SMOLNY... [ http://www.collectif-smolny.org ]
BALABANOFF ou BALABANOVA Angelica ( 1878 - 1965 )
Première secrétaire de l’IC
[9 septembre 2008] : par jo

Née en Ukraine, étudiante en Belgique, elle milite au PS italien et se lie à Mussolini, alors à gauche.

Rédactrice de l’Avanti, membre du BSI, elle participe aux conférences de Zimmerwald et de Kienthal. Elle est alors membre du CSI (Commission socialiste internationale, nouvel exécutif institué à Zimmerwald) avec Morgari, Naine, Rakovsky et Grimm.

Elle se rend en Russie pour une courte période après 1917, est nommée première secrétaire de l’IC mais s’oppose dès le début aux conceptions de Zinoviev. « Menue, son fin visage déjà maternel entouré d’un double bandeau de cheveux noirs, répandant autour d’elle une extrême gentillesse, Angelica Balabanova espérait encore une Internationale aérée, généreuse et quelque peu romantique. » (V. Serge, p. 588)

Elle participe cependant au premier congrès de l’IC, puis, avec Rakovsky, à la création de son bureau du Sud. Écartée de la direction de l’Internationale, exclue du PC en 1924 [1], elle finit par retourner au PSI en exil. Oratrice, parlant six langues, en écrivant cinq, elle laisse des souvenirs variés.


Œuvres :

— BALABANOFF Angelica, Erinnerungen und Erlebnisse [Souvenirs et évènements], Berlin, 1927 ;

— BALABANOFF Angelica, Réflexions sur Lénine, in La Révolution prolétarienne n° 363, juillet 1952 ;

— BALABANOFF Angelica, Ma vie de rebelle, Paris, Balland, 1981 ;


Sources :

— BROUÉ Pierre, Histoire de l’Internationale Communiste, Paris, Fayard, 1997 ; cf. pp. 37, 88-91 et 160 ;

— BROUÉ Pierre avec le concours du CNRS, Premier Congrès de l’Internationale Communiste (2-6 mars 1919), Paris, EDI, 1974 ; cf. pp. 25-26 (seule photo de groupe prise à la fin du Congrès), 37, 50, 168-170, 173, 206, 230 et 237 ;

— DESANTI Dominique, L’Internationale communiste, Bibliothèque de culture historique 1969 ; cf. pp. 45-47 ;

— FAYET Jean-François, Karl Radek (1885-1939), biographie politique, Peter Lang, Bern, 2004 ; cf. pp. 183, 207, 222, 245-246 (note 347) et 321 ;

— SERGE Victor, Mémoires d’un révolutionnaire et autres écrits politiques, Paris, Robert Laffont - Bouquins, 2001 ; cf. pp. 304, 588, 614, 652-653, 941 (note 30) ;

[1] La Pravda l’accusa mensongèrement d’avoir été menchevik et d’avoir collaboré à un organe fasciste - en fait l’Avanti, à l’époque socialiste, cf. My Life as a Rebel, Indiana University Press, 1973, p. 301.