SMOLNY... [ http://www.collectif-smolny.org ]
DARWIN Charles ( 1809 - 1882 )
Naturaliste et biologiste anglais
[13 mars 2006] : par jo , laurence

Darwin s’embarque en 1931 pour une croisière de 5 ans autour du monde sur le HMS Beagle (1831-36). Il collecta de nombreuses observations tant sur la géologie des terres visitées que la variabilité des espèces disparues (fossiles) ou vivantes.

En 1859, il publie sa théorie de l’évolution dans L’origine des espèces . Le mécanisme proposé postule une diversité des caractères héréditaire dans les populations naturelles. La sélection de certains caractères les mieux adaptés aux conditions (alors que les moins aptes sont défavorisés), est le moteur de l’évolution des espèces. La sélection conduit donc à une population descendante qui différera après de nombreuses générations de la population ancestrale. D’autre part, toutes les espèces aujourd’hui vivantes dérivent d’une seule forme de vie initiale à travers un processus de branchement appelé spéciation.

La première édition de «  l’Origine des espèces  » est écoulée le jour même de sa parution à Londres et a rapidement un fort retentissement dans le monde intellectuel.

« Darwin, que je suis en train de lire, est tout à fait sensationnel. Il y avait encore un côté par lequel la théologie n’avait pas été démolie : c’est maintenant chose faite. On n’avait jamais fait une tentative d’une telle envergure pour montrer qu’il y a un développement historique de la nature », écrit Engels à Marx (11 décembre 1859).

Sa théorie s’inscrit dans une longue de lignée de travaux scientifiques :

-  le britannique Tyson en 1699 et le suédois Linné en 1735 ont inscrit l’homme dans l’ordre des primates ;

-  le biologiste français Lamarck a formulé, en 1801, la première théorie de l’évolution par développement des organes et caractères les plus utilisés pendant la vie d’un individu et leur transmission héréditaire ;

-  le géologue britannique Sir Charles Lyell a refuté en 1830 la théorie du catastrophisme comme cause d’extinction des espèces.

En parallèle des travaux de Darwin, le scientifique gallois Alfred Russel Wallace avait élaboré une théorie proche publiée dans l’ouvrage De la tendance des variétés à s’écarter indéfiniment du type primitif. Aujourd’hui, la théorie de Darwin est largement confirmée par les études génétiques, notamment les classifications des espèces basées sur l’ADN.

En 1871, Darwin publie La Filiation de l’homme et la sélection liée au sexe, . Il y affirme une intuition saisissante : « Nous sommes naturellement amenés à rechercher quelle a pu être la patrie primitive de l’homme (...) Il est donc probable que l’Afrique a autrefois été habitée par des singes disparus très voisins du gorille ou du chimpanzé ; or, comme ces deux espèces sont actuellement celles qui se rapprochent le plus de l’homme, il est probable que nos ancêtres primitifs ont vécu sur le continent africain plutôt que partout ailleurs » (I° partie, chapitre VI).


Sur le site :

— Œuvres de Charles Darwin - Bibliographie croisée anglais - français, fiche bibliographique n°19 : parution par ordre chronologique et d’édition ;

— DARWIN Charles, L’Autobiographie, notice de parution ;