AccueilNoticesThéma
Dernière mise à jour :
mercredi 28 juin 2017
   
Brèves
Index chronologique des notices de parutions
dimanche 15 mars
Enfin ! Mise à jour de notre index chronologiques des notices de parution... histoire de faciliter les recherches dans ce qui est paru ces quelques dernières années !
La Première Guerre mondiale sur le site Smolny
jeudi 20 novembre
Une notice thématique regroupe par ordre chronologique de parution tous les documents sources qui sont publiés sur le site du collectif Smolny en rapport avec la Première Guerre mondiale et le mouvement ouvrier international : « Documents : La Première Guerre mondiale ( Juillet 1914 - Novembre 1918 ) ». Cette notice est mise à jour à chaque nouvel ajout. À consulter régulièrement donc.
Mise à jour de la bibliographie de Nicolas Boukharine
mardi 27 mai
Il manquait à la bibliographie des œuvres de Boukharine en langue française les articles publiés par Smolny dans l’ouvrage La revue Kommunist (Moscou, 1918). Oubli réparé.
Rosa Luxemburg : bibliographie française
mardi 15 avril
Mise à jour et toilettage complet de la notice bibliographique des œuvres de Rosa Luxemburg en langue française.
Capital, valeur, plus-value et exploitation du travail
jeudi 15 novembre
La deuxième séance du cycle de formation « Pourquoi le marxisme au XXIe siècle ? » se tient ce jeudi soir 15 novembre 2012 à 20h30 au local FSU , 52 rue Jacques Babinet, immeuble Peri-ouest, 2° étage (Métro Mirail Université à Toulouse).
Mise à jour de la bibliographie...
dimanche 9 septembre
... de la série Historical Materialism Books, depuis le numéro 26 jusqu’au numéro 40.
Sur le Web
Parti communiste international (Le Prolétaire)
Publie en France Le Prolétaire et Programme communiste. Description extraite de ce site flambant neuf - CE QUI NOUS DISTINGUE : La ligne qui va de Marx-Engels à Lénine, à la fondation de l’Internationale Communiste et du Parti Communiste d’Italie ; la lutte de classe de la Gauche Communiste contre la dégénérescence de l’Internationale, contre la théorie du « socialisme dans un seul pays » et la contre-révolution stalinienne ; le refus des Fronts populaires et des fronts nationaux de la résistance ; la lutte contre le principe et la praxis démocratiques, contre l’interclassisme et le collaborationnisme politique et syndical, contre toute forme d’opportunisme et de nationalisme ; la tâche difficile de restauration de la doctrine marxiste et de l’organe révolutionnaire par excellence - le parti de classe -, en liaison avec la classe ouvrière et sa lutte quotidienne de résistance au capitalisme et à l’oppression bourgeoise ; la lutte contre la politique personnelle et électoraliste, contre toute forme d’indifférentisme, de suivisme, de mouvementisme ou de pratique aventuriste de « lutte armée » ; le soutien à toute lutte prolétarienne qui rompt avec la paix sociale et la discipline du collaborationnisme interclassiste ; le soutien de tous les efforts de réorganisation classiste du prolétariat sur le terrain de l’associationnisme économique, dans la perspective de la reprise à grande échelle de la lutte de classe, de l’internationalisme prolétarien et de la lutte révolutionnaire anticapitaliste.
canutdelacroixrousse
L’histoire de la colline de la Croix-Rousse et des canuts. Ce Blog est une mine d’informations sur les canuts allant de pair avec une connaissance très fine de Lyon / Croix-Rousse. Vivre libre en travaillant ou mourir en combattant !
Les Amis de Daumier
Créée en 1994, l’Association des Amis d’Honoré Daumier se propose par ses statuts de promouvoir, en France et à travers le monde, l’œuvre multiforme - dessins, peintures et sculptures - de cet immense artiste.
Parti Communiste International (Il Programma Communista)
Publie en France les Cahiers internationalistes, consultables en ligne sur le site depuis le numéro 6. Présentation : Ce qui nous distingue : la ligne qui va de Marx à Lénine, à la fondation de l’Internationale Communiste et du Parti Communiste d’Italie (Livourne, 1921), à la lutte de la Gauche Communiste contre la dégénerescence de l’Internationale, contre la théorie du "socialisme dans un seul pays" et la contre-révolution stalinienne, et au refus des fronts populaire et des blocs partisans et nationaux. La dure œuvre de restauration de la doctrine et de l’organe révolutionnaires au contact de la classe ouvrière, dehors de la politique personelle et électoraliste.
Démocratie Communiste
Site luxemburgiste, dont voici le manifeste minimal : Démocratie communiste s’inscrit dans la lignée du mouvement ouvrier démocratique, et lutte : pour l’abolition du capitalisme, du travail salarié, et de la division des êtres humains en classes sociales ; pour mettre fin à la dictature de la classe capitaliste, et mettre en place la démocratie directe ; pour une société socialiste-communiste ; pour en finir avec le sexisme et le patriarcat ; contre toutes les formes de racisme, de nationalisme et de patriotisme ; pour l’abolition de toutes les frontières. Textes d’actualité et thématiques (peu nombreux).
Les Amis de Spartacus
Edition fondée par René Lefeuvre en 1934. A publié Rosa Luxemburg, Anton Pannekoek, Boris Souvarine... Un fond exceptionnel et incontournable.
Le Groupe des Amis de Durruti ( 1937 )
La salve d’honneur de la CNT ?
31 janvier 2011 par sam

Présentation Smolny :

« Pour battre Franco, il fallait d’abord battre Companys et Caballero. Pour vaincre le fascisme, il fallait d’abord écraser la bourgeoisie et ses alliés staliniens et socialiste. Il fallait détruire de fond en comble l’Etat capitaliste et instaurer un pouvoir ouvrier surgi des comités de base des travailleurs. L’apolitisme anarchiste a échoué ... » (Manifeste d’Union Communiste, juin 1937, in Bilan 10/18. Un extrait est aussi reproduit dans Lorenzo page 270, note 32.)

Au travers de ces quelques morceaux du livre d’Agustín Guillamón, Barricades à Barcelone, nous saluons la résistance de la base anarchiste, de tous ceux qui continuèrent jusqu’au bout à marcher vers un monde meilleur.

Sam


Extraits :

« La Agrupación de los Amigos de Durruti est une organisation anarchiste fondée en mars 1937. Ses membres étaient des miliciens de la colonne Durruti opposés à la militarisation et des anarchistes critiques vis-à-vis de la CNT qui collabora au gouvernement central républicain et à celui de la Généralité.

En octobre 1936, le décret de militarisation des milices populaires provoqua un énorme mécontentement parmi les miliciens anarchistes de la colonne Durruti et sur le front d’Aragon. Après de longues discussions enflammées, en mars 1937, plusieurs centaines de miliciens volontaires, établis dans le secteur de Gelsa, décidèrent d’abandonner le front et de retourner à l’arrière. [...] Une fois à Barcelone, avec d’autres anarchistes (défenseurs de la continuité et de l’approfondissement de la révolution de juillet et opposés au collaborationnisme confédéral avec le gouvernement), les miliciens de Gelsa décidèrent de constituer une organisation anarchiste, distincte de la FAI, de la CNT ou des Jeunesses libertaires, ayant pour mission de canaliser le mouvement anarchiste dans la voie révolutionnaire. [...] C’est le comité directeur de cette nouvelle organisation qui décida de l’appeler Agrupación de los Amigos de Durruti, nom qui d’une part faisait allusion à l’origine commune des ex-miliciens de la colonne Durruti, et qui d’autre part, comme le disait très bien Balius, ne faisait référence aucunement à la pensée de Durruti, mais à sa mythification populaire.

Le siège central du Groupe était situé sur les Ramblas, à l’angle de la rue Hospital. Le nombre de ses membres augmenta très rapidement et de façon considérable. Avant mai 1937, il y eut entre 4 000 et 5 000 cartes d’adhésion au Groupe. [...] La croissance du Groupe était due au mécontentement d’un large secteur du militantisme anarchiste par rapport à la politique défaillante de la CNT. Un autre facteur qui la favorisa avait été la lutte engagée contre l’application du décret de collectivisation, (...), par lesquels le gouvernement de la Généralité prétendait contrôler et diriger toutes les entreprises catalanes en les soumettant à un plan économique d’Etat très rigide. [...] Les ouvriers de l’industrie convoquèrent de nombreuses assemblées dans les usines à Barcelone entre le mois de janvier et le mois de juillet 1937. Ces assemblées posaient la question, de façon plus ou moins claire et précise, de l’opposition entre socialisation et collectivisation, et débattaient du problème très grave de la baisse du pouvoir d’achat et des difficultés d’approvisionnement en aliment et en produits de première nécessité. Ces assemblées étaient souvent menacées par un fort dispositif policier. [...]

Le Groupe déploya une activité frénétique, prit de nombreuses initiatives. Depuis sa constitution formelle, le 17 mars, jusqu’au 3 mai, il organisa plusieurs meetings (au théâtre Poliorama le 18 avril et au théâtre Goya le 2 mai), distribua plusieurs brochures et plusieurs tracts, sabota l’intervention de Federica Monstseny au meeting des arènes de la Monumental le 11 avril et tapissa les murs de Barcelone d’affiches qui expliquaient son programme. [...]

Les porte-parole des Amis de Durruti les plus en vue furent Jaime Balius et Pablo Ruiz. Le dimanche 18 avril, le Groupe convoqua un meeting au théâtre Poliorama pour présenter son programme et pour se faire connaître publiquement comme organisation. Au meeting intervinrent Jaime Balius, Pablo Ruiz (délégué du groupe de Gelsa de la colonne Durruti), Francisco Pellicer (du syndicat de l’alimentation) et Francisco Carreňo (membre du Comité de guerre de la colonne Durruti). Le meeting fut un succès et les concepts exprimés par les orateurs furent largement applaudis. [...]

Ils exposèrent leur programme par une affiche dont ils tapissèrent les murs de Barcelone à la fin du mois d’avril 1937. Sur ces affiches, ils affirmaient, avant que ne se produise l’insurrection de mai, la nécessité de remplacer le gouvernement bourgeois de la Généralité de Catalogne par une Junte révolutionnaire. On pouvait y lire :

« Agrupación de Los Amigos de Durruti. A la classe travailleuse :

1 - Constitution immédiate d’une Junte révolutionnaire formée par les ouvriers de la ville, de la campagne et par les combattants.

2 - Salaire familial. Carte de rationnement. Direction de l’économie et contrôle de la distribution par les syndicats.

3 - Liquidation de la contre-révolution.

4 - Création d’une armée révolutionnaire.

5 - Contrôle absolu de l’ordre public par la classe travailleuse.

6 - Opposition ferme à tout armistice.

7 - Justice prolétarienne.

8 - Abolition des échanges de personnalité. [N.D.T. : Echange entre Franco et la République de prisonniers antifascistes contre des prisonniers fascistes.]

Travailleurs, attention ! Notre regroupement s’oppose à l’avancée de la contre-révolution. Les décrets sur l’ordre public, soutenus par Aiguadé, ne seront pas appliqués. Nous exigeons la liberté de Maroto et des autres camarades déténus.

Tout le pouvoir à la classe travailleuse.

Tout le pouvoir économique aux syndicats.

Contre la Généralité, la Junte révolutionnaire. »

[...] Le programme politique exprimé par cette affiche, juste avant les Journées de mai, étaient sans nul doute le plus avancé et le plus lucide de tous ceux des groupes prolétariens existants, et faisait des Amis de Durruti l’avant-garde révolutionnaire du prolétariat espagnol dans cette situation critique et décisive. Et c’est ce que reconnurent alors alors le POUM et la Sección bolchevique-leninista de Espaňa (SBLE) [Section espagnole de la IV° Internationale, dirigée par Manuel Fernández-Grandizo, dit Munis.]

Companys était décidé à casser une politique, toujours plus compliquée, de pacte avec la CNT et pensa que l’heure était arrivée, grâce à l’appui du PSUC et des Soviétiques, d’imposer par la force l’autorité et les décisions d’un gouvernement de la Généralité qui, comme les faits le démontrèrent, n’était pas encore assez puissant pour cesser de négocier avec la CNT. [...] Pendant que les ouvriers luttaient les armes à la main, les Amis de Durruti essayèrent de les diriger et de les doter d’un objectif révolutionnaire. Mais ils rencontrèrent vite leurs limites. Ils critiquèrent les dirigeants de la CNT, qu’ils traitèrent même de traîtres, dans le manifeste du 8 mai, mais ils ne surent pas contrer leurs appels à abandonner les barricades. Ils ne se proposèrent pas non plus de déborder la direction confédérale, qui voulut stopper nette l’insurrection initiée par les comités de défense, lorsque les premiers matadors, comme Garcia Oliver, Federica Montseny et Abad de Santillan, essayèrent d’éteindre le feu. [...] D’autre part, le Groupe était jeune, sans expérience et ne jouissait d’aucun prestige au sein de la masse confédérale.

[...] Le mercredi 5 mai, les Amis de Durruti distribuèrent sur les barricades le tract qui les rendit célèbre et qui disait :

« CNT - FAI Agrupación de Los Amigos de Durruti.

TRAVAILLEURS ! Une junte révolutionnaire. Exécution des coupables. Désarmement de tous les corps armés. Socialisation de l’économie. Dissolution des partis politiques qui ont agressé la classe des travailleurs. Ne cédons pas la rue. La révolution avant tout. Nous saluons nos camarades du POUM qui ont fraternisé dans la rue avec nous. VIVE LA REVOLUTION SOCIALE ! A BAS LA CONTRE-REVOLUTION ! »

Mais les discours radiophoniques des ministres et autres chefaillons anarchistes eurent un énorme pouvoir démobilisateur. [...] Le jeudi 6 mai, les militants de la CNT, pour prouver leur bonne volonté et obtenir l’apaisement de la ville, abandonnèrent l’immeuble du central téléphonique, origine du conflit, qui fut immédiatement occupé par les forces de police, qui assurèrent la sécurité des militants de l’UGT à leurs postes de travail, afin que l’activité du service téléphonique [« Il est important de comprendre ce que signifiait la Telefónica aux yeux des ouvriers de Barcelone et pourquoi tant de mensonges grouillent autour de cet immeuble. C’est que ce bâtiment admirablement situé a été en quelque sorte l’axe de combat entre les militaires soulevés et les ouvriers de la ville à partir du 19 juillet. Les factieux qui l’avaient occupé donnèrent aux ouvriers l’ordre de couper les communications des centres de résistance ouvriers. Les techniciens avaient fait mine d’obtempérer, mais avaient en réalité coupé les relations entre les quartiers généraux des militaires soulevés (Capitania General, Comandancia Militar) et les différentes casernes. Sa prise avait été le signe de la victoire ouvrière et il avait été immédiatement placé sous le contrôle effectif - surveillance et écoute des communications - d’un comité CNT-UGT. [...] Rien n’est plus instructif à cet égard que les récriminations des hommes politiques à propos du contrôle de leurs communications : elles émanent d’hommes pour qui n’existe qu’un seul pouvoir légitime : le leur. Joan Comorera l’exprime avec une franchise presque désarmante : « Tous les contrôle intérieurs de la Telefónica étaient au service, non de la collectivité, mais d’une organisation : ni le président Azaňa, ni le président Companys, ni personne ne pouvaient parler sans que l’oreille du contrôleur sache ce qu’ils disaient. Les ouvriers de la CNT, la classe ouvrière barcelonaise en général, considèrent de leur côté que le contrôle des conversations par eux est une conquête révolutionnaire et la reconnaissance de leur droit au pouvoir. [...] Treball le reconnaît de façon tout à fait explicite quand il titre « Pas de dualité de pouvoirs » le discours de justification de Comorera sur mai. C’est bien la question du pouvoir qui était posée. » in Staline et la révolution, pages 240-241.] reprenne en toute normalité.

[...] Lorsque l’on sut que partait de Valence un contingent de troupes pour pacifier Barcelone, Balius proposa de constituer une colonne confédérale qui aille à sa rencontre. Formée à Barcelone, la colonne grossirait en chemin en comptant sur l’incorporation de nombreux miliciens du front d’Aragon : « On pouvait arriver jusqu’à Valence, et ensuite prendre le ciel d’assaut ... ! » Des commissions se formèrent pour consulter les militants dans les syndicats et dans la rue, mais la proposition n’eut aucune répercussion. Elle était déjà totalement irréelle. Le vendredi 7 mai, à partir de 19 heures, les troupes de Valence défilèrent sur l’avenue Diagonal et le Paseo de Gracia. Quelques jours après, il ne restait plus que les barricades que le PSUC avait voulu conserver pour montrer et démontrer à tout le monde qui avait gagné.

[...] Le manifeste distribué le 8 mai par les Amis de Durruti, où apparaissait un bilan des Journées de mai, fut imprimé à l’imprimerie de La Batalla. Le Groupe, dénoncé par la CNT comme étant une organisation de provocateurs, n’avait pas d’imprimerie. Lorsqu’un milicien du POUM, Paradell, leader du Syndicat du commerce, connut la difficulté ainsi rencontrée par les Amis de Durruti, il en informa Josep Rebull, gérant de l’organe du POUM, qui, en accord avec le plus élémentaire devoir de solidarité révolutionnaire, sans consulter aucune instance supérieure du parti, mit l’imprimerie à la disposition des Amis.

[...] A aucun moment, mai 37 n’a été une insurrection ouvrière offensive et décidée, elle a été défensive et sans objectifs précis, même si se poursuivait le combat pour la socialisation contre la collectivisation et pour la défense des « conquêtes de Juillet. [...] Une insurrection ouvrière vaincue peut ne pas abandonner les armes, mais elle ne peut espérer que la répression ne s’abattra pas sur les insurgés, comme ce fut le cas à partir du 16 juin. [...] Le bilan de ces journées fut de 500 morts environ et de 1000 blessés. ».

D’un point de vue théorique, le rôle du Groupe des Amis de Durruti fut beaucoup plus remarquable après les Journées de mai, lorsqu’ils commencèrent à publier leur organe, qui emprunta le nom du journal publié par Marat au cours de la Révolution française : El Amigo del Pueblo (l’ami du peuple). La direction de la CNT proposa l’expulsion des membres du Groupe des Amis de Durruti, mais ne réussit jamais à ce que cette mesure fût ratifiée par une assemblée des syndicats. Le premier numéro d’El Amigo del Pueblo fut publié légalement le 19 mai avec des parties totalement censurées. La couverture de grand format en noir et rouge reproduisait un dessin où apparaissait un Durruti souriant, brandissant le drapeau noir et rouge. [...] Pour éviter la censure, à partir du deuxième numéro, El Amigo del Pueblo fut édité clandestinement. Le numéro 5 est l’un des plus intéressants. En première page apparaît un article intitulé Una teoría revolucionaria. [...] Dans cet éditorial, les Amis de Durruti attribuaient la montée de la contre-révolution et l’échec de la CNT, après son triomphe irréfutable et absolu en juillet 36, à une seule raison : l’absence de programme révolutionnaire, cause également de la défaite de mai 37. La conclusion à laquelle ils étaient arrivés est exprimée de façon très limpide :

« La trajectoire descendante [de la révolution] doit être exclusivement attribuée à l’inexistence d’un programme concret et au manque de réalisations immédiates. A cause de cela, nous sommes tombés dans les filets des secteurs contre-révolutionnaires juste au moment où les circonstances devenaient nettement favorables au couronnement des aspirations du prolétariat. Parce que nous n’avons pas laissé libre cours à l’éveil de Juillet, dans un sens clairement classiste, nous avons permis une domination bourgeoise qui n’aurait pas pu s’imposer si dans les milieux confédéraux et anarchistes avait prévalu la décision unanime de consolider le pouvoir du prolétariat à la direction du pays. [...] en étant assez niais pour croire que le cœur d’une révolution à caractère social pouvait partager ses battements économiques et sociaux avec l’ennemi. [...] En mai 37 s’est posé le même problème. A nouveau, la question de la direction de la révolution a été ignorée. Mais ceux qui étaient effrayés en juillet 36 par le danger d’une intervention étrangère tombèrent à nouveau durant les Journées de mai dans ce manque de vision qui aboutit au « cessez-le-feu » fatidique, qui plus tard s’est traduit, malgré la trêve convenue, à la poursuite du désarmement et à la répression impitoyable de la classe ouvrière. [...] Il fallait écraser les partis petits-bourgeois en juillet et en mai. Nous pensons que n’importe quel secteur, s’il avait eu la majorité absolue que nous avions, se serait érigé en maître absolu de la situation. Dans le numéro antérieur de notre publication nous précisions un programme. Nous affirmions le besoin d’une junte révolutionnaire, de la prépondérance des syndicats dans le domaine économique et d’une restructuration libre des municipalités. [...] La victoire dépend de l’existence d’un programme qui doit être appuyé, sans hésitation, par les fusils [...]. Sans théorie, les révolutions ne peuvent aller de l’avant. Nous, Amis de Durruti, avons esquissé notre pensée, pouvant être l’objet de retouches appropriées aux grandes secousses sociales, qui se fonde sur deux points essentiels qui ne peuvent être éludés : un programme et des fusils. »

[...] Le numéro 12 d’El Amigo del Pueblo, daté du 1er février 1938, a été le dernier numéro de l’organe du Groupe des Amis de Durruti.

La brochure Hacia una nueva revolución fut éditée clandestinement en janvier 1938, bien que Balius ait commencé à la rédiger vers le mois de novembre 1937. [...] Il est intéressant de souligner l’analyse profonde que les Amis de Durruti faisaient de la révolution du 19 juillet 1936 : « C’est le peuple qui s’est procuré les armes. Il les a gagnées. Il les a conquises de toutes ses forces. Personne ne les lui a données. Ni le gouvernement de la République, ni la Généralité n’ont donné un seul fusil. [...] L’immense majorité des travailleurs était du côté de la CNT. La Confédération était l’organisation majoritaire en Catalogne. Que s’est-il passé pour que la CNT ne fasse pas la révolution qui était celle du peuple, celle de la majorité du prolétariat. [...] Nous n’avions pas de programme correct. Nous ne savions pas où nous allions. Un grand enthousiasme, mais en fin de compte nous n’avons su que faire avec ces énormes masses de travailleurs, nous n’avons pas su concrétiser cette vague populaire qui s’en remettait à nos organisations ... »

[...] « Lorsqu’une organisation a passé toute sa vie à défendre la révolution sociale, elle a l’obligation de la faire lorsque précisément l’occasion s’en présente. En juillet, la conjoncture y était favorable. La CNT devait se jucher jusqu’au sommet de la direction du pays, en donnant des coups de pieds qui en auraient fini avec tout ce qui était archaïque, avec tout ce qui était vétuste, et ainsi nous aurions gagné la guerre et nous aurions gagné la révolution. Mais c’est tout le contraire qui se produisit. C’est la collaboration avec la bourgeoisie dans les sphères étatiques qui fut choisie, au moment précis où l’Etat éclatait en mille morceaux. Cela fortifia Companys et sa suite. Un ballon d’oxygène fut apporté à une bourgeoisie anémique et terrifiée. [...] D’autre part, nous affirmons que les révolutions sont totalitaires, et que beaucoup pensent le contraire n’y change rien. Ce qui se passe, c’est que divers aspects de la révolution se concrétisent peu à peu, mais avec la garantie que c’est la classe qui représente l’ordre nouveau qui en porte la plus grande responsabilité. Et lorsqu’on fait les choses à moitié, il se produit ce que nous venons de dire, le désastre de Juillet. En juillet s’est constitué un Comité des milices antifascistes. Ce n’était pas un organisme de classe. En son sein étaient représentées les fractions bourgeoises et contre-révolutionnaires. Il semblait que ce Comité s’était dressé face à la Généralité. Mais ce n’était que du vent. »


Source :

— Pages 109 à 156 de l’excellent livre de Agustín Guillamón : Barricades à Barcelone aux Editions Spartacus (2009). Profitons aussi de l’occasion pour remercier les membres des Amis de Spartacus qui depuis des années, avec une magnifique constance, proposent de bons textes variés !


Bibliographie complémentaire :

— A Contretemps, D’une Espagne rouge et noire - Entretiens avec Diego Abad de Santillán, Félix Carrasquer, Juan García Oliver et José Peirats, Les Editions Libertaires 2009 [Cf. les pages 64/ 68 - 88/ 89 - 155/ 174 - 208/ 216] ;

— ALBA Victor, Histoire du POUM, Ivrea, 2000, Cf. les pages 275-306 ;

— AMOROS Miguel, La Revolución traicionada : la verdadera historia de Balius y Los Amigos de Durruti, Virus editorial, Barcelone, 2003 ; José Pellicer, el anarquista integro, Virus, 2009 ;

— BROUÉ Pierre, Staline et la révolution - Le cas espagnol, Fayard, 1993 ;

— CCI, Les Amis de Durruti : leçons d’une rupture incomplète avec l’anarchisme ;

— CHRIST Michel, Le POUM - Histoire d’un parti révolutionnaire espagnol (1935-1952), L’Harmattan, 2006 ; Cf. pages 16 à 19 puis 37 et les nombreuses notices biographiques des staliniens, du POUM, du PSOE/ UGT et des anarchistes ;

— CHURCHILL Winston, Journal politique - 1936-1939, Tallandier, 2010 ;

— GODICHEAU François, Militer pour survivre - Lettres d’anarchistes français emprisonnés à Barcelone (1937-1938) :

«  La persécution soufferte par le POUM est relativement connue (le parti est dissout, ses locaux fermés, ses journaux interdits, plusieurs centaines de militants emprisonnés, des dirigeants inculpés de haute trahison), le martyr de son dirigeant Andrés Nin, mort aux mains du NKVD, la police politique soviétique, en est le symbole. Le vaste mouvement d’arrestations qui jette en prison des milliers de libertaires entre mai 1937 et août 1938 est en revanche fréquemment oublié ; il touche le plus souvent de simples militants, des activistes des campagnes, des quartiers de Barcelone ou des miliciens de retour du front. Parmi eux, quelques centaines de militants étrangers venus s’engager dans les colonnes anarchistes ou dans la colonne du POUM, anarchistes français, italiens, allemands, communistes oppositionnels de tous les pays. Les lettres de Danon et de Kaplan, retrouvées à l’Institut International d’Histoire Sociale (IISH) d’Amsterdam, font partie d’un ensemble plus vaste de correspondance de ces « prisonniers antifascistes », ainsi qu’ils s’appelaient eux-mêmes, lettres collectives et individuelles, écrites depuis diverses prisons catalanes et aragonaises, et qui constituent une documentation précieuse à plus d’un titre. Elles sont une voix originale dans le concert politique de l’arrière républicain ; elles contribuent toutes à l’expression d’un courant politique qui ne prend quasiment jamais la parole de façon directe. Contre le cours des événements politiques, contre la remise en cause de la révolution de juillet 1936, elles parlent aussi contre les comités de la CNT, et contre la Commission juridique chargée par celle-ci de les défendre. Elles sont une voix qui n’est pas passée au tamis de l’organisation et de la discipline politique. » ;

— LORENZO César, Les anarchistes espagnols et le pouvoir, Seuil, 1969 ; Cf. pages 268-270 : « Un certain nombre d’anarchistes s’engagèrent à fond aux côtés du POUM et surtout de l’aile gauche de ce parti (la section bolcheviste-léniniste que pilotait le trotskyste G. Munis et dont le journal s’intitulait La Voz leninista) [...] Les « Amis de Durruti » étaient en fait des anarchistes bolchevisés. [...] démagogues obscurs, n’hésitaient pas dans un moment de surexcitation, de dépit violent, à l’affronter [la CNT] ouvertement en se mettant à la traîne du POUM. [...] Si les « Amis de Durruti » eurent une audience fort limitée, ils n’en sont pas moins un exemple curieux de l’évolution de certains anarchistes face aux réalités politiques et à la collaboration de la CNT au gouvernement. » ;

— MUNIS Grandizo, Leçons d’une défaite, promesse d’une victoire, Editions Science Marxiste, 2007 ;

— NICOLAS Lazarevitch, A travers les révolutions espagnoles, Poche-Club « Changer la vie », 1972 ; Cf. pages 152-163 ;

— OLLIVIER Marcel et LANDAU Katia, Espagne - Les fossoyeurs de la révolution sociale, Spartacus, 1975 ; Cf. le récit complet « Les Journées sanglantes de Barcelone », pages 11-27 ;

— PECINA M. et MINTZ F., The Friends of Durruti, the Trotskyts and the May Events (manuscrit Hoover Institution, 88 pages dactylographiées in papiers Bolloten, note 9, page 304 du livre de Broué) ;

— VAN DAAL Julius, Le rêve en armes - Révolution et contre-révolution en Espagne 1936-37, Nautilus, 2001 ; Voir surtout les pages 84-85] ;


Voir aussi nos recensions sur les journées de mai 1937 :

— Barcelone - mai 1937, un sursaut défensif ? ;

— BILAN mai/ juin 1937 : Plomb, Mitraille, Prison ;

Enfin, quelques journaux des « Amigos » sont sur un site internet que je n’arrive pas à retrouver ; si quelqu’un a des infos plus précises ( !), merci d’avance de nous les signaler ...