AccueilBibliothèqueCorrespondance
Dernière mise à jour :
jeudi 5 avril 2018
   
Brèves
Mardi 21 mai - La Revue Z à Terra Nova
lundi 20 mai
Mardi 21 mai 2013 à 19h, rencontre à la Librairie Terra Nova de Toulouse avec l’équipe de la revue Z à l’occasion de la parution du dernier numéro Thessalonique & Grèce, aux éditions Agone. Après une enquête collective au nord de la Grèce, la revue Z viendra présenter son dernier numéro : Thessalonique dans la dépression européenne. Bricolages quotidiens et résistances insolvables.
Groupe de Liaison pour l’Action des Travailleurs
lundi 6 février
Le sommaire des articles de la revue Lutte de classe, publiée par le GLAT, a été largement augmenté, notamment sur la période 1971-1975. Pour tous les numéros listé, une version PDF est maintenant accessible en ligne. Bonnes lectures !
Mise à jour du catalogue du fonds documentaire
jeudi 1er septembre
Une nouvelle version mise à jour du Catalogue du Fonds Documentaire Smolny, très largement étendue (une vingtaine d’entrées supplémentaires) est en ligne ce jeudi 1er septembre 2011. Merci aux contributeurs. D’autres titres à suivre...
Ouverture des archives numériques du CERMTRI
lundi 15 août
Le CERMTRI a décidé de créer une bibliothèque numérique avec l’objectif de numériser le maximum de ses archives et de ses collections. Pour démarrer : La revue « Bulletin Communiste » (1920-1933) ; le journal « La Vérité » (1957-1958) ; la revue des « Cahiers du mouvement ouvrier » (2002-2011). Soit déjà 428 documents ce qui représente 6395 pages. Bravo pour cette excellente initiative !
Sur le Web
[infokiosques.net]
Nous nous auto-organisons et nous montons un infokiosque, une sorte de librairie alternative, indépendante. Nous discutons des publications, brochures, zines et autres textes épars qui nous semblent intéressants ou carrément nécessaires de diffuser autour de nous. Nous les rassemblons dans cet infokiosque, constituons ainsi nos ressources d’informations, et les ouvrons au maximum de gens. Nous ne sommes pas les troupes d’un parti politique, ni les citoyen-ne-s réformateurices de nos pseudo-démocraties, nous sommes des individus solidaires, qui construisons des réseaux autonomes, qui mettons nos forces et nos finesses en commun pour changer la vie et le monde.
Premiers pas sur une corde raide Montreuil (93) : concert de soutien au Rémouleur, samedi 11 octobre 2014 qcq Tout mais pas l'indifférence Crise, totalitarisme, luttes sociales et de classe en Grèce Bruxelles : programme de septembre 2014 au local Acrata
Bibliolib
Catalogue de textes d’origine libertaire ou anarchiste, sans habillage particulier (pas de commentaire, d’édition critique, de note). Les textes bruts donc avec une liste d’auteurs qui commence à être significative. Un bon point d’entrée donc pour ceux qui savent à l’avance ce qu’ils cherchent. Attention : ce site s’est fait subtilisé sa précédente adresse par un site pornographique. Notre propre lien a donc été incorrect quelque temps. Nous en sommes désolé.
Pelloutier.net
Sur l’histoire du syndicalisme révolutionnaire et de l’anarcho-syndicalisme, avec des études, documents et synthèses intéressantes sur Pelloutier, Monatte, La Vie Ouvrière (1909-1914) et sur les mouvements syndicalistes en France, Europe, USA...
Balance
Cahiers d’histoire du mouvement ouvrier international et de la Guerre d’Espagne. Nombreux articles en espagnol. Textes de Bordiga, entre autres.
Classiques des sciences sociales
Une bibliothèque numérique entièrement réalisée par des bénévoles, fondée et dirigée par Jean-Marie Tremblay, sociologue. Comprend de très nombreuses oeuvres du domaine public. La section des "auteurs classiques", en particulier, est une véritable mine, où l’on trouve Bebel, Bordiga, Boukharine, Engels, Fourier, Gramsci, Kautsky, Labriola, Lafargue, Lukacs, Luxemburg, Marx, Trotsky et bien d’autres.
1946-01-10 : Marc et Clara Chirik à Jean Malaquais
Sur la scission dans la Fraction
28 août 2007 par hempel

Paris le 10 janvier 1946.

Mon cher Jean,

Je t’ai promis de te parler de la scission dans la Fraction puisque scission il y a. Il est difficile dans une lettre de relater les luttes de tendances qui souvent se couvrent des malentendus et des questions personnelles. Les divergences réelles étaient d’ordre politique et d’analyse de la situation. Deux positions fondamentales existaient dans la Gauche Communiste, et cela depuis 39.

Tu connais la position officielle de « Bilan » sur l’inexistence d’antagonismes inter-impérialistes et qui a abouti à la conclusion ahurissante niant les dangers d’une guerre mondiale à la veille même du déclenchement de la plus terrible des guerres. Depuis la divergence s’est creusée encore au cours de la guerre où Vercesi a accouché d’une Théorie sur l’économie de guerre. Dans cette théorie, Vercesi proclamait la « disparition sociale » du prolétariat ; de l’impossibilité d’existence d’un organisme exprimant le prolétariat puisque celui-ci n’existe plus et en conséquence la nécessité de la dislocation et de l’inactivité absolue de la Fraction, ne pouvant, d’après sa théorie... qu’exprimer finalement la seule classe existante : la bourgeoisie.

Tu vois d’ici ce que pouvait contenir de fantaisiste une telle théorie dont la seule chose concrète qu’elle contenait était la théorisation de la passivité absolue. La Fraction Belge décimée par l’arrestation des meilleurs de ses camarades et réduite à 3-4 éléments suivait Vercesi.

En France, par contre, nous avons réussi à reconstituer la Fraction italienne d’abord, et grouper autour de nous quelques éléments français qui ont formés par la suite la Fraction Française.

Les évènements de 1943 en Italie ont encore aggravé les divergences. Fidèle à sa théorie de « l’inexistence sociale » ( ?) du Prolétariat, Vercesi niait les révoltes de classe contre la guerre en Italie, ne voyant dans la chute de Mussolini qu’un fait ne se rattachant pas à la lutte de classe, et il persistait à condamner toute activité révolutionnaire comme de l’aventurisme. La scission avec lui et avec la Fraction belge était un fait. Suzanne, que nous avions chargée de mission, alla deux fois en Belgique, elle fût très impressionnée par la personnalité de Vercesi, et se trouvait toujours à balancer entre nous et lui.

Parallèlement à nous existait un groupe Allemand - R.K.D. - qui avait rompu avec le trotskisme au début de la guerre et évoluait dans les questions fondamentales dans le même sens que nous. Ce groupe aussi a fini par rallier autour de lui une vingtaine de militants français rompant avec le trotskisme, la défense de l’URSS et « l’antifascisme ». En 1943-44 nous assistions à une tendance des militants ouvriers vers des positions révolutionnaires et cherchant à se grouper. Au commencement de 1945 existent : la Fraction Italienne, la Fraction Française, le R.K.D. et le C.R. (Communistes Révolutionnaires). Quelques-uns parmi nous, et dont moi, préconisons la discussion, la confrontation politique entre ces divers groupes et au besoin des actions communes contre la guerre impérialiste, contre le chauvinisme antiboche fleurissant avec la « Libération ».

La Fraction italienne subit une crise grave. Avec la nouvelle situation en Italie créée depuis 1943, il n’y a évidemment plus de place pour le maintien de la Fraction à l’étranger. Alors qu’elle doit et peut justifier son existence dans l’activité en Italie même - avec des camarades j’exige le retour le plus rapide de la Fraction en Italie - mais la Fraction hésite, tergiverse. Des camarades, lassés, partent d’eux-mêmes, sans directives. En Italie se constituent des groupes de militants se réclamant de la Gauche. Bordiga reprend de l’activité, mais garde une position très équivoque sur la nature de l’État russe et le rôle que joue l’armée russe qu’il présente comme une armée rouge anticapitaliste.

En Belgique, la Fraction sous l’impulsion de Vercesi, tout en repoussant la défense de l’URSS, persiste à définir l’État Russe comme « État ouvrier dégénéré » et nie que la guerre du côté russe soit une guerre impérialiste. Ces divergences en pleine guerre deviennent inconciliables.

La Gauche Communiste Internationale n’a plus ni unité organisationnelle ni unité politique. Dans ces conditions, le refus obstiné de discuter avec des groupes comme R.K.D. et C.R. n’est pas seulement une attitude prétentieuse, sectaire et injustifiée, mais encore cache un fond politique, parce que ces groupes se prononcent carrément contre le mythe de « l’État ouvrier » en Russie et dénoncent l’impérialisme russe. Le comité de la Fraction italienne se divise. A deux voix (celle de Tullio et un autre) contre la mienne, ils refusent tout contact avec le RKD et C.R. Par contre, la majorité de la Fraction Française vote pour des contacts et publie un tract en commun avec eux le 1er mai contre la guerre impérialiste.

Les camarades de Marseille et du Var de la Fraction italienne se refusent dans ces conditions à reconnaître la validité des décisions du comité et reprennent leur liberté d’action. La Fraction Italienne est disloquée. Une conférence de la Fraction tenue en juin 1945 ne réunit que les 4 camarades de Paris. Les autres refusant de venir et déclarant qu’ils rentrent en Italie. Cette conférence réunit effectivement la minorité de l’organisation, mais qui s’octroie le droit de prendre des décisions extrêmement graves, entre autre, la rupture avec la Fraction Française. Présent à la conférence, et devant la gravité de telles décisions, je dépose une déclaration ne reconnaissant pas le droit à celle-ci de rompre les liens organisationnels avec la Fraction Française et me retire de la conférence. La Fraction Italienne n’est plus, les camarades ayant décidés le retour de tous en Italie. Restant ici, je rejoins la Fraction Française.


(ajout de Clara)

Paris le 5.2.46

Cher Jean,

Je me décide à t’envoyer cette lettre, car s’il fallait attendre que Marc la finisse, cela serait encore long. Il a dû te dire que son travail l’appelle très souvent dans le midi de la France, où il va presque tous les 10 ou 12 jours.

Il a reçu il y a une dizaine de jours le costume envoyé par Madeleine et je viens de recevoir le pardessus et les chaussures. Il sera très content à son retour car ces effets lui étaient vraiment nécessaires. Il a reçu aussi une lettre de Galy, il y répondra j’espère ? dès son retour.

Bien amicalement. Clara.

Autres articles de cette rubrique
  1. 1843-10-03 : Karl Marx an Ludwig Feuerbach
  2. 1859-12-11 : Friedrich Engels à Karl Marx
  3. 1873-10-22 : Karl Marx à Nicolaï Frantsévitch Danielson
  4. 1883-02-10 : Friedrich Engels à Eduard Bernstein
  5. 1885-04-23 : Friedrich Engels à Vera Zassoulitch
  6. 1885-09-26 : Élisée Reclus à Jean Grave
  7. 1904-01-21 : Rosa Luxemburg à Paul Löbe
  8. 1906-08-02 : August Bebel an Karl Kautsky
  9. 1906-08-22 : Rosa Luxemburg à Luise Kautsky
  10. 1906-10-08 : August Bebel an Johann Friedrich Westmeyer
  11. 1906-11-16 : Rosa Luxemburg à Georgi Bakalov
  12. 1906-11-xx : Rosa Luxemburg à Georgi Bakalov
  13. 1906-12-16 : Rosa Luxemburg à Clara Zetkin
  14. 1907-09-02 : August Bebel an Gustav Noske
  15. 1907-10-09 : Rosa Luxemburg à Paul Löbe
  16. 1908-02-04 : Rosa Luxemburg à Wilhelm Dittmann
  17. 1908-03-13 : Rosa Luxemburg à Arthur Stadthagen
  18. 1908-04-20 : Rosa Luxemburg à Luise Kautsky
  19. 1908-08-01 : Rosa Luxemburg à Wilhelm Pieck
  20. 1910-03-12 : Rosa Luxemburg à Konrad Haenisch
  21. 1910-03-17 : Rosa Luxemburg à Luise Kautsky
  22. 1911-05-23 : Rosa Luxemburg à Wilhelm Dittman
  23. 1911-12-02 : Rosa Luxemburg à Konrad Haenisch
  24. 1914-07-29 : Albert Südekum an Theobald von Bethmann Hollweg
  25. 1914-08-31 : Erich von Falkenhayn an Arthur Stadthagen
  26. 1914-09-03 : Karl Liebknecht an die Redaktion der „Bremer Bürger-Zeitung“
  27. 1916-08-17 : Karl Liebknecht au Tribunal gouvernemental allemand
  28. 1918-10-18 : Lénine aux membres du groupe « Spartacus »
  29. 1918-10-18 : Rosa Luxemburg à Sophie Liebknecht
  30. 1918-11-04 : Rosa Luxemburg à Mathilde Jacob
  31. 1918-11-08 : Rosa Luxemburg à Paul Löbe
  32. 1918-11-14 : Rosa Luxemburg à Clara Zetkin
  33. 1918-11-15 : Karl Liebknecht an Paul Eckert
  34. 1918-11-18 : Rosa Luxemburg à Adolf et Marie Geck
  35. 1918-11-18 : Rosa Luxemburg à Clara Zetkin
  36. 1918-11-18 : Rosa Luxemburg à Franz et Eva Mehring
  37. 1918-11-24 : Rosa Luxemburg à Clara Zetkin
  38. 1918-11-29 : Rosa Luxemburg à Clara Zetkin
  39. 1918-12-20 : Rosa Luxemburg à Lénine
  40. 1918-12-25 : Rosa Luxemburg à Clara Zetkin
  41. 1918-12-xx : Rosa Luxemburg à Adolf Warski
  42. 1919-01-04 : Rosa Luxemburg à Marta Rosenbaum
  43. 1919-01-11 : Rosa Luxemburg à Clara Zetkin
  44. 1919-03-27 : Paul Levi an Lenin
  45. 1921-03-27 : Paul Levi an Lenin
  46. 1921-09-23 : Paul Levi an Clara Zetkin
  47. 1924-12-24 : Nicolas Boukharine à Félix Dzerjinski
  48. 1926-10-28 : Amadeo Bordiga à Karl Korsch
  49. 1927-11-16 : Adolf Joffé à Léon Trotsky
  50. 1936-04-21 : Victor Serge à la rédaction de « La Révolution prolétarienne »
  51. 1939-06-19 : Léon Trotski à Jean Malaquais
  52. 1939-08-09 : Léon Trotski à Jean Malaquais
  53. 1945-09-10 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  54. 1945-09-24 : Jean Malaquais à Marc Chirik
  55. 1945-12-10 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  56. 1946-01-10 : Marc et Clara Chirik à Jean Malaquais
  57. 1946-11-20 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  58. 1946-12-07 : Jean Malaquais à Marc Chirik
  59. 1948-03-18 : Jean Malaquais à Marc Chirik
  60. 1948-04-08 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  61. 1948-05-09 : Jean Malaquais à Marc Chirik
  62. 1948-06-xx : Marc Chirik à Jean Malaquais
  63. 1948-08-32 : Jean Malaquais à Marc Chirik
  64. 1948-10-22 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  65. 1948-11-10 : Jean Malaquais à Marc Chirik
  66. 1949-02-10 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  67. 1950-01-30 : Adhémar Hennaut au Ministère de la Reconstruction (Belgique)
  68. 1951-03-22 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  69. 1951-04-15 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  70. 1951-05-09 : Natalia Sedova Trotski au comité exécutif de la IV° Internationale
  71. 1951-07-16 : Jean Malaquais à Marc Chirik
  72. 1951-10-22 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  73. 1952-04-01 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  74. 1952-04-15 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  75. 1952-04-27 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  76. 1952-05-20 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  77. 1952-06-04 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  78. 1952-06-19 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  79. 1952-06-25 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  80. 1952-07-18 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  81. 1952-08-24 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  82. 1952-09-07 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  83. 1952-10-19 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  84. 1952-11-01 : Jean Malaquais à Marc Chirik
  85. 1952-11-09 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  86. 1953-05-07 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  87. 1953-05-19 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  88. 1953-08-14 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  89. 1953-10-20 : Jean Malaquais à Marc Chirik
  90. 1961-11-09 : Natalia Sedova Trotski au journal France Soir