SMOLNY... [ http://www.collectif-smolny.org ]
KOSSIOR Vladimir Vikentiévitch ( 1891 - 1938 )
Oppositionnel bolchevik
[5 décembre 2008] : par jo

Vieux militant bolchevik, membre du parti depuis 1907. Frère de Stanislav Kossior, il est responsable dans le syndicat des métaux.

En 1918, il est membre de la Gauche communiste, puis de l’Opposition ouvrière. Lors du 11° Congrès (1922), il commente la déperdition des effectifs du PCR : « Beaucoup d’ouvriers quittent le Parti ... Cela s’explique par le régime de la poigne, qui n’a rien de commun avec la véritable discipline et que l’on cultive chez nous. Notre parti charge du bois, balaye les rues et se borne à voter mais ne décide aucune question. Le prolétaire tant soit peu sain qui tombe dans cet atmosphère n’y peut résister. »

Le 15 octobre 1923, il signe la « déclaration des 46 ». Puis, il est membre de l’Opposition de gauche.

Exilé à Potrovsk, à côté de Saratov (ville située à 700 km au sud-est de Moscou, sur la rive droite de la Volga), il fait partie du dernier carré des oppositionnels avec Racovski, M. Okoudjava, Sosnovskiev, etc ... Ils obtiennent 500 signatures en 3 semaines en élaborant un texte, la Déclaration au Comité central datée du 22 août 1929, censé enrayer la vague de capitulation des oppositsionneri (on note également la signature de You qui était membre de la gauche communiste en 1918).

Demeure en prison depuis 1928. Il est accusé en 1937 après le deuxième procès de Moscou, déporté sans jugement et fusillé pendant les grèves de Vorkouta : « Un soir de février, un commando venu de Moscou enleva à l’improviste trois des personnalités qui suivaient le mouvement : V.V. Kossior, M. V. Ivanov, le « cheminot », et surtout le jeune fils « apolitique » de Trotsky, Sergéi Sedov dit Sérioja. Tous trois furent embarqués, malgré leurs protestations et les cris de leurs camarades. Il n’est pas sûr qu’aucun des leurs les ait jamais revus vivants. » (in Broué, Communistes contre Staline, p. 325).


Sources :

— BROUE Pierre, Communistes contre Staline, Paris, Fayard, 2003 ; cf. pp. 174, 303, 306, 325 et 387 ;

— BROUE Pierre, Le Parti bolchévique, Paris, Les Éditions de Minuit, 1977 ; cf. pp. 180-183 [les Oppositions et la déclaration des « 46 »], 359 [les irréductibles], 379, 392 et 600 ;

— BROUE Pierre, Rakovsky ou la Révolution dans tous les pays, Paris, Fayard, 1996 ; cf. pp. 164, 242, 307-322 [sur l’arrivée de Rakovsky à Saratov et sur la Déclaration au Comité central d’août 29], 332 et 445 ;

— HAUPT Georges et MARIE Jean-Jacques, Les bolcheviks par eux-mêmes, Paris, Maspero Bibliothèque Socialiste n°13, 1969 ; cf. pages 138-141 [sur son frère Stanislas Kossior] ;

— International Communist Current, The Russian Communist Left(1918-1930), 2005 ;

— Les trotskistes à Vorkouta, Quatrième Internationale, n°17 (20e année), décembre 1962 ;

— SERGE Victor, Mémoires d’un révolutionnaire et autres écrits politiques, Paris, Robert Laffont Bouquins, 2001 ; cf. page 383 ;

— SOUVARINE Boris, Staline, Paris, Ivrea, 1992 ; cf. pages 259-260, 289, 295 [sur les « 46 »] et 414 ;