AccueilContributionsSur le fil du temps
Dernière mise à jour :
mercredi 28 juin 2017
   
Sur le Web
Capitalisme & Crises Économiques
Jacques Gouverneur et Marcel Roelandts proposent de découvrir les résultats de leurs recherches respectives. Elles portent sur l’analyse critique de l’évolution du capitalisme, en respectant un souci de rigueur scientifique. Elles débouchent sur des analyses et des conclusions souvent novatrices.
À la mémoire de Simone Weil
Michel Olivier (2009)
30 mars 2009 par olivier

Contre tous les croque-morts !

Simone Weil et quelques autres comme Albert Treint ont été les premiers en France à défendre l’idée que la Russie était un pays capitaliste sous la forme capitaliste d’État et cela dès 1933. C’est d’ailleurs sur la base de cette position qu’ils quittent la Conférence d’unification de la Gauche communiste en France. C’est en ce sens qu’ils sont précurseurs dans cette réflexion par rapport aux autres groupes de la Gauche communiste qui évolueront dans la même direction, mais dans les années ultérieures. Les groupes trotskistes défendaient quand à eux la position d’un « socialisme dégénéré » en Russie, ce qu’ils défendent encore aujourd’hui pour la plupart d’entre eux.

Le document que nous publions dans la rubrique collection de textes est la Déclaration faite à la réunion du 22 avril 1933 à la Conférence « d’Unification » de la Gauche communiste. Il peut facilement être consulté dans la brochure de Treint Où en sommes-nous ?, Paris, 1933, et reproduite dans Œuvres complètes de Simone Weil, vol. 1, tome II, Gallimard, Paris, 1988, pp. 203-206. Nous l’avons reproduit à partir du journal d’Albert Treint, La Bataille Ouvrière, numéro 1.


Bibliographie :

— PEREGALLI Arturo, Simone Weil e lo stalinismo (1932-1933), Quaterni del Centro Studi Pietro Tresso, numéro 37, novembre 1995 ;


Sur le site :

— Déclaration faite à la réunion du 22 avril 1933 à la Conférence d’Unification de la Gauche communiste ;

— Sommaire des numéros de la revue "La Critique Sociale" ;