SMOLNY... [ http://www.collectif-smolny.org ]
VAN DAAL Julius : La colère de Ludd
Présentation de l’éditeur - Table des matières - Parution : Septembre 2012
[22 décembre 2012] : par eric
La lutte des classes en Angleterre à l’aube de la révolution industrielle

Présentation de l’éditeur :

Le mouvement luddite (1811-1817) tenta avec vigueur de résister à l’introduction des machines dans l’industrie textile et amena le pays au bord de l’insurrection. Le propos de l’auteur est, en outre, de démystifier le mouvement luddite et de souligner l’aspect révolutionnaire et social de ces premiers balbutiements d’un prolétariat révolté contre la société capitaliste en formation. Un appendice sur les poètes romantiques contemporains « engagés » éclaire les origines de ce mythe.

Cette narration parfois picaresque est également l’occasion de décrire le contexte et les principaux acteurs tant du capitalisme industriel naissant que du rejet des nouveaux rapports sociaux qu’imposait celui-ci. On y voit ainsi agir les sociétés secrètes ouvrières ou radicales et la bourgeoisie manufacturière en pleine ascension, et se démener une aristocratie sur le déclin mais encore maîtresse des armes et des lois.

On y voit aussi vaciller des institutions confiées à des politiciens déconcertés par les transformations économiques, sociales et culturelles, mais prompts à sévir... Dépassant les visions biaisées des briseurs de machines luddites - qu’ils soient vilipendés comme passéistes ou exaltés comme visionnaires -, souvent décrits comme en guerre contre le « progrès » technique, le récit dessine en filigrane l’universalité et l’actualité de cette révolte populaire fondatrice qui marquera pour longtemps les profonds antagonismes opposant la bourgeoise, rentière ou entrepreneuse, aux travailleurs, déqualifiés pour être mieux surexploités.


Extrait (quatrième de couverture) :

Le 9 avril, la grande usine de Joseph Foster, située dans le village de Horbury, à quelques kilomètres de Wakefield, est envahie par plus de trois cents hommes en armes, venus des villages environnants. Ce Foster a refusé de renoncer à utiliser une « machinerie odieuse » ainsi que le lui avaient fermement et maintes fois demandé ses employés, lesquels ont choisi d’en appeler à Ludd. Une fois les guetteurs postés, les luddites se mettent en devoir de détruire les grosses machines récentes qu’abrite le lieu, épargnant les plus archaïques. Ils ne se contentent pas de les détériorer mais les réduisent rageusement en miettes. Ils lacèrent ensuite la fibre et les tissus puis cassent toutes les fenêtres. Dans leur frénésie destructrice, ils s’attaquent en outre à des locaux et des équipements habituellement épargnés par la fureur luddite, tels le bureau du comptable ou la résidence du patron, adjacente aux ateliers. Du bris de machines, les luddites passent cette nuit-là à la démolition d’usine.


Table des matières :

-  Avant-propos
-  Apologue du mécanoclaste
-  Prélude

-  I. LE CAPITALISME DANS UN SEUL PAYS

  • L’invention d’un joug * Métamorphoses bourgeoises
  • Tribulations prolétariennes
  • Rois et parasites

-  II. SHERWOOD REVISITÉE

  • Le cri des terres du milieu
  • L’art de briser les machines odieuses
  • Que le bris d’un métier au bris des os conduise

-  III. MARTEL AU POING

  • La complainte des tondeurs de draps
  • La conjuration des frères de la tonte
  • Gloire et déboires du général Ludd
  • Émotions en cascade

-  IV. MOLOCH ASSAILLI

  • Les moulins de Satan
  • Serons-nous des machines ? Jamais, jamais
  • Nul autre que le roi Ludd

-  V. LES DERNIERS FEUX

  • La tentation du soulèvement
  • Maîtres des landes et de la nuit
  • La trouille en armes
  • L’épuisement d’une querelle
  • Ludd après Ludd

-  VI. REVIVISCENCES LUDDITES

  • Le spectre de Ned Ludd
  • Tant qu’il y aura de l’argent, il y aura des machines odieuses

-  APPENDICE I : La poésie à coups de marteau
-  APPENDICE II : La religion du travail
-  APPENDICE III : Les aventures du capitaine Swing
-  APPOSTILLE : Le masque de Ludd

-  Chronologie
-  Bibliographie
-  Index


L’insomniaque éditeur, parution le 30/09/2012

ISBN : 978-2-915694-47-5

288 pages / 15 x 22 cm / 18 euros