SMOLNY... [ http://www.collectif-smolny.org ]
MARX 03a : Avant-propos
Maximilien RUBEL - Juin 1960 / pp. 3 - 4
[26 janvier 2011] : par eric

MARXOLOGIE est un mot, il faut le dire, assez mal fait pour traduire de l’allemand le plus modeste Marx-Forschung. À la vérité, il n’a pas fallu forger une doctrine ni une méthode spéciales pour étudier Marx en historien et en sociologue de la culture ; mais le champ d’études est si vaste, si accidenté, si mal délimité, qu’on ne peut guère en faire un objet simple et immobile. Dans le moment où l’on étudie tel écrit ou tel geste de Marx, les conséquences imprévues, les proliférations démesurées n’ont pas fini d’apparaître et de rendre nécessaires, à qui exige de comprendre, autre chose que l’étude du seul auteur et de l’homme replacé en son temps. Nous avons douc distingué jusqu’à présent deux domaines : l’œuvre et la pensée de Marx ; les écoles marxistes. Il convient sans doute d’en reconnaître un troisième : la réception faite à la pensée marxienne et au marxisme. Dans chacun de ces trois domaines, on rencontre des problèmes spéciaux, notamment celui de la méthode.

Nous avons traité ce point quant au premier et au second domaines dans les Cahiers précédents. En ce qui touche au second, précisons que parmi les écoles placées sous l’invocation de Marx, deux grands courants sont à distinguer :

-  les orthodoxes, pour qui la validité et la vérité des théories marxiennes sont démontrées dès maintenant et à jamais, les prévisions de Marx s’étant révélées justes et ses recettes praticables. Il s’agit ici, pour le plus gros, du « marxisme-léninisme », doctrine officielle des États qui se qualifient de socialistes, pensée de Marx et d’Engels devenue, selon les explications qui nous sont données, réalité.

-  ceux que nous appellerions volontiers « socialistes à tempérament ». Pour, eux, le monde change, bien que tout ne soit pas accompli, et change selon les perspectives indiquées par Marx. Ils critiquent les, orthodoxes qui croient déjà le socialisme en train, s’imposent plus de mesure, et prennent plus de distance idéologique vis-à-vis de phénomènes que tout un chacun est bien tenu de constater. Les sociétés dites socialistes n’en sont pas à leurs yeux, à proprement parler ; elles ne sont qu’une étape sur le chemin du socialisme annoncé par Marx. Il y a dans cette attitude des manières diverses, parfois contradictoires, qui vont de la négation pure et simple du socialisme déjà « réalisé », à l’attente anxieuse, mais aussi pleine de confiance dans les nouvelles sociétés « pré-socialistes ». La théorie de Marx, cela va sans dire, n’est pas touchée par ces divergences. On lui réserve un total crédit au sens moderne et concret de ce mot), estimant que le rythme de l’accomplissement et de la vérification universelle sera plus lent que Marx lui-même n’avait pensé.

* * *

Dans le troisième domaine que la marxologie doit explorer, nous voudrions situer deux mouvements de pensée qui ont pris leur appui sur ou contre Marx ou le marxisme.

-  L’antimarxisme systématique offre à l’observation deux allures, analogues dans le fond aux deux manières de marxisme signalées ci-dessus :

  • les théories de Marx sont foncièrement et logiquement erronées ; elles sont du reste démenties par l’histoire ;
  • vraie ou fausse, la doctrine est réalisée, le fait est reconnu, et le socialisme existe ; mais il est moralement inacceptable, car les régimes « marxistes » sont « plus » inhumains que les régîmes capitalistes.

-  La réception proprement dite de la pensée marxiste sur le terrain de la doctrine, son incorporation dans les diverses sciences, économie politique, philosophie, sociologie, etc. C’est là la confrontation des idées sous l’éclairage de l’analyse historique et critique. La pénétration de la théorie marxienne est très souvent silencieuse : ni le nom ni l’œuvre de Marx ne sont invoqués, mais les idées imprégnantes sont absorbées comme un acquis des sciences de l’homme.

* * *

Pour et contre Marx, nous aurions pu citer des noms à propos de chaque attitude. Une des tâches de ces Cahiers sera justement d’illustrer dans le détail de l’exposition ce que nous ne faisons qu’indiquer ici.

M. RUBEL.