AccueilBibliothèqueCorrespondance
Dernière mise à jour :
lundi 20 novembre 2017
   
Brèves
Mardi 21 mai - La Revue Z à Terra Nova
lundi 20 mai
Mardi 21 mai 2013 à 19h, rencontre à la Librairie Terra Nova de Toulouse avec l’équipe de la revue Z à l’occasion de la parution du dernier numéro Thessalonique & Grèce, aux éditions Agone. Après une enquête collective au nord de la Grèce, la revue Z viendra présenter son dernier numéro : Thessalonique dans la dépression européenne. Bricolages quotidiens et résistances insolvables.
Groupe de Liaison pour l’Action des Travailleurs
lundi 6 février
Le sommaire des articles de la revue Lutte de classe, publiée par le GLAT, a été largement augmenté, notamment sur la période 1971-1975. Pour tous les numéros listé, une version PDF est maintenant accessible en ligne. Bonnes lectures !
Mise à jour du catalogue du fonds documentaire
jeudi 1er septembre
Une nouvelle version mise à jour du Catalogue du Fonds Documentaire Smolny, très largement étendue (une vingtaine d’entrées supplémentaires) est en ligne ce jeudi 1er septembre 2011. Merci aux contributeurs. D’autres titres à suivre...
Ouverture des archives numériques du CERMTRI
lundi 15 août
Le CERMTRI a décidé de créer une bibliothèque numérique avec l’objectif de numériser le maximum de ses archives et de ses collections. Pour démarrer : La revue « Bulletin Communiste » (1920-1933) ; le journal « La Vérité » (1957-1958) ; la revue des « Cahiers du mouvement ouvrier » (2002-2011). Soit déjà 428 documents ce qui représente 6395 pages. Bravo pour cette excellente initiative !
Sur le Web
[infokiosques.net]
Nous nous auto-organisons et nous montons un infokiosque, une sorte de librairie alternative, indépendante. Nous discutons des publications, brochures, zines et autres textes épars qui nous semblent intéressants ou carrément nécessaires de diffuser autour de nous. Nous les rassemblons dans cet infokiosque, constituons ainsi nos ressources d’informations, et les ouvrons au maximum de gens. Nous ne sommes pas les troupes d’un parti politique, ni les citoyen-ne-s réformateurices de nos pseudo-démocraties, nous sommes des individus solidaires, qui construisons des réseaux autonomes, qui mettons nos forces et nos finesses en commun pour changer la vie et le monde.
Premiers pas sur une corde raide Montreuil (93) : concert de soutien au Rémouleur, samedi 11 octobre 2014 qcq Tout mais pas l'indifférence Crise, totalitarisme, luttes sociales et de classe en Grèce Bruxelles : programme de septembre 2014 au local Acrata
Bibliolib
Catalogue de textes d’origine libertaire ou anarchiste, sans habillage particulier (pas de commentaire, d’édition critique, de note). Les textes bruts donc avec une liste d’auteurs qui commence à être significative. Un bon point d’entrée donc pour ceux qui savent à l’avance ce qu’ils cherchent. Attention : ce site s’est fait subtilisé sa précédente adresse par un site pornographique. Notre propre lien a donc été incorrect quelque temps. Nous en sommes désolé.
Pelloutier.net
Sur l’histoire du syndicalisme révolutionnaire et de l’anarcho-syndicalisme, avec des études, documents et synthèses intéressantes sur Pelloutier, Monatte, La Vie Ouvrière (1909-1914) et sur les mouvements syndicalistes en France, Europe, USA...
Balance
Cahiers d’histoire du mouvement ouvrier international et de la Guerre d’Espagne. Nombreux articles en espagnol. Textes de Bordiga, entre autres.
Classiques des sciences sociales
Une bibliothèque numérique entièrement réalisée par des bénévoles, fondée et dirigée par Jean-Marie Tremblay, sociologue. Comprend de très nombreuses oeuvres du domaine public. La section des "auteurs classiques", en particulier, est une véritable mine, où l’on trouve Bebel, Bordiga, Boukharine, Engels, Fourier, Gramsci, Kautsky, Labriola, Lafargue, Lukacs, Luxemburg, Marx, Trotsky et bien d’autres.
1948-05-09 : Jean Malaquais à Marc Chirik
Vie du groupe, sur les trotskistes américains
2 septembre 2007 par hempel

Brooklyn, le 9 mai 1948

Mon cher Marc,

Ta lettre est arrivée et je dois m’excuser pour le retard de la mienne. J’espère pourtant qu’il n’y aura plus de retards à l’avenir, parce qu’il faudra bien que notre existence ici finisse par se stabiliser d’une façon ou d’une autre, et que j’aie enfin un bout de table à moi où je pourrai rester tranquillement avec un livre sous mon nez. En premier lieu les questions pratiques. D’accord pour les archives. Je me suis procuré une adresse postale, et c’est là qu’il faudra envoyer les documents : John Mc Coy c/o University Place Book Shop, 69 University Place, New York 3, N.Y., USA.

Vos envois me seront remis à mesure qu’ils arriveront. Parfaitement d’accord pour le Centre de liaison. Pour des raisons de sécurité, il serait peut-être préférable que mon adresse soit communiquée aux correspondants comme ci-dessus spécifié. John McCoy sera, à partir d’à présent, mon nom de guerre dans ce pays-ci. La librairie en question appartient à des camarades anciens trotskystes, et l’adresse est de toute confiance. En ce qui concerne la sauvegarde physique des copains, je ferai tout ce qui est possible de faire, quoique cela soit avant tout aux intéressés eux-mêmes de veiller au grain. A ce propos où en es-tu de tes démarches ? J’ai rencontré, il y a deux semaines, Victor Raul Haya de la Torre, le chef du parti Apriste au Pérou, très probablement futur président de ce pays. Notre conversation ne représente pas grand intérêt : Haya de la Torre est en définitive un vague libéral dont le grand’oeuvre révolutionnaire consiste à vouloir coordonner les économies sud et nord-américaines. Mais j’avais profité de l’occasion pour lui demander de te faciliter l’obtention d’un visa péruvien. Il n’y eût pas de refus ; j’ignore cependant jusqu’à quel point il tiendra sa promesse. Au cas où il ferait quelque chose (cela pourrait aussi bien être un visa vénézuelien ou chilien, m’a-t-il dit), j’espère pouvoir obtenir le paiement de ton passage par une organisation de DP. Dans quelques semaines je lui écrirai, pour lui rappeler sa promesse.

En ce qui concerne Pierre B., je pense que j’obtiendrai un affidavit pour lui. Je lui écris directement, d’ailleurs. Pour les copains Français, les perspectives d’émigration ne sont pas décourageantes. Le Mexique, le Vénézuela, sans doute d’autres pays sud-américains, offrent des visa d’entrée aux Français d’origine. Quoi qu’il en soit, je n’ai pas l’impression que la situation soit sur le point de devenir intenable en France. Dans un certain sens l’hystérie aux E.U. crée un climat social qui pourrait très rapidement devenir dangereux pour les militants révolutionnaires (encore que, à tout prendre, une prison américaine pourrait bien se révéler un asile moins incertain que les églises au Moyen-Age). Pour la collection de BILAN, je te dirai dans ma prochaine lettre quels sont les numéros qui manquent (Ai-je bien compris ? me demandes-tu le n°37, et faut-il te l’envoyer ?)

J’ai vu Van, et nous avons clarifié nos idées. Cela a été une espèce de purge, au sens de nettoiement. J’en suis sorti profondément démoralisé. En bref : Van est « contre la guerre », mais si la guerre éclate il défendra « le moindre mal », c’est à dire les démocraties occidentales contre le totalitarisme russe.

Agitant sa conception de l’hypothèse fondamentale de Marx, selon quoi Marx aurait développé l’essentiel de sa philosophie à partir de l’axiome : la capacité historique du prolétariat de s’organiser en parti politique capable de prendre le pouvoir, Van constate l’invalidation de cette « hypothèse fondamentale », et, par voie de conséquence, se déclare n’être plus marxiste. Il en fait une issue strictement politique, comme il dit : mais en même temps la faillite politique du prolétariat ouvre le procès du marxisme dans son ensemble. Le jour même de notre rencontre une lettre de James T. Farrell a paru dans le New York Times où, après avoir plaidé contre le travail forcé en Russie, il déclare qu’en tant que socialiste il se doit de dire la vérité, et que la vérité vraie c’est que l’Amérique est un pays libre. Comme je citais cette lettre à Van pour montrer jusqu’où un certain antistalinisme peut mener, ajoutant qu’il faudrait peut-être demander à un noir de Géorgie ou d’Alabama ce qu’il pense de la liberté américaine, je me suis attiré cette réponse ! « oui, on connaît cela ! L’argument nègre joue directement dans les mains des staliniens ! Wallace lui aussi agite le problème nègre ! » S’il n’a pas soutenu les démocraties dans la dernière guerre, c’est qu’il crût - comme tout le monde - à un irrésistible mouvement révolutionnaire ; dès à présent il n’y croit plus. Et puisque moi non plus je ne pense pas que la classe ouvrière soit absolument, et par la grâce de Dieu, capable de faire demain sa révolution socialiste, il est de ma part (dit-il) malhonnête de me réclamer du marxisme. Et, s’échauffant, il m’ouvrit son âme en disant - presque haineux : « Mais pourquoi êtes-vous venu ici ? Allez-donc vivre en Russie ! ». On n’est pas plus explicite... Je regrette pour Pierre qui, comme moi hier encore, nourrissait des illusions quant à Van. Tout cela est si parfaitement écoeurant, qu’il me semble parfois que je rêve ; et je me propose pour la tranquillité de ma propre conscience, de lui demander une nouvelle entrevue un de ces jours, quand j’aurai du courage. Parmi tous ceux que j’ai vus, Macdonald semble être le dernier de tous qui, pour le moment, ne marche pas dans la guerre ; mais, lui, c’est parce qu’il est pacifiste. Avant-hier, j’ai assisté à une controverse publique entre lui et une propagandiste de Wallace, visiblement une agent(e) stalinien(ne). Cela se passait à l’Université de New York. Macdonald s’efforce depuis quelque temps déjà de démontrer que Wallace est manoeuvré par les staliniens, ce qui est indubitable ; qu’il est un égotiste mystique ; qu’il falsifie des textes ; etc. Mais tout en reconnaissant les buts impérialistes du plan Marshall, il le défend contre Wallace, parce que ce plan tout de même apportera du blé et des machines aux peuples d’Europe... Wallace oppose au plan Marshall un projet de 50 milliards de dollars, dont 25 fournis par les E.U., somme à mettre à la disposition de l’O.N.U. pour l’aide à l’Europe sans discrimination des régimes politiques des pays secourus. L’argument de Macdonald est que sur ce plan Wallace n’est pas réaliste, parce que le Congrès américain n’y consentirait pas (sur quoi il lui a été répondu assez judicieusement que Wallace président signifierait un Congrès wallacien), tandis que le plan Marshall est réaliste - puisque le voici d’ores et déjà au travail. Voici, en bref, le niveau de nos théoriciens. Jimmy Johnson, que j’ai revu, reste sur ses positions de révolution au tournant de la rue. Je le cite : « En 1936, dans l’espace de quelques mois, quatre millions d’ouvriers ont rejoint les syndicats en France sur le terrain de la lutte de classes... En l’espace de dix ans le C.I.O. américain est devenu la plus puissante force sociale de la nation, réussite rarement atteinte dans l’histoire du prolétariat... Les mouvements de résistance n’étaient rien de moins qu’un degré supérieur de l’auto-mobilisation des masses prolétariennes en tant que leaders de la nation que la bourgeoisie avait déserté ! Aujourd’hui ce mouvement de masse continue en direction des partis communistes... c’est là le plus grand phénomène social de notre temps, la mobilisation prolétarienne correspondant à la dégénérescence de la société bourgeoise... Aujourd’hui l’auto-mobilisation des masses en Italie et en France sur une base nationale a atteint un tel degré que, sous l’impulsion d’une action sérieuse, elle est prête à déborder les frontières nationales... Aujourd’hui, le prolétariat, sur un plan plus élevé, a tiré ses ultimes conclusions. Sa révolte ne se tourne pas contre la politique et la distribution de la plus-value, mais contre le mode capitaliste de production lui-même... (Souligné par J.) L’expérience dans les usines montre que c’est précisément aux solutions fondamentales que les ouvriers prêtent l’oreille... Là se trouve la base sociale de la croissance des partis staliniens. Les partis staliniens dans lesquels ce mouvement (de masse) se concrétise, ne sont pas des organisations politiques dans le vieux sens du terme. Derrière l’écran de fumée du parlementarisme démocratique en France et en Italie, ce sont des organisations sociales. Elles symbolisent la plus profonde révolte des masses que nous ayons jamais vu contre le capitalisme... C’est parce qu’ils (les PC) craignent le formidable saut dans l’inconnu que représente la révolution prolétarienne, parce qu’ils s’y opposent, qu’ils s’attachent comme des sangsues au pouvoir tangible du Kremlin... » Suit une analyse des éléments petits-bourgeois au sein des PC, etc.. : « Une fois saisies les contradictions entre le contenu prolétarien et bourgeois des partis staliniens, la politique à suivre en découle. S’il a été nécessaire de propager le slogan : social-démocratie au pouvoir, il est d’autant plus nécessaire et même urgent de propager le slogan : parti communiste au pouvoir... Slogans comme Libération Nationale, Assemblée Constituante, nationalisation de l’industrie (celui-ci répudié au IIIe congrès) acquièrent la même signification, ni plus ni moins, que le slogan d’un Labor Party aux E.U... ». Après une spécieuse analyse de la nature contradictoire et non-complémentaire des partis communistes de l’Est, et de l’Ouest européen, on en arrive à ce chef-d’oeuvre de dialectique « marxiste » : « La force motrice des partis communistes en Europe Occidentale est centrée sur l’attaque du capitalisme. La force motrice du parti communiste russe est centrée sur la défense du capitalisme dans sa forme présente de capitalisme d’État. Ils se situent donc exactement à l’opposé l’un de l’autre ». Tout cela - et bien des choses encore, se trouve dans une brochure publiée par la fraction Johnson, sous la signature de celui-ci, de Freddy Forest (Rae) et de Ria Stone, une Chinoise actuellement à Paris je crois.

Sous une lettre séparée, je vous envoie un papier sur le cas Malraux-Serge. J’espère pouvoir collaborer plus régulièrement au bulletin dans un très proche avenir. Je me débats dans des difficultés sans nombre, économiques surtout. Mon livre sort en anglais le 20 mai, mais j’ai déjà pris tellement d’avance sur mes droits d’auteur, qu’il ne me restera rien à toucher avant que dix mille exemplaires soient vendus, ce qui est plutôt improbable. (...)

Salutations à tous les copains. Fraternellement à toi. Jean.

Autres articles de cette rubrique
  1. 1843-10-03 : Karl Marx an Ludwig Feuerbach
  2. 1859-12-11 : Friedrich Engels à Karl Marx
  3. 1873-10-22 : Karl Marx à Nicolaï Frantsévitch Danielson
  4. 1883-02-10 : Friedrich Engels à Eduard Bernstein
  5. 1885-04-23 : Friedrich Engels à Vera Zassoulitch
  6. 1885-09-26 : Élisée Reclus à Jean Grave
  7. 1904-01-21 : Rosa Luxemburg à Paul Löbe
  8. 1906-08-02 : August Bebel an Karl Kautsky
  9. 1906-08-22 : Rosa Luxemburg à Luise Kautsky
  10. 1906-10-08 : August Bebel an Johann Friedrich Westmeyer
  11. 1906-11-16 : Rosa Luxemburg à Georgi Bakalov
  12. 1906-11-xx : Rosa Luxemburg à Georgi Bakalov
  13. 1906-12-16 : Rosa Luxemburg à Clara Zetkin
  14. 1907-09-02 : August Bebel an Gustav Noske
  15. 1907-10-09 : Rosa Luxemburg à Paul Löbe
  16. 1908-02-04 : Rosa Luxemburg à Wilhelm Dittmann
  17. 1908-03-13 : Rosa Luxemburg à Arthur Stadthagen
  18. 1908-04-20 : Rosa Luxemburg à Luise Kautsky
  19. 1908-08-01 : Rosa Luxemburg à Wilhelm Pieck
  20. 1910-03-12 : Rosa Luxemburg à Konrad Haenisch
  21. 1910-03-17 : Rosa Luxemburg à Luise Kautsky
  22. 1911-05-23 : Rosa Luxemburg à Wilhelm Dittman
  23. 1911-12-02 : Rosa Luxemburg à Konrad Haenisch
  24. 1914-07-29 : Albert Südekum an Theobald von Bethmann Hollweg
  25. 1914-08-31 : Erich von Falkenhayn an Arthur Stadthagen
  26. 1914-09-03 : Karl Liebknecht an die Redaktion der „Bremer Bürger-Zeitung“
  27. 1916-08-17 : Karl Liebknecht au Tribunal gouvernemental allemand
  28. 1918-10-18 : Lénine aux membres du groupe « Spartacus »
  29. 1918-10-18 : Rosa Luxemburg à Sophie Liebknecht
  30. 1918-11-04 : Rosa Luxemburg à Mathilde Jacob
  31. 1918-11-08 : Rosa Luxemburg à Paul Löbe
  32. 1918-11-14 : Rosa Luxemburg à Clara Zetkin
  33. 1918-11-15 : Karl Liebknecht an Paul Eckert
  34. 1918-11-18 : Rosa Luxemburg à Adolf et Marie Geck
  35. 1918-11-18 : Rosa Luxemburg à Clara Zetkin
  36. 1918-11-18 : Rosa Luxemburg à Franz et Eva Mehring
  37. 1918-11-24 : Rosa Luxemburg à Clara Zetkin
  38. 1918-11-29 : Rosa Luxemburg à Clara Zetkin
  39. 1918-12-20 : Rosa Luxemburg à Lénine
  40. 1918-12-25 : Rosa Luxemburg à Clara Zetkin
  41. 1918-12-xx : Rosa Luxemburg à Adolf Warski
  42. 1919-01-04 : Rosa Luxemburg à Marta Rosenbaum
  43. 1919-01-11 : Rosa Luxemburg à Clara Zetkin
  44. 1919-03-27 : Paul Levi an Lenin
  45. 1921-03-27 : Paul Levi an Lenin
  46. 1921-09-23 : Paul Levi an Clara Zetkin
  47. 1924-12-24 : Nicolas Boukharine à Félix Dzerjinski
  48. 1926-10-28 : Amadeo Bordiga à Karl Korsch
  49. 1927-11-16 : Adolf Joffé à Léon Trotsky
  50. 1936-04-21 : Victor Serge à la rédaction de « La Révolution prolétarienne »
  51. 1939-06-19 : Léon Trotski à Jean Malaquais
  52. 1939-08-09 : Léon Trotski à Jean Malaquais
  53. 1945-09-10 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  54. 1945-09-24 : Jean Malaquais à Marc Chirik
  55. 1945-12-10 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  56. 1946-01-10 : Marc et Clara Chirik à Jean Malaquais
  57. 1946-11-20 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  58. 1946-12-07 : Jean Malaquais à Marc Chirik
  59. 1948-03-18 : Jean Malaquais à Marc Chirik
  60. 1948-04-08 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  61. 1948-05-09 : Jean Malaquais à Marc Chirik
  62. 1948-06-xx : Marc Chirik à Jean Malaquais
  63. 1948-08-32 : Jean Malaquais à Marc Chirik
  64. 1948-10-22 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  65. 1948-11-10 : Jean Malaquais à Marc Chirik
  66. 1949-02-10 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  67. 1950-01-30 : Adhémar Hennaut au Ministère de la Reconstruction (Belgique)
  68. 1951-03-22 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  69. 1951-04-15 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  70. 1951-05-09 : Natalia Sedova Trotski au comité exécutif de la IV° Internationale
  71. 1951-07-16 : Jean Malaquais à Marc Chirik
  72. 1951-10-22 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  73. 1952-04-01 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  74. 1952-04-15 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  75. 1952-04-27 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  76. 1952-05-20 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  77. 1952-06-04 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  78. 1952-06-19 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  79. 1952-06-25 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  80. 1952-07-18 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  81. 1952-08-24 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  82. 1952-09-07 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  83. 1952-10-19 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  84. 1952-11-01 : Jean Malaquais à Marc Chirik
  85. 1952-11-09 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  86. 1953-05-07 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  87. 1953-05-19 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  88. 1953-08-14 : Marc Chirik à Jean Malaquais
  89. 1953-10-20 : Jean Malaquais à Marc Chirik
  90. 1961-11-09 : Natalia Sedova Trotski au journal France Soir