SMOLNY... [ http://www.collectif-smolny.org ]
KORSCH Karl ( 1886 - 1961 )
Communiste de conseils allemand
[6 janvier 2007] : par jo

Karl Korsch rejoint d’abord la frange révisionniste (Bernstein) du SPD. Séjournant à Londres (1912-14), il fréquente les Fabiens, société de réflexion (réunissant une élite de penseurs et de syndicalistes) qui voulait réformer pacifiquement les institutions. Mais, soucieux de « ne pas passer pour un lâche », il décide de rentrer en Allemagne. Ayant tenu des propos antibellicistes dès août 1914, il est dégradé, envoyé au front et, par deux fois, blessé gravement.

Fin 1918, il participe à la formation d’un conseil local, devient rapidement une figure de l’USPD et s’intéresse au processus de « socialisation ». Il accueille avec enthousiasme la fondation du VKPD et multiplie causeries et brochures sur le marxisme. Son ouvrage Marxisme et Philosophie fait date à l’égal de celui de Georg Lukacs, Histoire et Conscience de classe (1923). Tous deux ont notamment « en commun de mettre l’accent tant sur le facteur de la conscience dans la lutte des classes, que sur l’apport de Hegel via Marx à une conception critique de l’idéologie et sur une opposition résolue au fatalisme historique. En revanche, tandis que Lukacs plaçait la critique de la « réification » au centre de son travail théorique, Korsch accordait le même rôle central à la « critique matérialiste de l’histoire » ... » (p. 23, de l’introduction de Bricianer, in Marxisme et contre-révolution)

Ministre de la Justice, pendant un mois, en Thuringe, dans un gouvernement de front unique, il est élu au Reichstag et nommé rédacteur en chef de l’organe théorique du KPD, Die Internationale.

Il noue des contacts (V° Congrès de l’IC, en juin 1924) avec les Russes Sapronov, Chliapnikov, l’Italien Bordiga et pose la « question entre une véritable politique extérieure prolétarienne et l’impérialisme rouge ». Opposant à la tactique de « bloc populaire » dès 1925, publiant la feuille de discussion Kommunistische Politik [1], il est exclu avec les membres de son groupe fin 1926. Privé de tout cadre organisé (le groupe s’étant finalement dissous fin 1927), Korsch va fuir l’Allemagne à l’automne 1933, rejoignant son ami Brecht installé au Danemark.

Puis, il part se fixer aux USA. Là, après avoir publié son étude sur Marx (1938), il continue ses investigations théoriques (philosophie de l’histoire, critique de « l’idéologie » marxiste et de la contre-révolution) dans l’organe communiste de conseils Living Marxism [2], animé principalement par un ancien du KAPD, Paul Mattick (1904-1981). Il s’associe enfin au psychologue Kurt Lewin (1890-1947), toujours dans le souci « d’élargir » le marxisme en intégrant, de façon critique, le meilleur des disciplines scientifiques.


Oeuvres :

— KORSCH Karl, Karl Marx, Paris, Ivréa, 2002 ;

— KORSCH Karl, La guerre et la révolution, Paris, Ab Irato, 2001 ;

— KORSCH Karl, Marxisme et contre-révolution, Paris, Seuil, 1975 ;

— KORSCH Karl, Anti Kautsky, Paris, Ivréa, 1973 ;

— KORSCH Karl, Marxisme et Philosophie, Paris, 1964 ;

[1] Pour cette histoire fractionnelle, voir l’article de Siegfried Bahne, traduit in Etudes de marxologie, décembre 1972, n° 15.

[2] Publié sous les titres successifs d’International Council Correspondence, de Living Marxism et de New Essays.