AccueilBibliothèqueCorrespondance
Dernière mise à jour :
jeudi 5 avril 2018
   
Brèves
Mardi 21 mai - La Revue Z à Terra Nova
lundi 20 mai
Mardi 21 mai 2013 à 19h, rencontre à la Librairie Terra Nova de Toulouse avec l’équipe de la revue Z à l’occasion de la parution du dernier numéro Thessalonique & Grèce, aux éditions Agone. Après une enquête collective au nord de la Grèce, la revue Z viendra présenter son dernier numéro : Thessalonique dans la dépression européenne. Bricolages quotidiens et résistances insolvables.
Groupe de Liaison pour l’Action des Travailleurs
lundi 6 février
Le sommaire des articles de la revue Lutte de classe, publiée par le GLAT, a été largement augmenté, notamment sur la période 1971-1975. Pour tous les numéros listé, une version PDF est maintenant accessible en ligne. Bonnes lectures !
Mise à jour du catalogue du fonds documentaire
jeudi 1er septembre
Une nouvelle version mise à jour du Catalogue du Fonds Documentaire Smolny, très largement étendue (une vingtaine d’entrées supplémentaires) est en ligne ce jeudi 1er septembre 2011. Merci aux contributeurs. D’autres titres à suivre...
Ouverture des archives numériques du CERMTRI
lundi 15 août
Le CERMTRI a décidé de créer une bibliothèque numérique avec l’objectif de numériser le maximum de ses archives et de ses collections. Pour démarrer : La revue « Bulletin Communiste » (1920-1933) ; le journal « La Vérité » (1957-1958) ; la revue des « Cahiers du mouvement ouvrier » (2002-2011). Soit déjà 428 documents ce qui représente 6395 pages. Bravo pour cette excellente initiative !
Sur le Web
[infokiosques.net]
Nous nous auto-organisons et nous montons un infokiosque, une sorte de librairie alternative, indépendante. Nous discutons des publications, brochures, zines et autres textes épars qui nous semblent intéressants ou carrément nécessaires de diffuser autour de nous. Nous les rassemblons dans cet infokiosque, constituons ainsi nos ressources d’informations, et les ouvrons au maximum de gens. Nous ne sommes pas les troupes d’un parti politique, ni les citoyen-ne-s réformateurices de nos pseudo-démocraties, nous sommes des individus solidaires, qui construisons des réseaux autonomes, qui mettons nos forces et nos finesses en commun pour changer la vie et le monde.
Des dynamiques inhérentes aux mouvements de contestation Le début de la fin des haricots Parution du numéro trois de Nunatak (été/automne 2018) Edinburgh (Ecosse) : Anarchist feminist bookfair le 21 juillet 2018 Melbourne (Australie) : Anarchist bookfair le 11 août 2018
Bibliolib
Catalogue de textes d’origine libertaire ou anarchiste, sans habillage particulier (pas de commentaire, d’édition critique, de note). Les textes bruts donc avec une liste d’auteurs qui commence à être significative. Un bon point d’entrée donc pour ceux qui savent à l’avance ce qu’ils cherchent. Attention : ce site s’est fait subtilisé sa précédente adresse par un site pornographique. Notre propre lien a donc été incorrect quelque temps. Nous en sommes désolé.
Pelloutier.net
Sur l’histoire du syndicalisme révolutionnaire et de l’anarcho-syndicalisme, avec des études, documents et synthèses intéressantes sur Pelloutier, Monatte, La Vie Ouvrière (1909-1914) et sur les mouvements syndicalistes en France, Europe, USA...
Balance
Cahiers d’histoire du mouvement ouvrier international et de la Guerre d’Espagne. Nombreux articles en espagnol. Textes de Bordiga, entre autres.
Classiques des sciences sociales
Une bibliothèque numérique entièrement réalisée par des bénévoles, fondée et dirigée par Jean-Marie Tremblay, sociologue. Comprend de très nombreuses oeuvres du domaine public. La section des "auteurs classiques", en particulier, est une véritable mine, où l’on trouve Bebel, Bordiga, Boukharine, Engels, Fourier, Gramsci, Kautsky, Labriola, Lafargue, Lukacs, Luxemburg, Marx, Trotsky et bien d’autres.
1945-12-10 : Marc Chirik à Jean Malaquais
Sur la dictature de classe du Parti
27 août 2007 par hempel

Paris le 10 décembre 1945,

Mon cher Jean,

Je rentre d’un voyage de 3 mois et trouve 2 colis de nourriture et un colis contenant tes deux livres parus. Je prends également connaissance de ta dernière lettre. Permets-moi d’abord de te remercier pour les colis, qui sont hautement appréciés. C’est qu’ici le ravitaillement va toujours aussi mal. Les hommes en France sont revenus des illusions qu’avec le départ et la cessation du pillage du « Boche » la vie reprendrait comme avant la guerre. Il y a quelques temps encore on entretenait des illusions sur la fin de la guerre, et puis cela a été la « réorganisation », « en finir avec les administrations de Vichy » et puis c’était la campagne anti-américaine : « qui mangeaient notre beurre de Normandie ». Tout cela était en grande partie exact, mais ce n’était qu’une parcelle de la vérité. Cette dernière consiste à voir que la France sort de la guerre ruinée ; son économie est dans un état catastrophique et avant de revenir à l’état d’avant-guerre - si jamais elle peut y parvenir avant la révolution ou la 3e guerre - il se passera de longues années.

Tes deux colis sont donc tombés à point et bien des choses (miel, cacao, chocolat) nous ont rappelé un goût que nous étions prêts de perdre. Le deuxième colis a été ouvert en cours de route, et le chocolat, l’huile et le savon ont été dérobés. Réclamer ne sert évidemment à rien. Et le pillage des colis n’a rien d’étonnant dans une période de disette aussi prononcée.

Mais si la réception de ces deux colis m’a fait tant de plaisir, je ne voudrais pas, vieux frère, que tu t’obliges à poursuivre ces envois. Ils doivent te coûter cher, et tu envoies également à d’autres. Et je ne crois pas que tu sois si riche pour te permettre de faire sans cesse des colis à tout le monde. (...) Je t’ai dit que je viens de rentrer à Paris après 3 mois d’absence. La mort dans l’âme, je me suis décidé à accepter l’offre qui s’est présentée, d’aller travailler loin de Paris. C’est une maison de transport qui assure le transit de marchandises d’Espagne en Suisse et je suis son représentant à Cerbère à la frontière espagnole, petite ville où on s’ennuie à mourir, et pleine de gendarmes. Zone interdite et très surveillée. J’ai l’impression d’être coupé du monde. Je ne peux recevoir tout ce que je désire, et peux difficilement correspondre comme je l’entends. C’est la raison pour laquelle tout en sachant qu’il y a des lettres de toi, je ne pouvais connaître leur contenu qu’à mon arrivée à Paris. J’espérais revenir bien plus tôt et pouvoir ainsi te répondre, mais chaque semaine entraînait une nouvelle semaine, et ainsi jusqu’à présent. Ajoute à cela que Clara malade était depuis un mois à la campagne, et tu auras la raison, la seule raison de mon silence à tes lettres.

Mais à présent, j’espère que cela va changer. Je serais peut-être obligé de repartir dans le midi de la France, mais non à la frontière. Je serais donc en rapport constant avec Paris et les camarades. Ces derniers, navrés de mon départ, tout comme moi, sont obligés de s’incliner devant la nécessité matérielle et pas seulement personnelle.

Le fait de m’isoler, de m’exiler au loin, alors que je sais ma présence nécessaire à Paris, alors que j’ai tant de projets et de travail à faire ici, m’exaspère, et me rend littéralement malade. Éternelle question matérielle qui vous coupe les bras et qui brise tout élan, tout effort constructif. (...)

Je voudrais te répondre plus longuement à ta deuxième lettre où tu formules des premières critiques sur notre conception de la dictature du prolétariat que tu opposes à la dictature du ou d’un parti. J’ai publié une étude sur notre conception du Parti et de l’État après la révolution, dans le Bulletin International de la G.C. en juin 1944. Malheureusement ces bulletins sont épuisés. Nous comptons reproduire cette étude formulée en quelques thèses. Nous avons tenus plusieurs réunions contradictoires sur ce point, encore tout récemment, et comptons revenir sur ce sujet dans nos prochaines publications. En quelques mots.

Je ne crois pas valable de nous opposer l’expérience stalinienne. L’erreur, ou plutôt la dégénérescence de l’État russe n’est pas due à la dictature d’un parti unique, comme le prétendent les hommes du Bureau de Londres, elle ne consiste pas dans le manque de « démocratie », mais réside essentiellement dans la dégénérescence du Parti même, dans l’altération de son programme et de sa nature de classe, entraînant la dégénérescence et l’altération de la nature de classe de l’État en Russie. Ce n’est donc pas dans le manque de « démocratie » dans le régime soviétique qu’il faut chercher l’origine de son involution vers la contre-révolution, mais c’est dans les positions erronées du parti bolchevik, positions programmatiques et politiques, qu’on doit trouver la source de l’étranglement de la vie de la classe, et de la liberté d’expression des tendances de la classe. La démocratie dans ce sens-là, est toujours la forme corollaire d’une politique de classe du Parti ; l’absence de cette démocratie est une des manifestations de la tendance du Parti révolutionnaire à abandonner son programme de classe. Il n’y a donc pas d’opposition entre dictature du prolétariat et dictature du parti qui sont identiques et dont l’un exprime l’autre, tant que ce parti reste le parti de la classe. Cette opposition ne surgit que quand le parti quitte le terrain de classe du prolétariat pour devenir une agence des classes exploiteuses. L’opposition est toujours une opposition de classe et non entre le parti et la classe qu’il exprime. Cette opposition qui n’existe pas dans le régime capitaliste où la dictature d’un parti unipolitique exprime toujours celle de la classe capitaliste, n’existe pas davantage après la révolution où la dictature du Parti exprime la domination du prolétariat. En reprenant la formule de la dictature du Prolétariat en opposition à la dictature du parti, sans dire quel contenu de classe exprime cette dernière, on retombe dans l’abstraction, dans le vague, dans la lutte entre la « dictature en général » au nom de la « démocratie » en général. L’expérience historique a démontré que ces termes généraux et vagues ne servent que de camouflage à toutes sortes d’idéologies bourgeoises ou petites-bourgeoises, ne pouvant combattre ouvertement sous leur vrai visage.

Il est à peine nécessaire de dire que nous ne partageons pas un seul instant les procédés ignobles d’un régime stalinien. Plus que çà, nous estimons indispensable de tirer les leçons de l’expérience de la révolution russe qui, même au temps de Lénine, n’a pas compris que toute violence exercée dans la classe et contre des couches momentanément arriérées du prolétariat, fausse le rapport entre le Parti et la classe. Si nous identifions dictature du prolétariat et dictature du parti, nous rejetons catégoriquement toute violence, et toute restriction de liberté d’expression et de pensée au sein de la classe même.

Notre conception du parti n’est pas monolithique, et nous avons toujours admis la pleine liberté et le droit de Fraction à l’intérieur du parti. De même nous exigeons l’indépendance et la liberté d’action pour tout organisme du prolétariat comme les syndicats et soviets, et cela même contre l’État improprement nommé État « ouvrier ».

Comme tu vois, notre conception est aussi éloignée de je ne sais quel néo-stalinisme que de l’anarchisme, reconnaissant la nécessité de la période transitoire et l’inévitabilité de la dictature assurée par le parti au nom et dans l’intérêt de la classe. Le problème n’est pas pour ou contre la dictature du parti, mais de l’existence d’un vrai parti de la classe, condition de la révolution et de son développement.

En ce qui concerne Pivert, Gorkin, etc. Ils peuvent, personnellement, très bien être de braves types. Je ne mets pas en doute leur sincérité et leurs bonnes intentions. Il est possible que le bruit qui circulait en France d’une lettre ouverte de Pivert à De Gaulle soit faux, tout cela ne change en rien le rôle politique de ces hommes et la place qu’occupent leurs courants dans la lutte sociale. Trotski, que je n’ai jamais cessé d’admirer pour sa génialité et son dévouement révolutionnaire, s’est aussi malheureusement fourvoyé pour finir, à la fin de sa vie, comme objectivement auxiliaire de la bourgeoisie. Il est mort en défenseur de l’URSS, même au cours de cette infâme guerre impérialiste. Gorkin et le POUM ont participé au gouvernement capitaliste en Espagne. Pivert soutenait, tout en demandant une politique plus « hardie », le gouvernement Blum. Ses amis sont à nouveau dans la S.F.I.O. Leurs positions politiques font d’eux des auxiliaires de « gauche » combien précieux à la bourgeoisie. On peut discuter avec eux, mais comme avec des adversaires de classe.

Tu nous reproches encore de prendre un ton prétentieux proclamant que toute la vérité est de notre côté. Il ne s’agit pas de prétention, mais la guerre impérialiste divise les hommes d’une façon catégorique. La guerre, comme la révolution, laisse peu de place à la neutralité ou à l’indécision. Ce sont des épreuves historiques, l’opposition capitalisme / prolétariat atteint un degré aigu. Les hésitations et les demi-positions sont inadmissibles. Toute position équivoque est une participation consciente ou non à la boucherie impérialiste engageant la responsabilité pour des millions de cadavres. Entre les positions qui s’affrontent il y a des océans de sang. Rien d’étonnant à ce que la polémique et la lutte prennent cette forme cassante et impitoyable.

Je vais m’arrêter là pour cette fois-ci. Je t’écrirai dans quelques jours une nouvelle lettre. J’ai reçu une lettre de Macdonald de « Politics » me disant que tu lui avais parlé de moi, et qu’ils ont fait appel à leurs lecteurs pour la solidarité envers des « antifascistes » de l’Europe. J’ai aussi reçu une lettre d’un écrivain de N.Y. m’annonçant un colis. « Politics » m’écrit aussi qu’ils publieraient une étude de moi si je voulais bien la leur envoyer. Je vais le faire incessamment.

Te voilà donc au Texas. Est-ce définitivement que tu as quitté le Mexique ? Parles-moi des évènements d’Amérique, des mouvements de grèves aux États-Unis, de la situation économique et politique de là-bas. Veux-tu faire une étude sur ce thème pour notre « Internationalisme » ?

J’espère que Gally se remet peu à peu. Salue-la pour moi.

Reçois-tu régulièrement notre matériel ? Fais tes critiques.

Dans ma prochaine lettre, je te donnerai des nouvelles des amis d’ici, ainsi qu’un aperçu sur les raisons de la scission chez nous. A te lire vite.

Fraternellement à toi. Marc.

Ecris toujours au nom de Clara.

Autres articles de cette rubrique
  1. 1843-10-03 : Karl Marx an Ludwig Feuerbach
  2. 1859-12-11 : Friedrich Engels à Karl Marx
  3. 1873-10-22 : Karl Marx à Nicolaï Frantsévitch Danielson
  4. 1883-02-10 : Friedrich Engels à Eduard Bernstein
  5. 1885-04-23 : Friedrich Engels à Vera Zassoulitch
  6. 1885-09-26 : Élisée Reclus à Jean Grave
  7. 1904-01-21 : Rosa Luxemburg à Paul Löbe
  8. 1906-08-02 : August Bebel an Karl Kautsky
  9. 1906-08-22 : Rosa Luxemburg à Luise Kautsky
  10. 1906-10-08 : August Bebel an Johann Friedrich Westmeyer
  11. 1906-11-16 : Rosa Luxemburg à Georgi Bakalov
  12. 1906-11-xx : Rosa Luxemburg à Georgi Bakalov
  13. 1906-12-16 : Rosa Luxemburg à Clara Zetkin
  14. 1907-09-02 : August Bebel an Gustav Noske
  15. 1907-10-09 : Rosa Luxemburg à Paul Löbe
  16. 1908-02-04 : Rosa Luxemburg à Wilhelm Dittmann
  17. 1908-03-13 : Rosa Luxemburg à Arthur Stadthagen
  18. 1908-04-20 : Rosa Luxemburg à Luise Kautsky
  19. 1908-08-01 : Rosa Luxemburg à Wilhelm Pieck
  20. 1910-03-12 : Rosa Luxemburg à Konrad Haenisch
  21. 1910-03-17 : Rosa Luxemburg à Luise Kautsky
  22. 1911-05-23 : Rosa Luxemburg à Wilhelm Dittman
  23. 1911-12-02 : Rosa Luxemburg à Konrad Haenisch
  24. 1914-07-29 : Albert Südekum an Theobald von Bethmann Hollweg
  25. 1914-08-31 : Erich von Falkenhayn an Arthur Stadthagen
  26. 1914-09-03 : Karl Liebknecht an die Redaktion der „Bremer Bürger-Zeitung“
  27. 1916-08-17 : Karl Liebknecht au Tribunal gouvernemental allemand
  28. 1918-10-18 : Lénine aux membres du groupe « Spartacus »
  29. 1918-10-18 : Rosa Luxemburg à Sophie Liebknecht
  30. 1918-11-04 : Rosa Luxemburg à Mathilde Jacob
  31. 1918-11-08 : Rosa Luxemburg à Paul Löbe
  32. 1918-11-14 : Rosa Luxemburg à Clara Zetkin
  33. 1918-11-15 : Karl Liebknecht an Paul Eckert
  34. 1918-11-18 : Rosa Luxemburg à Adolf et Marie Geck
  35. 1918-11-18 : Rosa Luxemburg à Clara Zetkin
  36. 1918-11-18 : Rosa Luxemburg à Franz et Eva Mehring
  37. 1918-11-24 : Rosa Luxemburg à Clara Zetkin
  38. 1918-11-29 : Rosa Luxemburg à Clara Zetkin
  39. 1918-12-20 : Rosa Luxemburg à Lénine
  40. 1918-12-25 : Rosa Luxemburg à Clara Zetkin
  41. 1918-12-xx : Rosa Luxemburg à Adolf Warski
  42. 1919-01-04 : Rosa Luxemburg à Marta Rosenbaum
  43. 1919-01-11 : Rosa Luxemburg à Clara Zetkin
  44. 1919-03-27 : Paul Levi an Lenin
  45. 1921-03-27 : Paul Levi an Lenin
  46. 1921-09-23 : Paul Levi an Clara Zetkin
  47. 1924-12-24 : Nicolas Boukharine à Félix Dzerjinski
  48. 1926-10-28 : Amadeo Bordiga à Karl Korsch
  49. 1927-11-16 : Adolf Joffé à Léon Trotsky
  50. 1936-04-21 : Victor Serge à la rédaction de « La Révolution prolétarienne »
  51. 1939-06-19 : Léon Trotski à Jean Malaquais
  52. 1939-08-09 : Léon Trotski à Jean Malaquais
  53. 1945-09-10 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  54. 1945-09-24 : Jean Malaquais à Marc Chirik
  55. 1945-12-10 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  56. 1946-01-10 : Marc et Clara Chirik à Jean Malaquais
  57. 1946-11-20 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  58. 1946-12-07 : Jean Malaquais à Marc Chirik
  59. 1948-03-18 : Jean Malaquais à Marc Chirik
  60. 1948-04-08 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  61. 1948-05-09 : Jean Malaquais à Marc Chirik
  62. 1948-06-xx : Marc Chirik à Jean Malaquais
  63. 1948-08-32 : Jean Malaquais à Marc Chirik
  64. 1948-10-22 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  65. 1948-11-10 : Jean Malaquais à Marc Chirik
  66. 1949-02-10 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  67. 1950-01-30 : Adhémar Hennaut au Ministère de la Reconstruction (Belgique)
  68. 1951-03-22 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  69. 1951-04-15 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  70. 1951-05-09 : Natalia Sedova Trotski au comité exécutif de la IV° Internationale
  71. 1951-07-16 : Jean Malaquais à Marc Chirik
  72. 1951-10-22 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  73. 1952-04-01 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  74. 1952-04-15 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  75. 1952-04-27 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  76. 1952-05-20 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  77. 1952-06-04 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  78. 1952-06-19 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  79. 1952-06-25 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  80. 1952-07-18 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  81. 1952-08-24 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  82. 1952-09-07 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  83. 1952-10-19 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  84. 1952-11-01 : Jean Malaquais à Marc Chirik
  85. 1952-11-09 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  86. 1953-05-07 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  87. 1953-05-19 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  88. 1953-08-14 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  89. 1953-10-20 : Jean Malaquais à Marc Chirik
  90. 1961-11-09 : Natalia Sedova Trotski au journal France Soir