dernier numéro : Thessalonique dans la dépression européenne. Bricolages quotidiens et résistances insolvables.
Groupe de Liaison pour l’Action des Travailleurs
lundi 6 février
Le sommaire des articles de la revue Lutte de classe, publiée par le GLAT, a été largement augmenté, notamment sur la période 1971-1975. Pour tous les numéros listé, une version PDF est maintenant accessible en ligne. Bonnes lectures !
Mise à jour du catalogue du fonds documentaire
jeudi 1er septembre
Une nouvelle version mise à jour du Catalogue du Fonds Documentaire Smolny, très largement étendue (une vingtaine d’entrées supplémentaires) est en ligne ce jeudi 1er septembre 2011. Merci aux contributeurs. D’autres titres à suivre...
Ouverture des archives numériques du CERMTRI
lundi 15 août
Le CERMTRI a décidé de créer une bibliothèque numérique avec l’objectif de numériser le maximum de ses archives et de ses collections. Pour démarrer : La revue « Bulletin Communiste » (1920-1933) ; le journal « La Vérité » (1957-1958) ; la revue des « Cahiers du mouvement ouvrier » (2002-2011). Soit déjà 428 documents ce qui représente 6395 pages. Bravo pour cette excellente initiative !
Sur le Web
[infokiosques.net]
Nous nous auto-organisons et nous montons un infokiosque, une sorte de librairie alternative, indépendante. Nous discutons des publications, brochures, zines et autres textes épars qui nous semblent intéressants ou carrément nécessaires de diffuser autour de nous. Nous les rassemblons dans cet infokiosque, constituons ainsi nos ressources d’informations, et les ouvrons au maximum de gens. Nous ne sommes pas les troupes d’un parti politique, ni les citoyen-ne-s réformateurices de nos pseudo-démocraties, nous sommes des individus solidaires, qui construisons des réseaux autonomes, qui mettons nos forces et nos finesses en commun pour changer la vie et le monde.
Premiers pas sur une corde raide Montreuil (93) : concert de soutien au Rémouleur, samedi 11 octobre 2014 qcq Tout mais pas l'indifférence Crise, totalitarisme, luttes sociales et de classe en Grèce Bruxelles : programme de septembre 2014 au local Acrata
Bibliolib
Catalogue de textes d’origine libertaire ou anarchiste, sans habillage particulier (pas de commentaire, d’édition critique, de note). Les textes bruts donc avec une liste d’auteurs qui commence à être significative. Un bon point d’entrée donc pour ceux qui savent à l’avance ce qu’ils cherchent. Attention : ce site s’est fait subtilisé sa précédente adresse par un site pornographique. Notre propre lien a donc été incorrect quelque temps. Nous en sommes désolé.
Pelloutier.net
Sur l’histoire du syndicalisme révolutionnaire et de l’anarcho-syndicalisme, avec des études, documents et synthèses intéressantes sur Pelloutier, Monatte, La Vie Ouvrière (1909-1914) et sur les mouvements syndicalistes en France, Europe, USA...
Balance
Cahiers d’histoire du mouvement ouvrier international et de la Guerre d’Espagne. Nombreux articles en espagnol. Textes de Bordiga, entre autres.
Classiques des sciences sociales
Une bibliothèque numérique entièrement réalisée par des bénévoles, fondée et dirigée par Jean-Marie Tremblay, sociologue. Comprend de très nombreuses oeuvres du domaine public. La section des "auteurs classiques", en particulier, est une véritable mine, où l’on trouve Bebel, Bordiga, Boukharine, Engels, Fourier, Gramsci, Kautsky, Labriola, Lafargue, Lukacs, Luxemburg, Marx, Trotsky et bien d’autres.
1951-05-09 : Natalia Sedova Trotski au comité exécutif de la IV° Internationale
Lettre de démission
11 août 2007 par jo

Camarades,

Vous savez fort bien que je n’étais plus d’accord politiquement avec vous depuis 5 ou 6 ans, depuis la fin de la guerre et même plus tôt. La position que vous avez prise sur les importants événements des derniers temps me montre qu’au lieu de corriger vos erreurs antérieures, vous persistez en elles et les approfondissez. Sur la route que vous avez prise, vous êtes arrivés à un point où il ne m’est plus possible de rester silencieuse et de me limiter à des protestations privées. Je dois maintenant exprimer mes opinions publiquement.

Je me sens obligée de faire un pas grave et difficile pour moi, et je ne puis que le regretter sincèrement. Mais il n’y a pas d’autre voie. Après beaucoup de réflexions et d’hésitations sur un problème qui m’a profondément peinée, je trouve que je dois vous dire que je ne vois pas d’autre voie que de dire ouvertement que nos désaccords ne me permettent plus de rester plus longtemps dans vos rangs. Les raisons de cette action définitive de ma part sont connues de la plupart d’entre vous. Je ne les répète ici brièvement que pour ceux auxquels elles ne sont pas familières, n’abordant que nos divergences fondamentales essentielles et non les divergences sur les questions de politique quotidienne qui leur sont reliées ou qui en découlent.

Obsédés par des formules vieilles et dépassées, vous continuez à considérer l’État stalinien comme un État ouvrier.

Je ne puis et ne veux vous suivre sur ce point. Depuis le début de la lutte contre la bureaucratie usurpatrice, L. D. Trotski répéta pratiquement chaque année que le régime se déplaçait vers la droite, dans les conditions de retard de la révolution mondiale et de la saisie de toutes les positons politiques en Russie par la bureaucratie. A plusieurs reprises, il souligna que la consolidation du stalinisme en Russie menait à une détérioration des positions économiques, politiques et sociales de la classe ouvrière, et au triomphe d’une aristocratie tyrannique et privilégiée. Si cette tendance continue, dit-il, la révolution s’épuisera et le capitalisme sera restauré. Malheureusement c’est ce qui s’est produit, bien que sous des formes nouvelles et inattendues. Il n’y a guère de pays au monde où les idées et les défenseurs authentiques du socialisme soient pourchassés de façon aussi barbare. Il devrait être clair pour chacun que la révolution a été complètement détruite par le stalinisme, Cependant vous continuez à dire que, sous ce régime inouï, la Russie est encore un État ouvrier. Je considère ceci comme un coup porté au socialisme. Le stalinisme et l’État stalinien n’ont absolument rien de commun avec un État ouvrier et avec le socialisme. Ils sont les plus dangereux ennemis du socialisme et de la classe ouvrière.

Vous considérez maintenant que les États de l’Europe orientale sur lesquels le stalinisme a établi sa domination pendant et après la guerre sont également des États ouvriers. Cela équivaut à dire que le stalinisme a rempli un rôle socialiste révolutionnaire. Je ne puis et ne veux vous suivre sur ce point. Après la guerre et même avant qu’elle se termine, il y eut un mouvement révolutionnaire montant des masses dans ces pays. Mais ce ne furent pas les masses qui s’emparèrent du pouvoir et ce ne furent pas des États ouvriers qui furent établis par leurs luttes. C’est la contre-révolution stalinienne qui s’empara du pouvoir, réduisant ces pays à l’état de vassaux du Kremlin, étranglant les masses travailleuses, leurs luttes révolutionnaires et leurs aspirations révolutionnaires. En considérant que la bureaucratie stalinienne a établi des États ouvriers dans ces pays, vous assignez à celle-ci un rôle progressif et même révolutionnaire. En propageant cette contrevérité monstrueuse, vous déniez à la IVe Internationale toute raison fondamentale d’existence comme parti mondial de la révolution socialiste. Dans le passé nous avons toujours considéré le stalinisme comme une force contre-révolutionnaire dans tous les sens du terme, vous ne le faites plus, mais je continue à le faire.

En 1932 et 1933, pour justifier leur capitulation honteuse devant l’hitlérisme, les staliniens ont déclaré qu’il importait peu que les fascistes viennent au pouvoir, parce que le socialisme viendrait après et à travers le règne du fascisme. Seules des brutes dépourvues d’humanité et d’un atome de pensée ou d’esprit révolutionnaire pouvaient s’exprimer ainsi. Aujourd’hui, indépendamment des buts révolutionnaires qui vous animent, vous prétendez que la réaction despotique stalinienne qui a triomphé en Europe orientale est une des voies par lesquelles le socialisme viendra éventuellement. Ce point de vue constitue une rupture irrémédiable avec les convictions profondes que notre mouvement a toujours défendues et que je continue à partager.

Il m’est impossible de vous suivre dans la question du régime de Tito en Yougoslavie. Toute la sympathie et tout le soutien des révolutionnaires et même de tous les démocrates doivent aller au peuple yougoslave dans sa résistance déterminée aux efforts de Moscou pour le réduire et réduire son pays à la servitude, Il faut tirer profit des concessions que le régime yougoslave est à présent obligé de faire à son peuple. Mais toute votre presse est maintenant consacrée à une inexcusable idéalisation de la bureaucratie titiste, idéalisation pour laquelle il n’y a pas de base dans les traditions et les principes de notre mouvement. Cette bureaucratie stalinienne n’est qu’une réplique, sous une forme nouvelle, de la vieille bureaucratie stalinienne. Elle a été éduquée dans les idées, la politique et la morale du Guépéou. Son régime ne diffère en rien de fondamental de celui de Staline. Il est absurde de croire ou d’enseigner que la direction révolutionnaire du peuple yougoslave se développera de cette bureaucratie ou par d’autres voies que celle d’une lutte contre elle.

Ce qui est plus insupportable que tout, c’est la position sur la guerre à laquelle vous vous êtes engagés. La troisième guerre mondiale qui menace l’humanité place le mouvement révolutionnaire devant les problèmes les plus difficiles, les situations les plus complexes, les décisions les plus graves. Notre position ne peut être prise qu’après des discussions très sérieuses et très libres. Mais face aux événements des récentes années, vous continuez de préconiser la défense de l’État stalinien et d’engager tout le mouvement dans celle-ci. Vous soutenez même maintenant les armées du stalinisme dans la guerre à laquelle se trouve soumis le peuple coréen crucifié. Je ne puis et ne veux vous suivre sur ce point. C’est en 1927 que Trotski, dans une réponse à une question déloyale qu’on lui posa au Bureau politique, exprima ses positions comme suit : Pour la patrie socialiste, oui ! Pour le régime stalinien, non ! C’était en 1927 ! Aujourd’hui, vingt-trois ans après, Staline n’a rien laissé de la patrie socialiste. Elle a été remplacée par l’asservissement et la dégradation du peuple par l’autocratie stalinienne. C’est cet État que vous vous proposez de défendre dans la guerre, que vous défendez déjà en Corse. Je sais très bien que vous dites souvent que vous critiquez le stalinisme et que vous le combattez. Mais le fait est que votre critique et votre lutte perdent leur valeur et ne peuvent donner de résultats parce qu’elles sont déterminées par votre position de la défense de l’État stalinien et subordonnées à celle-ci. Quiconque défend ce régime d’oppression barbare, abandonne, indépendamment de ses motifs, les principes du socialisme et de l’internationalisme.

Dans le message qui m’a été envoyé par le dernier Congrès du S.W.P., il est écrit que les idées de Trotski continuent à vous guider. Je dois vous dire que j’ai lu ces mots avec beaucoup d’amertume. Comme vous avez pu le constater de ce que je viens d’écrire, je ne vois pas ces idées dans votre politique. J’ai confiance dans ces idées. Je reste convaincue que la seule issue è la situation actuelle, c’est la révolution socialiste, c’est l’auto-émancipation du prolétariat mondial.

Natalia Sedova Trotski

Mexico, 9 mai 1951.


Source :

— ROUSSEL Jacques, Les enfants du prophète (Histoire du mouvement trotskiste en France), Spartacus 1972, pp. 100-101 ;

Autres articles de cette rubrique
  1. 1843-10-03 : Karl Marx an Ludwig Feuerbach
  2. 1859-12-11 : Friedrich Engels à Karl Marx
  3. 1873-10-22 : Karl Marx à Nicolaï Frantsévitch Danielson
  4. 1883-02-10 : Friedrich Engels à Eduard Bernstein
  5. 1885-04-23 : Friedrich Engels à Vera Zassoulitch
  6. 1885-09-26 : Élisée Reclus à Jean Grave
  7. 1904-01-21 : Rosa Luxemburg à Paul Löbe
  8. 1906-08-02 : August Bebel an Karl Kautsky
  9. 1906-08-22 : Rosa Luxemburg à Luise Kautsky
  10. 1906-10-08 : August Bebel an Johann Friedrich Westmeyer
  11. 1906-11-16 : Rosa Luxemburg à Georgi Bakalov
  12. 1906-11-xx : Rosa Luxemburg à Georgi Bakalov
  13. 1906-12-16 : Rosa Luxemburg à Clara Zetkin
  14. 1907-09-02 : August Bebel an Gustav Noske
  15. 1907-10-09 : Rosa Luxemburg à Paul Löbe
  16. 1908-02-04 : Rosa Luxemburg à Wilhelm Dittmann
  17. 1908-03-13 : Rosa Luxemburg à Arthur Stadthagen
  18. 1908-04-20 : Rosa Luxemburg à Luise Kautsky
  19. 1908-08-01 : Rosa Luxemburg à Wilhelm Pieck
  20. 1910-03-12 : Rosa Luxemburg à Konrad Haenisch
  21. 1910-03-17 : Rosa Luxemburg à Luise Kautsky
  22. 1911-05-23 : Rosa Luxemburg à Wilhelm Dittman
  23. 1911-12-02 : Rosa Luxemburg à Konrad Haenisch
  24. 1914-07-29 : Albert Südekum an Theobald von Bethmann Hollweg
  25. 1914-08-31 : Erich von Falkenhayn an Arthur Stadthagen
  26. 1914-09-03 : Karl Liebknecht an die Redaktion der „Bremer Bürger-Zeitung“
  27. 1916-08-17 : Karl Liebknecht au Tribunal gouvernemental allemand
  28. 1918-10-18 : Lénine aux membres du groupe « Spartacus »
  29. 1918-10-18 : Rosa Luxemburg à Sophie Liebknecht
  30. 1918-11-04 : Rosa Luxemburg à Mathilde Jacob
  31. 1918-11-08 : Rosa Luxemburg à Paul Löbe
  32. 1918-11-14 : Rosa Luxemburg à Clara Zetkin
  33. 1918-11-15 : Karl Liebknecht an Paul Eckert
  34. 1918-11-18 : Rosa Luxemburg à Adolf et Marie Geck
  35. 1918-11-18 : Rosa Luxemburg à Clara Zetkin
  36. 1918-11-18 : Rosa Luxemburg à Franz et Eva Mehring
  37. 1918-11-24 : Rosa Luxemburg à Clara Zetkin
  38. 1918-11-29 : Rosa Luxemburg à Clara Zetkin
  39. 1918-12-20 : Rosa Luxemburg à Lénine
  40. 1918-12-25 : Rosa Luxemburg à Clara Zetkin
  41. 1918-12-xx : Rosa Luxemburg à Adolf Warski
  42. 1919-01-04 : Rosa Luxemburg à Marta Rosenbaum
  43. 1919-01-11 : Rosa Luxemburg à Clara Zetkin
  44. 1919-03-27 : Paul Levi an Lenin
  45. 1921-03-27 : Paul Levi an Lenin
  46. 1921-09-23 : Paul Levi an Clara Zetkin
  47. 1924-12-24 : Nicolas Boukharine à Félix Dzerjinski
  48. 1926-10-28 : Amadeo Bordiga à Karl Korsch
  49. 1927-11-16 : Adolf Joffé à Léon Trotsky
  50. 1936-04-21 : Victor Serge à la rédaction de « La Révolution prolétarienne »
  51. 1939-06-19 : Léon Trotski à Jean Malaquais
  52. 1939-08-09 : Léon Trotski à Jean Malaquais
  53. 1945-09-10 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  54. 1945-09-24 : Jean Malaquais à Marc Chirik
  55. 1945-12-10 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  56. 1946-01-10 : Marc et Clara Chirik à Jean Malaquais
  57. 1946-11-20 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  58. 1946-12-07 : Jean Malaquais à Marc Chirik
  59. 1948-03-18 : Jean Malaquais à Marc Chirik
  60. 1948-04-08 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  61. 1948-05-09 : Jean Malaquais à Marc Chirik
  62. 1948-06-xx : Marc Chirik à Jean Malaquais
  63. 1948-08-32 : Jean Malaquais à Marc Chirik
  64. 1948-10-22 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  65. 1948-11-10 : Jean Malaquais à Marc Chirik
  66. 1949-02-10 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  67. 1950-01-30 : Adhémar Hennaut au Ministère de la Reconstruction (Belgique)
  68. 1951-03-22 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  69. 1951-04-15 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  70. 1951-05-09 : Natalia Sedova Trotski au comité exécutif de la IV° Internationale
  71. 1951-07-16 : Jean Malaquais à Marc Chirik
  72. 1951-10-22 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  73. 1952-04-01 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  74. 1952-04-15 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  75. 1952-04-27 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  76. 1952-05-20 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  77. 1952-06-04 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  78. 1952-06-19 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  79. 1952-06-25 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  80. 1952-07-18 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  81. 1952-08-24 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  82. 1952-09-07 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  83. 1952-10-19 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  84. 1952-11-01 : Jean Malaquais à Marc Chirik
  85. 1952-11-09 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  86. 1953-05-07 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  87. 1953-05-19 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  88. 1953-08-14 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  89. 1953-10-20 : Jean Malaquais à Marc Chirik
  90. 1961-11-09 : Natalia Sedova Trotski au journal France Soir