SMOLNY... [ http://www.collectif-smolny.org ]
MARX 03c : Karl Marx et le Conseil fédéral anglais : Une circulaire inconnue
Maximilien RUBEL - Juin 1960 / pp. 53 - 56
[12 février 2011] : par eric

Le 25 janvier 1873 THE INTERNATIONAL HERALD publiait à Londres, sans date ni signature, une circulaire du Conseil fédéral britannique affilié à l’Association Internationale des Travailleurs.

Bien que l’on n’ait jamais songé à l’attribuer à Marx [1], on peut dire que ce document a été rédigé par lui, en tout ou partie.

Tout d’abord, il fait suite à deux autres circulaires lancées en 1872 contre le Conseil fédéral dissident, et écrites soit par, Marx, soit par Engels, soit par les deux [2].

À cette probabilité s’ajoute une preuve. Un fragment manuscrit de la circulaire, de la main de Marx, a été publié en fac-similé par le biographe américain de Marx, John Spargo, en 1910 [3]. Mais l’auteur ne donne aucune précision sur les tenants et les aboutissants du fragment reproduit dans son livre [4]. Or, le cliché ayant servi au tirage du fac-similé a été retrouvé au Taminent Institute and Library, New York. Grâce aux recherches de la bibliothécaire de cet Institut, Mme Louise Heinze, nous savans maintenant qu’il s’agit d’un fragment de la circulaire parue dans THE INTERNATIONAL HERALD.

M. Norman Jacobs, directeur pédagogique, et Mme Louise Heinze ont bien voulu mettre à ma disposition un fac-similé et m’autoriser à le publier ici. Qu’ils en soient remerciés. Je désire exprimer également ma reconnaissance à M. Louis Lazarus, collaborateur scientifique de l’Institut, qui le premier m’a signalé l’existence de ce document ; et au Professeur W.L. Chaloner, de l’Université de Manchester, qui nous a procuré la photocopie de la circulaire parue dans THE INTERNATIONAL HERALD, et celle d’un compte-rendu de séance publié dans le même journal le 30 novembre 1872 (sous la signature d’un adversaire de Marx, John Hales, au nom du Federal Council rival).

Avec la conclusion écrite pour une brochure antibakouniniste [5], cette circulaire est l’un des derniers documents officiels rédigés par Marx au nom de l’Internationale agonisante. Le Congrès de La Haye (septembre 1872) consomma la rupture entre les courants « autoritaire » et « antiautoritaire ». La même division s’opéra au sein de la branche anglaise, dont la majorité s’était prononcée contre les résolutions du Congrès de La Haye et refusa de reconnaître le nouveau Conseil général siégeant à New-York et chercha à se rapprocher des adversaires de Marx, groupés particulièrement dans la Fédération jurassienne, autour de Schwitzguebel, Bakounine et Guillaume (ces deux derniers exclus de l’Internationale par le Congrès de La Haye) [6].

(JPG)
Fragment du manuscrit de K.Marx
Reproduit in Études de Marxologie, no.3, p. 55.

Les oppositions, dans l’Internationale, s’étaient élevées principalement à propos de l’action politique de la classe ouvrière - affirmée comme une condition sine qua non dans toutes les proclamations importantes du Conseil général et des Congrès de l’A.I.T. [7]. La scission du Conseil fédéral anglais était due plutôt à des rivalités personnelles : ni John Hales, ancien secrétaire du Conseil général de l’Internationale, ni C. de Paepe, ni Eccarius, ni Jung (les deux derniers naguère amis intimes de Marx) n’étaient hostiles à l’action politique de la classe ouvrière, bien au contraire [8].

Nous n’ouvrirons pas ici le dossier des querelles doctrinales et personnelles qui ont déchiré l’Internationale et en ont causé le déclin : beaucoup de pièces nous font encore défaut, que nous espérons voir publier dans un avenir point trop lointain [9]. On pourra au moins constater l’habileté avec laquelle l’auteur de la contre-circulaire, reproduite ici, sait réfuter les allégations des « scissionnistes ». Ceux-ci, il est vrai, ne lui ont pas rendu la tâche difficile.

Le lecteur trouvera, en outre, quelques précisions matérielles dans les notes ajoutées au texte de la circulaire.

Notons que la composition typographique, faite d’après le manuscrit de Marx, contient des erreurs que nous avons relevées. L’auteur n’a certainement pas eu d’épreuves en main.

M. RUBEL.


Note Smolny :

Cette circulaire figure depuis dans les Collected Works, t. 23, p. 406-408, ainsi que dans les Marx Engels Werke, t. 18, p. 296-298. Il faut noter toutefois, que dans ces deux éditions, elle se trouve amputée des trois premiers paragraphes qui figurent dans la circulaire présentée dans ce numéro des Études de Marxologie.

[1] La circulaire ne figure pas dans l’édition russe des œuvres de Marx et Engels (Sotchineniia), t. XIII/2. Enregistrée dans notre Supplément à la Bibliographie des Œuvres de Karl Marx, Paris, Rivière, 1960, sous la cote 724/2.

[2] Il s’agit d’une contre-circulaire, rédigée par Engels pour la Section étrangère de l’A.I.T., formée à Manchester (voir Marx à Sorge, 21.12.1872) ; elle répondait à une circulaire des sécessionnistes, datée du 10.12.1872 ; une seconde contre-circulaire, rédigée par la minorité du Conseil général ,réunie chez Marx, parut fin décembre 1872, elle est datée du 23 décembre.

[3] Karl Marx, his Life and Work. New and revised edition. New York, B.W. Huebsch 1910. Nous avons, devant les yeux l’édition allemande, Karl Marx, Leben und Werk, Leipzig, F. Meiner, 1912. Le facsimilé y figure p. 236, avec l’indication : « lm Besitz von W.H. Riley ». Le propriétaire nommé était le directeur du International Herald.

[4] J. Spargo mentionne la circulaire (éd. allem., p. 298), parue dans I.H. le 23 décembre 1872.

[5] L’Alliance de la Démocratie socialiste et l’A.I.T. Rapports et Documents... (paru en septembre 1873).

[6] Pour l’interprétation « antiautoritaire » et anarchiste de la scission, voir surtout J. GUILLAUME, l’Internationale, t. III, 1909, p. 48 sq. La version « marxiste » nous est donnée par G. JAECKH, Die Internationale, 1904, p. 179 sq. Voir en outre : M. BACH, Beiträge zu einer Geschichte der Internationale, 3. Die Spaltung in der englischen Internationale. NZ, XXI, 2, 1903, pp. 21-32 et 43·51.

[7] Voir surtout la résolution IX votée à la Conférence de l’A.I.T., Londres, 17 au 23 septembre 1871, qui rappelle les décisions antérieures concernant l’action politique de la classe ouvrière. La résolution I, relative aux statuts généraux de l’A.I.T., adoptée au Congrès de la Haye, porte sur l’insertion dans les Statuts d’un article « 7 A » qui résume le contenu de la Résolution IX adoptée à cette Conférence. Cf. Report of the Fifth Annual General Congress of the International Working Men’s Association... by Maltman Barry, in : The First International, Minutes of the Hague Congress of 1872 with related documents, ed. by Hans GERTH, p. 285 sq.

[8] Cf. J. GUILLAUME, ouvr. cité, p. 24 sq. (lettre de J. Hales au Comité fédéral jurassien, du 6.11.1872). Sur la rupture entre Marx et Eccarius, voir la lettre de ce dernier à W. Liebknecht, 20.5.1872 (in : Die Neue Zeit, XXI, 2, p. 47 sq.) et la lettre d’Engels au même, 27.5.1872, ibid., p. 49 sq.

[9] Nous pensons surtout aux procès-verbaux des séances du Conseil général, dont B. Nicolaevsky et l’Institut International d’Histoire Sociale, Amsterdam, préparent la publication.