SMOLNY... [ http://www.collectif-smolny.org ]
1918-11-04 : Rosa Luxemburg à Mathilde Jacob
Une des dernières lettres de prison - Aspects pratiques
[23 novembre 2008] : par eric

Breslau, 4.11.1918

Ma chère Mathilde,

Tout d’abord je pensais que j’allais sortir d’un instant à l’autre et n’avais du coup absolument pas la patience d’écrire des lettres. Voilà pourquoi je vous ai laissée si longtemps sans nouvelles. A présent, je vois que l’affaire traîne fort en longueur et je m’empresse de reprendre contact avec vous - au moins épistolairement.

Votre dernière lettre et votre petit envoi m’ont procuré une joie incroyable. Les petits pois sont arrivés tout à fait à propos. Mes pigeons sont en train de muer et ont besoin d’une nourriture plus riche que celle que je peux leur offrir d’ordinaire. lis m’assiègent actuellement tous les quatre dans ma cellule, se posent devant moi sur mon bureau, sur le dossier de ma chaise et sur mon assiette quand je m’apprête à manger. Je ne peux pas imaginer ce qu’ils vont dire quand je disparaîtrai tout à coup, un beau jour, sans laisser de traces. Maligne et pratique comme je suis, j’ai commencé par mettre de côté le chocolat, y compris celui que vous m’aviez envoyé la dernière fois, pour quand je vivrai à Südende, en jurant de ne pas y toucher. Mais, comme les perspectives ont changé, mon caractère a flanché et j’ai quand même « touché » au chocolat.

Je vous en prie : ne vous éreintez pas à faire le ménage chez moi. Vous voyez, ça ne presse pas. Malgré tout, j’aimerais bien expédier petit à petit les lourdes caisses de livres, mais il n’y a personne chez moi pour en assurer la réception (je ne désire pas tenter de renouer avec Mme Sachtler). Sans doute la pauvre Medi [1] se consume-t-elle d’impatience à Vienne. Je lui envoie aujourd’hui même quelques lignes sans savoir si le courrier pour Vienne est acheminé.

Mme Schlisch [2] m’a fait présent la semaine dernière de trois splendides gros chrysanthèmes jaunes et aujourd’hui de violettes et de muguet qui embaument ! Elle est d’une prodigalité incorrigible.

Comment va votre chère mère ? J’écris par le même courrier une carte à Mlle Gretchen. Donnez-moi bientôt de vos nouvelles ! Je vous embrasse mille fois.

Votre R.

Excusez l’enveloppe toute cabossée : j’utilise les derniers restes.


Source :

— LUXEMBURG Rosa, J’étais, je suis, je serai ! Correspondance 1914-1919, Textes réunis, traduits et annotés sous la direction de Georges Haupt par Gilbert Badia, Irène Petit, Claudie Weill, Paris, Éditions François Maspero, Bibliothèque Socialiste n°34, Paris, 1977, pp. 356-357 ;

[1] Medi (Marta) Urban, future épouse de Hans Kautsky junior.

[2] La dame qui préparait les repas de Rosa Luxemburg et acheminait également une partie de sa correspondance qu’elle soustrayait ainsi à la censure de la Kommandantur. Elle était l’épouse d’un militant social-démocrate local.